•  › Portrait de l'artiste en jeune homme
Ma note :

epub - 4.99 €

Ajouter au panier

liste d'envies Ajouter à une liste d'envies


Présentation

On sait que ce texte surgit comme d'un champ de ruines. Un jeune type dégingandé de 22 ans, qui a raté ses études, y compris le sacrifice fait par sa famille qui voulait l'envoyer faire médecine en France, qui vient de perdre sa mère d'un cancer mais a été mis au ban de sa famille pour avoir refusé toute prière ou simagrée religieuse, qui s'adonne à la boisson et préfère surtout chanter comme ténor, ce qui ne nourrit pas.
Dans cette crise, la légende veut qu'il rédige en un jour l'esquisse de ce portrait où tout se fait sur le [...]mode autobiographique, mais détourné, et la langue prise dans le déferlement joyeux qui sera plus tard la marque du "Finnegan's Wake".
Destin bousculé aussi pour le manuscrit, réécrit depuis l'exil à Trieste, entre pauvreté et boisson, puis détruit lors d'une dispute conjugale, il paraîtra en 1915 en revue, et l'année suivante en livre. Il est l'atelier par où s'amorce l'explosion de Joyce. En restant au plus près de la matière autobiographique, le collège jésuite de ses apprentissages, une mise à nu insolente, presque dadaïste si le rapprochement n'était pas si incongru, de la bonne vieille société irlandaise. Un geste libre, qu'il nous faut réapprendre à considérer depuis tout ce que nous avons appris depuis lors des possibles excès de la littérature.
Alors quel plaisir on en tire, quel rire qui lamine, bien au-delà du collège de l'adolescence, tout un monde en déroute...
Et bien sûr tout l'appareil de notes et commentaires de Jean-Yves Cotté, le traducteur, pour nous accompagner dans les différentes directions et strates d'un texte presque symphonique dans sa folie.
FB

Cette nouvelle traduction du roman de James Joyces est une co-édition avec NumerikLivres.
Voir la suite

Articles du blog ePagine

  • Création littéraire et numérique : les nouvelles traductions
      De nombreux textes d'auteurs du monde entier tombent chaque année dans le domaine public. Quiconque dans ces cas là peut s'en emparer et remettre au goût du jour des œuvres souvent importantes, parfois délaissées ou oubliées, voire même traduire des fragments qui jusque-là étaient restés inédits. J'avais naïvement pensé qu'avec les outils numériques, les nouvelles traductions (avec possibilité de mises à jour) seraient plus importantes que ça. Ce n'est malheureusement pas le cas. Trop de maisons d'édition continuent à commercialiser des traductions surannées, démodées voire obsolètes. Pour certains de ces textes (vu comme ils sont prescrits chaque année par l'éducation nationale), les maisons d'édition ont dû amortir les coûts de traduction et d'impression depuis longtemps, non ? Il y a néanmoins de magnifiques contre-exemples. Citons sans réserve chez P.O.L le travail exemplaire de Frédéric Boyer autour de la Chanson de Roland ou encore la no [...] Voir l'article

Les mots clés

Littérature - Humour - Europe - Religion - Catholicisme - Christianisme - Irlande - Satire - nouvelle traduction