Ma note :

epub - 13.99 €

Ajouter au panier

liste d'envies Ajouter à une liste d'envies


Présentation

Le thème de la bataille et de ses représentations dans notre culture est au coeur de la proposition de Frédéric Boyer.Il s'est intéressé à l'écriture de cette épopée, la Chanson de Roland, la première en langue française, le premier grand texte français qui s'éprend de la défaite pour chanter la gloire d'un empire fantasmé (celui de Charlemagne), 350 ans après les faits, et au moment où l'Europe médiévale se lance dans les croisades. Frédéric Boyer va jusqu'à interroger la lente déformation de la légende médiévale dans l'Europe de la Renaissance. Le fantôme de Roland est partout présent. Il semble gêner [...]jusqu'au merveilleux Don Quichotte qui en fait un de ses modèles certes, mais avec difficulté devant la folie, la fureur qu'on lui prête alors.Quelles blessures, quel trauma cherche-t-on à exorciser avec une telle création ?Raconter la bataille (ou la représenter), au-delà de ses fonctions politiques, religieuses, idéologiques, a d'autres effets et sans doute d'autres origines.Rappeler Roland est un triptyque composé d'un texte original, « Rappeler Roland », monologue écrit pour la scène dont la création se fera en deux temps, à l'auditorium du musée du Louvre le 19 janvier 2012 et à la Comédie de Reims en mars 2013 ; d'une nouvelle traduction intégrale de la Chanson de Roland (version du manuscrit d'Oxford qui date du XIIe siècle) qui tente d'offrir en français contemporain une version en décasyllabes avec respect de la césure épique (4 + 6) ; et d'un essai, « Cahier Roland » (se battre est une fête), consacré au thème de la bataille et du combat dans notre culture, à partir de l'histoire mystérieuse de la Chanson de Roland.Aujourd'hui Frédéric Boyer veut rappeler Roland... Dans les mots et dans les défaites contemporaines. Dans les guerres que nous n'avons pas connues et les batailles que d'autres livrent pour nous aux confins d'un monde déchiré.Voir la suite

Articles du blog ePagine

  • Création littéraire et numérique : les nouvelles traductions
      De nombreux textes d'auteurs du monde entier tombent chaque année dans le domaine public. Quiconque dans ces cas là peut s'en emparer et remettre au goût du jour des œuvres souvent importantes, parfois délaissées ou oubliées, voire même traduire des fragments qui jusque-là étaient restés inédits. J'avais naïvement pensé qu'avec les outils numériques, les nouvelles traductions (avec possibilité de mises à jour) seraient plus importantes que ça. Ce n'est malheureusement pas le cas. Trop de maisons d'édition continuent à commercialiser des traductions surannées, démodées voire obsolètes. Pour certains de ces textes (vu comme ils sont prescrits chaque année par l'éducation nationale), les maisons d'édition ont dû amortir les coûts de traduction et d'impression depuis longtemps, non ? Il y a néanmoins de magnifiques contre-exemples. Citons sans réserve chez P.O.L le travail exemplaire de Frédéric Boyer autour de la Chanson de Roland ou encore la no [...] Voir l'article