•  › Le portrait de Dorian Gray
Ma note :

epub - 4.99 €

Ajouter au panier

liste d'envies Ajouter à une liste d'envies


Présentation

L'art n'a pas à être moral, l'artiste n'a pas à s'occuper des conséquences sociales de son chemin vers le beau.
Oscar Wilde y laissera la vie. Aura de scandale qui le poursuit toujours.
Paru en 1891 dans le Lippincott's Monthly Magazine, c'est une version épurée par la morale d'époque qui paraît en roman, et qui sera traduite en français dès 1895. Il était temps de rebattre les cartes.
Un roman du désir. Mais avant tout un conte fantastique, et qui fait mal: le portrait que réalise du jeune Dorian Gray le peintre Basil Hallward serait un tel idéal de la [...]beauté que le tableau devient insupportable à celui qui en fut le modèle.
Et s'il était possible que ce soit le tableau qui vieillisse, et que lui, Dorian Gray, garde à jamais ce visage tel qu'il a été transcendé et fixé ? L'incroyable puissance du récit tient à ce noeud, jusqu'au coup de couteau final.
Il était temps, plus que temps, de présenter le livre en français dans sa version originale, celle du Lippincott's Monthly Magazine, avant les coupes subies par le roman - le monde anglophone a fait aussi cette révision. L'occasion pour Christine Jeanney de reprendre entièrement un récit universel, et l'aiguiser pour la langue d'aujourd'hui, en exclusivité pour publie.net.
FB
Voir la suite

Articles du blog ePagine

  • Création littéraire et numérique : les nouvelles traductions
      De nombreux textes d'auteurs du monde entier tombent chaque année dans le domaine public. Quiconque dans ces cas là peut s'en emparer et remettre au goût du jour des œuvres souvent importantes, parfois délaissées ou oubliées, voire même traduire des fragments qui jusque-là étaient restés inédits. J'avais naïvement pensé qu'avec les outils numériques, les nouvelles traductions (avec possibilité de mises à jour) seraient plus importantes que ça. Ce n'est malheureusement pas le cas. Trop de maisons d'édition continuent à commercialiser des traductions surannées, démodées voire obsolètes. Pour certains de ces textes (vu comme ils sont prescrits chaque année par l'éducation nationale), les maisons d'édition ont dû amortir les coûts de traduction et d'impression depuis longtemps, non ? Il y a néanmoins de magnifiques contre-exemples. Citons sans réserve chez P.O.L le travail exemplaire de Frédéric Boyer autour de la Chanson de Roland ou encore la no [...] Voir l'article