La composition des mondes

À propos

Philippe Descola est l'anthropologue français aujourd'hui le plus commenté dans le monde, au point d'apparaître comme le successeur légitime de Claude Lévi-Strauss. Il revient ici sur sa trajectoire, qui l'a mené de l'École normale supérieure au Collège de France ; sur les discus¬sions qui ont animé l'anthropologie des années 1970 et 1980 ; sur son expérience du terrain aux côtés des Indiens Jivaros, et les leçons qu'il en a tirées. Il éclaire ainsi les enjeux de sa pensée : l'héritage du structuralisme, mais surtout la genèse et l'ambition de son maître-livre Par-delà nature et culture. Cette synthèse des façons dont les humains envisagent leurs relations avec les non-humains décrit les quatre grandes « compositions de mondes » (animisme, naturalisme, totémisme, analogisme) qui caractérisent nos façons d'habiter une planète remplie de plantes, d'animaux ou d'esprits. Ces entretiens, qui introduisent à l'une des critiques les plus inventives du modèle occidental, constituent un plaidoyer passionnant pour une manière de coexister avec « un plus grand nombre de non-humains ».

Customer reviews

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Categories : Sciences humaines & sociales > Ethnologie

  • EAN

    9782081334519

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    383 Pages

  • Copy

    No

  • Print

    No

  • Share

    Authorized with restriction

  • Share count

    6 devices

  • Poids

    2 344 Ko

  • Distributeur

    Flammarion

Philippe Descola

Philippe Descola est anthropologue, professeur au Collège de France depuis 2000 dans la chaire d'Anthropologie de la nature, et directeur d'études à l'EHESS. Ses recherches de terrain en Amazonie équatorienne ont fait de lui une des grandes figures américanistes de l'anthropologie. Il a entre autres publié Les Lances du crépuscule (Plon, 1993), Par-delà nature et culture (Gallimard, 2005), L'Écologie des autres. L'anthropologie et la question de la nature (Quae, 2011).

empty