About

On continue à rêver sur des centaines de pages imaginaires quand on a terminé un livre, sur tel ou tel de ses protagonistes. Quelques-uns hurlent à la mort d'avoir été ainsi coupés en plein élan. Les lieux, dont ils ont éveillé les échos, conservent la trace de ces passages fallacieux, et s'imprègnent de ce passé inventé. L'imagination de l'auteur peut encore les abriter, et fouiller dans leur existence, bien au-delà des trois cents pages où il a décidé de cerner la péripétie.
De l'imagination et du talent, Pierre Magnan n'en manque pas, et sa Provence n'est pas celle des dépliants touristiques. Les photos de Pierre Ricou, qui illustrent les lieux où un jour s'est mystérieusement noué une histoire, sont prétexte pour le romancier à raconter d'autres aventures. Pierre Magnan nous donne ici une nouvelle lecture de dix de ses romans, il nous distille les paysages et leurs habitants - les vrais et les imaginaires - dont l'austère décor d'une Haute-Provence, mis en images par Pierre Ricou, porte à jamais la trace.


Categories : Arts et spectacles > Arts de l'image > Photographie


  • Authors

    Pierre Magnan

  • Publisher

    Denoël (réédition numérique FeniXX)

  • Distributeur

    ePagine

  • Publication date

    13/01/2017

  • Collection

    Albums et Beaux Livres

  • EAN

    9782207127124

  • Availablity

    Available

  • Nombre de pages

    192 Pages

  • Copy

    Authorized

  • Print

    Authorized

  • Poids

    86 865 Ko

  • Diffuseur

    FeniXX

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (pdf)

  • Version ePub

Aucune information sur l'accessibilité n'est disponible

Pierre Magnan

Auteur français né à Manosque le 19 septembre 1922. Études succinctes au collège de sa ville natale jusqu'à douze ans. De treize à vingt ans, typographe dans une imprimerie locale, chantiers de jeunesse (équivalent d'alors du service militaire) puis réfractaire au Service du Travail Obligatoire, réfugié dans un maquis de l'Isère.
Publie son premier roman, L'Aube insolite, en 1946 avec un certain succès d'estime, critique favorable notamment de Robert Kemp, Robert Kanters, mais le public n'adhère pas. Trois autres romans suivront avec un égal insuccès.
L'auteur, pour vivre, entre alors dans une société de transports frigorifiques où il demeure vingt-sept ans, continuant toutefois à écrire des romans que personne ne publie.
En 1976, il est licencié pour raisons économiques et profite de ses loisirs forcés pour écrire un roman policier, Le sang des Atrides, qui obtient le Prix du Quai des Orfèvres en 1978. C'est, à cinquante-six ans, le départ d'une nouvelle carrière où il obtient le Prix RTL-Grand public pour La maison assassinée, le Prix de la nouvelle Rotary-Club pour Les secrets de Laviolette et quelques autres.
Pierre Magnan vit aujourd'hui à Forcalquier. La sagesse lui a dicté de se rapprocher des lieux habités et de se séparer des surplus. C'est ainsi que sa bibliothèque ne se compose plus que de vingt-cinq volumes de la Pléiade et de quelques livres dépenaillés pour avoir été trop lus. Il aime les vins de Bordeaux (rouge), les promenades solitaires ou en groupe, les animaux, les conversations avec ses amis des Basses-Alpes, la contemplation de son cadre de vie.
Il est apolitique, asocial, atrabilaire, agnostique et, si l'on ose écrire, aphilosophique.

empty