La Coupe d'or

Donnez votre avis

Cet ouvrage n'a pas encore été noté

Offrir cet ebook

Les mots clés

XX-1945 étranger

[eBook]  La Coupe d'or

Au début des années 1900, au coeur de l'été londonien, le destin d'Amerigo, prince italien désargenté, vient d'être scellé. Il a épousé Maggie Verver, la fille d'un riche collectionneur et homme d'affaires américain, laquelle persuade son veuf de père de prendre une amie à elle, Charlotte Stant, pour épouse. Maggie ignore que Charlotte et Amerigo étaient autrefois liés et qu'elle vient d'orchestrer leur rapprochement. Quand un antiquaire, chez qui les amants ont admiré une coupe d'or, l'aide à reconstruire la vérité, Maggie se décide à réagir... Sous la plume aiguisée de l'auteur, les quatre protagonistes vont dès lors se révéler dans tous leurs paradoxes. Réflexion sur le mariage, l'adultère, le mensonge, reflet d'un monde brillant mais fragile, La Coupe d'or est le point culminant de l'oeuvre romanesque d'Henry James. "La Coupe d'or, dernière grande oeuvre de James, marque l'apogée de son talent, à la fois comme romancier et comme styliste. " Colm Tóibín

  • EAN 9782221135419
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 584 Pages
  • Action copier/coller Dans le cadre de la copie privée
  • Action imprimer Dans le cadre de la copie privée
  • Poids 1 087 Ko
  • Distributeur Editis

Henry James

Né à New York en 1843, mort à Londres en 1916, Henry James qui prit la nationalité anglaise un an avant sa mort, est l'écrivain qui a dépeint le plus finement la distance, qui n'a cessé depuis de s'élargir, entre l'esprit européen et la sensibilité américaine. C'est à Londres où il s'établit à partir de 1876 qu'il écrit ses plus grands chefs-d'oeuvre. Une série d'études sur la femme américaine dans un milieu européen fut inaugurée par Daisy Miller (1878). Le thème opposant innocence américaine et sophistication européenne se retrouve dans Les Européens (1878), Washington Square (1880), Les Bostoniennes (1885) et « Reverberator » (1888) et atteint sa conclusion avec Les Ambassadeurs (1903) où la civilisation est définie comme « la tradition ininterrompue de culture que l'Europe occidentale hérita du monde antique ».ÿLa Différence a publié en poche dans « Minos » : « Reverberator », Une vie à Londres, L'Autre Maison, Heures italiennes, Esquisses parisiennes, Le Sens du passé et La Scène américaine.

Avis des internautes


empty