L'or et la pourpre à la cour de Byzance (Xe siècle)

À propos

Les hôtes de marque pénètrent dans la majestueuse salle à coupole du palais de la Magnaure. L'empereur byzantin les reçoit, assis sur un trône d'or, couronné de pierreries, chaussé de pourpre et richement vêtu. Derrière lui, semblent rugir des lions dorés. Le maître de l'Orient est entouré de sa cour. Le Xe siècle marque assurément l'apogée de l'empire romain d'Orient qui perdura un millénaire, à l'époque même où l'Occident vivait ce que les hommes de la Renaissance ont appelé le Moyen Âge. Témoin de ce siècle et de ses hommes, l'empereur Constantin VII Porphyrogénète (913-959), nous a laissé un document exceptionnel : le Livre des Cérémonies. Cet ouvrage unique brosse le tableau des fastes de la cour impériale, à cette époque la première puissance de la chrétienté. Michel Kaplan nous ouvre les portes de ce monde quelque peu irréel et nimbé de gloire, où brillent l'or et la pourpre. Il nous rend accessible la description des cérémonies, de l'idéologie politique de l'Empereur devenu lieutenant de Dieu sur terre, des courtisans, avant tout des fonctionnaires civils et militaires, animant ce pouvoir, mais aussi de la vie quotidienne du palais impérial comme de la capitale, la légendaire et remuante Constantinople.



Categories : Sciences humaines & sociales > Histoire du monde > Histoire du Maghreb et du Moyen-orient

  • EAN

    9782251917337

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    256 Pages

  • Poids

    12 513 Ko

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Diffuseur

    Belles Lettres

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (ePub)

Michel Kaplan

Michel Kaplan, professeur émérite
d'Histoire Byzantine à l'Université Paris 1
(Panthéon-Sorbonne), est l'auteur
notamment de Byzance, (2007, Guides
Belles Lettres des Civilisations),
Pouvoirs, Église et sainteté à Byzance.
Études sur la société byzantine (2011,
Les Classiques de la Sorbonne 3) et
Pourquoi Byzance ? Un empire de onze
siècles (2015, Folio Histoire n° 252), prix
Diane Potier-Boès 2017 de l'Académie
française.

empty