La prisonnière

À propos

Albertine a renoncé à faire une croisière et lorsque, à la fin de l´été, elle rentre de Balbec avec le narrateur, elle s´installe chez lui, à Paris: il ne se sent plus amoureux d´elle, elle n´a plus rien à lui apprendre, elle lui semble chaque jour moins jolie, mais la possibilité d´un mariage reste ouverte, et en lui rendant la vie agréable, peut-être songe-t-il à éveiller en elle le désir de l´épouser. Il se préoccupe en tout cas de son emploi du temps, l´interroge sur ses sorties sans pouvoir bien percer si sa réponse est un mensonge, et le désir que visiblement elle suscite chez les autres fait poindre la souffrance en lui.
Paru en 1923, La Prisonnière est le premier des trois volumes publiés après la mort de Proust et, quoique solidaire, bien sûr, de Sodome et Gomorrhe qui le précède comme d´Albertine disparue qui le suit, une certaine unité lui est propre, entre l´enfermement initial du narrateur et le départ final de la jeune fille. Pour l´essentiel, trois journées simplement se déroulent ici -le plus souvent dans l´espace clos de l´appartement -, et ce sont comme les trois actes d´un théâtre où la jalousie occupe toute la place.

Categories : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782253089612

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    576 Pages

  • Copy

    No

  • Print

    No

  • Poids

    614 Ko

  • Distributeur

    Numilog

  • Diffuseur

    Numilog

  • Entrepôt

    Numilog

  • Support principal

    ebook (ePub)

Marcel Proust

1871-1922 - Fils d'un médecin réputé, Marcel Proust naît à Paris dans une famille fortunée qui lui assure une vie facile et lui permet de fréquenter les salons mondains.
Après des études au lycée Condorcet, il devance l'appel sous les drapeaux. Rendu à la vie civile, il suit à l'Ecole des Sciences politiques les cours d'Albert Sorel et de Leroy-Beaulieu ; à la Sorbonne ceux de Begson dont l'influence sur son oeuvre sera majeure.
Vers 1900, il part à Venise et se consacre à des questions d'esthétique. Il publie une traduction du critique d'art anglais Ruskin (1904) dont les conceptions le marqueront. Après la mort de ses parents, sa santé se détériore. Il vit en reclus et s'épuise au travail. En 1919, il reçoit le prix Goncourt pour "A l'ombre des jeunes filles en fleurs". Trois ans plus tard, une bronchite l'emporte.

empty