Comédies, le plaisir de rompre

À propos

Extrait

Paris. Un petit salon au cinquième. Ce qu’une femme, qui a beaucoup aimé et ne s’est pas enrichie, peut y mettre d’intimité, de bibelots offerts, de meubles disparates. Cheminée au fond. Porte tenture à gauche. Table à droite. Pouf au milieu. Un piano ouvert. Fleurs bon marché. Quelques cadres au mur. Feu de bois. Une lampe allumée.
Blanche, puis Maurice. Blanche est assise à sa table. Robe d’intérieur. Vieilles dentelles, c’est son seul luxe, tout son héritage. Elle a fouillé ses tiroirs, brûlé des papiers, noué la faveur d’un petit paquet, et pris dans une boîte une lettre ancienne qu’elle relit. Ou plutôt, elle n’en relit que des phrases connues. Celle-ci l’émeut jusqu’à la tristesse. Une autre lui fait hocher la tête. Une autre enfin la force à rire franchement. On sonne. Blanche remet, sans hâte, la lettre dans sa boîte, et la boîte dans le tiroir de la table. Puis elle va ouvrir elle-même. Maurice entre. Dès ses premières phrases et ses premiers gestes, on sent qu’il est comme chez lui.
 
MAURICE, il appuie sur les mots: Bonjour, chère et belle amie.
BLANCHE, moins affectée: Bonjour, mon ami. (Maurice veut l’embrasser par habitude, politesse, et pour braver le péril. Elle recule.) Non.
MAURICE: Oh! en ami.
BLANCHE: Plus maintenant.
MAURICE: Je vous assure que ça ne me troublerait pas.
BLANCHE: Ni moi : précisément : c’est inutile... Avez-vous terminé vos courses ?

Categories : Littérature générale > Théâtre

  • EAN

    9782355831836

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    142 Pages

  • Copy

    No

  • Print

    Authorized without restriction

  • Poids

    2 498 Ko

  • Distributeur

    Numilog

  • Diffuseur

    Numilog

  • Entrepôt

    Numilog

  • Support principal

    ebook (ePub)

Jules Renard

C'est son enfance malheureuse dans une famille désunie qui fournira à Jules Renard la matière de son oeuvre. Originaire de la Mayenne, il monte à Paris, prépare l'Ecole normale supérieure mais arrête ses études pour se consacrer à la littérature. C'est entre 1887 et 1889, alors qu'il vivait dans la misère, qu'il écrit 'Les cloportes', première version de son célèbre 'Poil de carotte' qui ne sera publié qu'après sa mort. Mais d'autres romans comme 'L'écornifleur', ou des pièces de théâtre tel'Le vigneron dans sa vigne', lui apportent le succès. Il part alors vivre à la campagne, où il rédige son journal et rassemble des réflexions, des critiques sur le monde littéraire et sur les illusions du style. Son oeuvre entière, tendue vers une observation cruelle et incisive de la société et des relations familiales, est portée par un style laconique, véritable 'réalisme de silence' dont la littérature contemporaine s'est inspirée dans certaines de ses recherches.

empty