Symphonie du printemps (édition bilingue français/grec)

Traduction ANNE PERSONNAZ  - Langue d'origine : GREC

À propos

Un inédit de Yannis Ritsos. Dès les premiers chants de ce long poème écrit en 1938 sous le régime dictatorial de Metaxas, Yannis Ritsos fait allusion aux drames qui ont jalonné le printemps de sa vie : l'effondrement économique d'une famille noble, la mort prématurée de sa mère et de son frère, la démence qui conduisit son père dans un asile psychiatrique, le désespoir qui l'a lui-même guetté. Mais une présence lumineuse, celle d'une femme, vient effacer les traces de ce passé, apportant la jeunesse, l'espérance et la vie. Une invitation à ouvrir portes et fenêtres pour regarder le monde ? Oui, et à relever la tête, car dans le contexte difficile de la Grèce des dictateurs, le lyrisme explosif de Yannis Ritsos est une tentative de libération par l'imaginaire.


Yannis Ritsos est né à Monemvassia, en Grèce en 1909, dans une famille de propriétaires terriens. Proche du parti communiste grec, il associe la poésie à l'engagement politique, aspire à un idéal de fraternité et lie l'héritage du surréalisme aux forces vives de la culture populaire. Ses combats contre la droite fasciste et la junte militaire, l'expérience de la prison, l'exil ne l'empêchent pas de mener à bien une oeuvre poétique de tout premier ordre. Il s'éteint en 1990.



Categories : Littérature générale > Poésie

  • EAN

    9782362293368

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    144 Pages

  • Poids

    1 208 Ko

  • Distributeur

    Harmonia Mundi

  • Diffuseur

    Harmonia Mundi

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (ePub)

Infos supplémentaires : Multilingue  

Yannis Ritsos

Il est né en Grèce, à Monemvasia, le 1er mai 1909 et mort le 11 novembre
1990 à Athènes.
Cadet d'une famille de grands propriétaires terriens, sa vie est marquée
par la mort de la mère et du frère aîné, la folie de la soeur et du père qui
provoquera leur ruine économique, et la maladie personnelle qui lui vaudra
de fréquents séjours en sanatorium. Il adhère au Parti Communiste Grec
à la fin des années 1920.
De 1948 à 1952, époque de guerre civile, Ritsos est déporté pour ses
convictions politiques dans les îles de Limnos, Makronissos et Aï-Stratis,
en même temps que toute une génération qui y fut emprisonnée, battue,
torturée, exécutée. Mais il écrit toujours, tant bien que mal, secrètement, des
poèmes tels que ceux du Journal de déportation, de 1948 à 1950, interrompu
en 1949 par l'écriture de Temps pierreux. Les poèmes sont enfermés dans des
bouteilles et enfouis dans la terre.
En avril 1967, c'est le coup d'État des Colonels. Ses amis conseillent à Ritsos,
de retour d'un voyage à Cuba, de se cacher mais il ne quitte pas sa maison
d'Athènes. Il est arrêté le matin même et envoyé à la fin du mois sur l'île de
Yaros, un grand rocher sans arbre et sans eau, infesté de rats. Il sera ensuite
transféré sur l'île de Léros puis placé en résidence surveillée à Samos.
Pendant tout ce temps, il continue d'écrire plusieurs séries de poèmes,
toujours en cachette, regroupés sous le titre Pierres Répétitions Grilles.

empty