La semaine de mai

À propos

La Semaine de Mai, livre paru en 1880, n'a plus été réédité depuis 1889. Ce livre rend compte de l'enquête effectuée par Camille Pelletan, sur la semaine du 21 au 28 mai 1871, la « Semaine sanglante ». Pour cette enquête journalistique, l'auteur a réunis les souvenirs de témoins, pour dresser un tableau saisissant de l'incroyable violence des massacres dont ont été victimes des dizaines de milliers de Parisiens lors de la répression de la Commune de Paris.De même que le livre n'était pas réédité, les recherches sur la Semaine sanglante sont restées sans suite jusqu'au XXIe siècle. La réactivation de ce champ de recherches rend aujourd'hui indispensable cette réédition, annotée et préparée par Michèle Audin, autrice en 2021 de La Semaine sanglante. Mai 1871, légendes et comptes.

Camille Pelletan (1846-1915) a été journaliste dès 1869 au journal Le Rappel. À Paris pendant la Commune de 1871, il a été « conciliateur ». C'est lorsque Clemenceau a créé La Justice et lui a demandé d'en être le rédacteur-en-chef qu'il a publié l'enquête La Semaine de Mai.Michèle Audin, publie ses récits littéraires chez Gallimard (Une vie brève; Comme une rivière bleue) et ses travaux sur la Commune chez Libertalia (C'est la nuit surtout que le combat devient furieux; La Semaine sanglante).



Categories : Sciences humaines & sociales > Histoire du monde > Histoire de l'Europe

  • EAN

    9782377292523

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    578 Pages

  • Poids

    573 Ko

  • Distributeur

    Harmonia Mundi

  • Diffuseur

    Harmonia Mundi

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (ePub)

Camille Pelletan

Camille Pelletan (1846-1915) a été journaliste dès 1869 au journal Le Rappel, la mouvance républicaine de Victor Hugo. À Paris pendant la Commune de 1871, il a été « conciliateur ». C'est lorsque Clemenceau a créé La Justice et lui a demandé d'en être le rédacteur en chef qu'il a achevé et publié l'enquête La Semaine de Mai. Il a plus tard été élu député radical.

empty