La guerre, c'est la guerre...

À propos

Mobilisé le 26 août 1939, l'archéologue Michel Scalby n'a aucune disposition pour la guerre ; il a dû abandonner Odile, rencontrée peu de temps avant la mobilisation. Relativement « planqué » dans un poste en retrait des lignes, il a tout loisir de s'interroger sur la grandeur et l'utilité du « devoir » pour lequel on l'a pressenti et il a conscience davantage chaque jour de l'asservissement auquel on le contraint. De plus il se heurte à un certain capitaine Wasselet, ancien de 14-18, pour qui la guerre est une revanche sur un destin médiocre. Appelé au chevet de son père accidenté, Scalby arrive trop tard, et les carnets de guerre de ce dernier, découverts par hasard, le confirment dans un choix qu'il hésitait encore à faire : « il ne rejoindra pas ». Pourtant un oncle et sa mère l'en dissuadent. Arrive le 10 mai 40. Alors que la division monte vers la Belgique, des avions bombardent le convoi. Scalby aura enfin le courage et l'inspiration nécessaires pour venir à bout du cas de conscience qui ne cessait de l'obséder. Ce récit d'une désertion en 1940 est écrit dans le ton familier à Yves Gibeau : plein de verve et de naturel. Le drame de la conscience individuelle en face des obligations civiques atteint ici à son point culminant. Il ne s'agit nullement d'un livre contre l'armée, mais d'un conflit intérieur auquel le talent si personnel du romancier confère une tendresse exceptionnellement rare.

Vous êtes l´auteur ou l´ayant droit de ce livre ? Informez-vous auprès du diffuseur FeniXX en cliquant ici

  • EAN

    9782402209304

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    408 Pages

  • Copy

    Authorized

  • Print

    Authorized

  • Poids

    604 Ko

  • Distributeur

    FeniXX 2

  • Support principal

    ebook (ePub)

empty