L'homme est-il devenu superflu ? ; Hannah Arendt

À propos

La pensée de Hannah Arendt accompagne une expérience personnelle et historique majeure : celle d'une femme, juive, étudiante en philosophie en Allemagne dans les années 1930, confrontée à l'antisémitisme, puis au nazisme et contrainte à l'émigration. Son oeuvre a d'abord été lue comme une analyse du phénomène totalitaire. Mais c'est aussi et surtout une tentative de refondation du " monde commun " qui substitue à la pluralité des mêmes une pluralité des différents et des migrants, et qui valorise la citoyenneté de la résidence. C'est toute l'originalité et l'ambition de cet ouvrage que de restituer à la fois le caractère politique prémonitoire et le mouvement philosophique profond de cette pensée de la blessure et de la naissance, réponse et réplique à Heidegger. Philosophe, écrivain, Françoise Collin a notamment publié Maurice Blanchot et la question de l'écriture, Le Différend des sexes et Je partirai d'un mot. Rédactrice des Cahiers du Grif, elle a dirigé un numéro spécial consacré à Hannah Arendt.

Customer reviews

General opinion

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Categories : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Sociologie généralités

  • EAN

    9782738140579

  • Disponibilité

    Disponible

  • Copy

    No

  • Print

    Authorized with restriction

  • Print count

    336

  • Share

    Authorized with restriction

  • Share count

    6 devices

  • Poids

    850 Ko

  • Distributeur

    Numilog

  • Support principal

    ebook (ePub)

  • Sommaire relié au texte

    No

  • Ordonnancement des éléments (textuels ou non)

    No

  • Description des éléments non textuels

    No

  • Numérotation des pages papier (mises en page redistribuable)

    No

Françoise Collin

Françoise Collin, écrivain philosophe a publié des romans, des récits ainsi que des essais. Son dernier ouvrage L'homme est-il devenu superflu ? Odile Jacob, 1999). Elle enseigne actuellement au Centre parisien d'études critiques.

empty