être le bien d'un autre

À propos

Le code civil dispose de seulement deux catégories : celle des personnes et celle des choses. En janvier 2015, l'Assemblée nationale reconnaît l'animal comme un « être vivant doué de sensibilité ». Malgré cette modification, les animaux font toujours partie de la catégorie juridique des choses. Légalement, ces êtres existent pour servir l'humain, et non de manière intrinsèque. L'animal, comme l'esclave de la Rome antique, appartient à son maître. Il est « le bien d'un autre ». Face à la division entre les personnes et les choses qui gouverne le droit, quelle est la stratégie des défenseurs des droits des animaux ? Quel type de droits réclament-ils et sur quels fondements ? En deux courts essais, Florence Burgat montre comment la notion de « personne » permet de faire évoluer le statut juridique des animaux, vers un plus grand respect. Nul besoin de ressembler à un humain adulte autonome et responsable pour être juridiquement une personne.

Customer reviews

General opinion

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN

    9782743643232

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    128 Pages

  • Copy

    No

  • Print

    No

  • Share

    Authorized with restriction

  • Share count

    6 devices

  • Poids

    563 Ko

  • Distributeur

    Actes Sud

  • Support principal

    ebook (ePub)

Florence Burgat

Florence Burgat est philosophe, directrice de recherche à l'INRA. Elle travaille sur les approches phénoménologiques de la vie animale et notamment sur l'éthique de nos rapports avec les animaux.ÿElle est l'auteur d'Animal mon prochain (Odile Jacob, 1997), couronné par le prix Biguet de l'Académie française, et d'Une autre existence (Albin Michel, 2012).

empty