De la Guyane à la diaspora africaine

Donnez votre avis

Cet ouvrage n'a pas encore été noté

Offrir cet ebook

[eBook]  De la Guyane à la diaspora africaine

Extrait Le Code Noir L’image de D’Chimbo telle qu’elle apparaît dans La Feuille de la Guyane Française semble en effet dériver, en grande partie, de celle de l’esclave africain tel que le dépeint le Code. Celle-ci, loin de disparaître à la Révolution française, demeure vivace en tant qu’image du « Nègre » bien après la seconde abolition de l’esclavage en 1848. Sous couvert de réglementer les comportements – voire de limiter les abus – des maîtres vis-à-vis des esclaves, ce code chevauche deux espaces : celui du sol français qui interdit l’esclavage, et celui des colonies lointaines qui le pratiquent. En France, donc, l’esclave n’existe pas. Comment peut-il alors exister juridiquement dans ses colonies ? « L’esclave existe juridiquement s’il désobéit, et le corps social veille à cruellement sanctionner cette existence-là?[8]? » répond Louis Sala-Molins dans Le Code Noir ou le calvaire de Canaan . Autrement dit, il n’existe qu’une fois rebelle. Comment justifier un tel code ? Par la lecture particulière d’un épisode précis de la Bible, répond le même (ré)éditeur critique du Code : l’histoire de Cham, l’ancêtre qui, par son regard transgresseur de la nudité du père, a attiré les foudres de Noé, et au-delà, de Yahvé (le Père par excellence) sur son fils Canaan et sa descendance. Dans la plus pure tradition biblique, la dynastie tout entière se voit dès lors réduite à l’esclavage, devant la nécessité d’expier l’incommensurable faute originelle de Cham, le père. Par le truchement d’un étrange parallèle symptomatique d’une systématisation idéologique, la malédiction divine devient justificatrice de la traite puis de l’esclavage des Noirs, forcément descendants de Cham le maudit. Dès lors est posée, à la suite d’un vertigineux syllogisme, une étrange équation existentielle entre l’épiderme et l’assignation du rang social ou fonction économique : être noir = être esclave – ou, à l’époque esclavagiste : nègre = esclave. D’ailleurs, cette équation va tellement de soi pour les bénéficiaires du marché triangulaire, que la précision « esclave nègre » – par opposition à « esclave » tout court – n’apparaîtra qu’en 1724. Dans le Code Noir de 1685, « esclave » et « nègre » sont des termes interchangeables?[9]?.

  • EAN 9782811121044
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 179 Pages
  • Action copier/coller Dans le cadre de la copie privée
  • Action imprimer Dans le cadre de la copie privée
  • Poids 1 967 Ko
  • Distributeur Numilog

Avis des internautes


empty