Maria Chapdelaine

Donnez votre avis

Cet ouvrage n'a pas encore été noté

Offrir cet ebook

[eBook] Maria Chapdelaine

Ne laissons pas Maria Chapdelaine à nos amis québécois. Louis Hémon meurt à 33 ans, il est au Québec depuis 20 mois seulement, dont cet hiver dans un chantier des bois du lac Saint-Jean. À Montréal, il essaye de faire son chemin dans le journalisme, notamment en expliquant à ceux de l'Amérique les bienfaits du sport (cyclisme, course), tel qu'on le pratique en Europe. Et puis il retente l'aventure : il marche le long d'une voie ferrée avec un Australien de son acabit, quand ils sont fauchés par un train. En froid avec sa famille, il s'est marié à Londres, a eu un enfant, mais la jeune femme a dû être hospitalisée dans un hôpital psychiatrique, l'enfant confié à sa soeur. Le contexte de Maria Chapdelaine n'a rien d'une fable paysanne. C'est une histoire tragique, carrée comme une tragédie grecque. Une femme, trois hommes, le temps, la mort. Et puis l'espace: les routes du grand nord. Et puis l'hiver même, et l'immigration, comme cet accordeur de piano parisien débarqué là soudain pour planter des pommes de terre. Ou celui d'ici qui a préféré le chemin d'un nouvel exil, vers Boston et l'autre langue. Là aussi, rien de rural dans l'épopée - l'épopée sans voix de Maria, qui n'a pas les rêves d'une Emma Bovary, c'est ce qui rend ce livre si magnifique. Un an plus tard, en 1914, l'histoire se chargerait de rebrasser les cartes. Reste la neige, le bois, le temps. Reste l'art des paroles, et comme au Québec on les retient. Louis Hémon a tout compris, observé, deviné. Un écrivain. FB

  • EAN 9782814504899
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 275 Pages
  • Copy Authorized without restriction
  • Print Authorized without restriction
  • Share Authorized without restriction
  • Distributeur Immatériel

Louis Hémon

Louis Hémon est né à Brest en 1880 d'une vieille famille bretonne.. Reçu à l'école coloniale, il donne rapidement sa démission et débute sa carrière littéraire en remportant le premier prix d'un concours littéraire organisé par le journal « Le Vélo ». En 1911, il part pour le Canada, dans la région du lac Saint-Jean. C'est à cet endroit qu'il écrit Maria Chapdelaine. Louis Hémon meurt renversé par un train en 1913. Maria Chapdelaine est publié posthume.

Customer reviews

empty