Gloire soit aux pères

À propos

Extrait J'avais toujours rêvé de devenir saint. Déjà à cinq ans, j'essayais de léviter afin de m'élever vers le Seigneur, et ma mère m'enseignait des mantras susceptibles de m'aider à renouer avec mes vies antérieures. J'étais censé pouvoir planer au-dessus de la cour arrière de mon taudis et apercevoir tous les grands personnages qui m'avaient précédé et m'habitaient toujours. Pour éviter le plafond de vieux bois pourri de la galerie et prendre mon envol plus aisément, je me suis installé sur le bord des marches d'escalier qui descendaient du troisième étage; assis en position du lotus, je faisais de petits bonds sur place en m'aidant de mes seules mains afin de faciliter le départ, mais je n'ai réussi qu'à débouler les trente-deux marches qui me séparaient de la terre battue. Je me suis relevé sans égratignure aucune. C'est là que j'ai eu la révélation que seul un superhéros ou un saint avait pu se sortir indemne d'une chute qui aurait dû, sans l'assistance d'un Dieu bon, se terminer en catastrophe. À la fin de cette première moitié du vingtième siècle, la concurrence étant de taille dans le monde des superhéros, j'ai opté pour la sainteté. Quelque deux ans plus tard, j'ai eu une autre confirmation, une autre preuve, et non la moindre, que je serais le bienvenu parmi les élus. Il y avait déjà une sainte dans la famille: Mena, une vague tante de ma mère, puisque c'était la demi-soeur de mon grand-père maternel, et j'ai eu l'insigne privilège d'être témoin de son premier miracle. J'ai rencontré pour la première fois ce grand-père bizarre et bossu à l'enterrement de cette chère tante Mena (elle avait trépassé en odeur de sainteté le jour de mes sept ans). Papi s'est présenté devant son cercueil, couvert d'une cape des chevaliers de Colomb, tricorne à plumes sur la tête et sabre en bandoulière. C'est grâce à lui, qui avait réussi à amasser assez de sous en piochant dans les quêtes des nombreuses organisations de bienfaisance dont il avait fait partie toute sa vie, que Mena, cette demi-soeur beaucoup plus jeune que lui aux origines des plus suspectes, avait pu entrer dans les ordres. Papi avait été bedeau, chantre, responsable des finances de sa paroisse et pigeait allègrement dans le sac des oboles. Mais jamais pour lui. Il défendait la veuve et l'orphelin, allant même jusqu'à couvrir de fourrures des dames de la haute qui n'avaient plus les moyens de s'en offrir. Pour apaiser sa culpabilité maladive, il payait parfois les études d'une illuminée. Il aurait donc été malvenu qu'il ne finance pas les aspirations de cette parente encombrante qui avait pu, grâce à une dot importante, en espèces sonnantes et trébuchantes, joindre les rangs de la congrégation de Notre-Dame, cénacle réservé aux filles de riches. Les rumeurs étaient confirmées: ces épouses du Seigneur nanties et cultivées n'acceptaient pas facilement les intruses d'une autre classe sociale.

Categories : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782894856635

  • Disponibilité

    Disponible

  • Copy

    Authorized

  • Print

    Authorized

  • Poids

    2 015 Ko

  • Distributeur

    Numilog

  • Support principal

    ebook (ePub)

empty