Omnibus

  • "Un scandale en Bohême", "Une affaire d'identité", "La bande tachetée", "La cycliste solitaire", "Charles Augustus Milverton", "Le manoir de l'abbaye", "La disparition de lady Frances Fairfax", "La pensionnaire voilée", "La boîte en carton".
    On a souvent taxé Sherlock Holmes de misogynie ; et pourtant, les figures féminines abondent dans ses aventures, dont Irene Adler - "LA femme" -, héroïne de la première des cinquante-six nouvelles de ses aventures, "Un scandale en Bohême". Ces neuf nouvelles ont chacune une femme comme personnage central, qu'elle soit victime ou objet de l'enquête du génial détective.
    La traduction d'Eric Wittersheim rend grâce au style fluide de Conan Doyle.

  • On le sait peu, sir Arthur Conan Doyle avait commencé sa carrière comme médecin à bord d'un navire baleinier puis d'un cargo mixte le long des côtes d'Afrique. Il n'oublia jamais ces aventures vécues côte à côte avec de simples matelots et des capitaines téméraires. Il en a tiré douze récits réunis en deux recueils - Contes de pirates et Contes de la haute mer. Ils étaient restés peu connus surtout en raison de leur traduction en français, dépassée et peu respectueuse de l'univers marin. Cette nouvelle traduction, à la fois moderne et maritimement irréprochable, restitue ce qu'on aime le mieux en Conan Doyle : son art de suggérer une atmosphère terrifiante en quelques phrases, de nouer une énigme apparemment inextricable, de la dénouer avec une logique qui laisse admiratif. On découvre alors que la mer offre le plus inquiétant des décors, le bateau le plus angoissant des huis-clos, et le monde des pirates les plus fascinants des meurtriers.

  • Cet ouvrage constitue le premier volume des Aventures de Sherlock Holmes, le héros le plus célèbre de la littérature, en édition bilingue illustrée et dans une traduction nouvelle et complète.Quand Arthur Conan Doyle fait paraître en 1887 dans le numéro de Noël d'un magazine la première partie d'un roman mettant en scène un détective aux méthodes originales, il ne se doute évidemment pas qu'il vient de donner naissance au personnage le plus célèbre de la littérature, l'archétype même du détective, et que par la même occasion il vient d'inventer le roman policier moderne. Le succès viendra rapidement, puis ce sera un triomphe mondial, qui ne s'est pas démenti à ce jour. De 1887 à 1927, quatre romans et cinquante-six nouvelles mettront en scène Sherlock Holmes et son fidèle Dr Watson, le narrateur de ses aventures.

  • Il vit à Londres, au 221B Baker Street, à la fin du dix-neuvième siècle. Il a des idées un peu bizarres... Il se passionne pour certaines branches de la science. Il est assez calé en anatomie, est un chimiste de premier ordre qui, malgré des études très décousues et excentriques, a ammassé des tas de connaissances peu ordinaires. Il n'est pas aisé de le faire parler, bien qu'il puisse être assez expansif quand l'envie lui en prend. Il joue du violon. Il a un métier : dénouer les énigmes étranges auxquelles il est le seul à pouvoir apporter une solution. Il a un défaut : il affectionne les drogues. Il a un ami : le docteur Watson, témoin et narrateur de ses aventures. Son créateur, Arthur Conan Doyle, a inventé le roman policier moderne. Il s'appelle Sherlock Holmes.

  • La sulfureuse femme fatale Irène Adler fait chanter le roi de Bohême et menace de souiller sa réputation auprès de sa pieuse et délicate fiancée, héritière d´une famille princière scandinave. Qui mieux que Sherlock Holmes peut déjouer ses plans?

    Une enquête menée de main de maître, avec l´assistance admirative de ce cher docteur Watson!

  • Sherlock Holmes restera assis quelques instants, silencieux, il avait de nouveau rassemblé les extrémités de ses dix doigts ; ses longues jambes s'étiraient devant lui, il regardait fixement le plafond. Puis il retira de son râtelier la bonne vieille pipe qui était sa conseillère. Il l'alluma, s'enfonça dans son fauteuil, envoya en l'air de larges ronds de fumée bleue. Son visage s'assombrit sous une sorte de langueur. "Très intéressante à étudier, cette jeune fille ! dit-il. Je l'ai trouvée plus intéressante que son petit problème qui est, soit dit en passant, assez banal. Vous trouverez une affaire analogue si vous consultez mon répertoire à Andover en 1877, et un autre presque le même, à la Hague l'an dernier...". Ainsi donc Sherlock Holmes a déjà trouvé le fin mot de l'affaire que vient de lui confier cette malheureuse jeune femme, alors que Watson nage en plein "potage".

  • Sherlock Holmes et Watson sont dépêchés au Val Boscombe afin d'enquêter sur la mort de Charles McCarthy. L'inspecteur Lestrade, de Scotland Yard, est persuadé que celui-ci a été tué par son fils James, tant les preuves contre lui sont accablantes. Cependant, Holmes n'est pas convaincu par l'enquête de Lestrade et parvient à une conclusion différente...

  • Le surlendemain d'une année de noël, Sherlock Holmes est contacté par le commissionnaire Peterson, qui a retrouvé dans la rue un chapeau et une oie dans le gosier de laquelle il a trouvé une escarboucle. Holmes et Watson se lancent à travers la ville pour retrouver le propriétaire du chapeau et de retrouver le vrai voleur de la pierre précieuse. Leur enquête leur permettra de faire tomber les poursuites contre John Horner, un jeune plombier, suspecté à tort du vol de l'escarboucle bleue de la comtesse.

  • Victor Hatherley, ingénieur en hydraulique, arrive la main en sang et le pouce sectionné chez le Dr. Watson. Celui-ci panse sa plaie et ils se rendent ensemble chez Holmes, qui tente se résoudre une affaire passablement étrange. Hatherley raconte qu'il a été engagé par un client, le colonel Lysander Stark, pour faire examiner une presse hydraulique défaillante. Curieusement, le rendez-vous a lieu en pleine nuit dans un endroit tenu secret. Le colonel explique que la presse est utilisée pour comprimer de la terre à foulon et exige une discrétion absolue. Après un examen rapide du matériel, le jeune Hatherley comprend qu'on lui a menti et exige de connaître la véritable nature du l'activité du colonel...

  • Un banquier, monsieur Alexander Holder, prête 50 000 livres sterling à un client et reçoit un diadème comme garantie. Pour plus de sécurité, il décide de ne pas le laisser au coffre dans son bureau et l'emporte à son domicile. Pendant la nuit, il se réveille et aperçoit son fils Arthur, le diadème à la main. La nièce de Holder, Mary, qui est accourue, s'évanouit. Trois béryls manquent sur le diadème. Holder décide de contacter Holmes afin de retrouver les pierres. Au cours de son enquête, Holmes n'est pas convaincu de la culpabilité d'Arthur. Après l'examen de traces de pas dans la neige, autour de la maison, il découvre la vérité...

  • Sherlock Holmes et Watson se rendent dans le Wessex pour enquêter à la demande du colonel Ross. L'entraineur de Flamme d'Argent, John Straker, est retrouvé mort et c'est Fitzroy Simpson qui est accusé du meurtre. Sherlock Holmes va découvrir que Straker menait une double vie et s'était endetté pour séduire une femme de Londres.

  • C'est dans le train menant à Birmingham que Hall Pycroft explique à Watson l'étrange mésaventure qu'il vient de vivre. Le jeune homme, travaillant dans le domaine financier, avait perdu son emploi plusieurs mois auparavant, suite à la faillite de la banque qui l'employait. Alors que le chômage commençait à lui rendre la vie difficile, il eut l'occasion de trouver un emploi chez Mawson & William's, un bureau de change prestigieux prêt à lui offrir un salaire très confortable. Toutefois, le soir même où le jeune homme reçoit par courrier l'annonce de sa nouvelle fonction, un homme du nom d'Arthur Pinner, agent financier, vient lui rendre visite et lui propose un travail encore mieux rémunéré que chez Mawson & William's. Alors que Pycroft éprouve des doutes envers ces promesses exceptionnelles, l'homme lui remet une avance de 100 livres sterling. Pycroft n'hésite plus et s'engage auprès du nouveau venu... mais après plusieurs jours de travail, des éléments l'intriguent et il décide de s'adresser au célèbre détective londonien...

  • Par un soir d'hiver, alors que Holmes et Watson se trouvent au 221B Baker Street, Holmes décide de narrer à son ami sa toute première enquête, alors qu'il était encore étudiant à l'université. Holmes explique ainsi qu'à cette époque, il était devenu camarade avec un dénommé Victor Trevor, qui l'avait par la suite invité à passer un mois de vacances chez son père, dans le Norfolk. Alors que le séjour avait parfaitement débuté, la quiétude de la demeure s'était rapidement troublée par la venue d'un homme du nom d'Hudson, une vieille connaissance du père de Victor Trevor. Sans que ni Victor Trevor ni Holmes ne sachent pourquoi, le vieil homme avait alors rapidement adopté une attitude des plus étranges, de toute évidence très troublé par l'arrivée de cet inconnu...

  • Melas explique à Holmes qu'il est d'origine grecque et qu'il exerce le métier d'interprète à Londres, où il jouit d'une certaine renommée. Mais en soirée, Melas a reçu la visite de Latimer, qui avait besoin de ses services. Le traducteur, ayant accepté d'intervenir, est monté dans un fiacre en compagnie de son client, lorsque soudainement, ce dernier a sorti une matraque en prenant une attitude menaçante.

  • Watson reçoit une lettre d'un ancien camarade d'école, un dénommé Percy Phelps, travaillant au Foreign Office sous les ordres de son oncle Lord Holdhurst. Phelps explique que sa carrière est en mauvaise posture à cause d'une grave affaire et implore que Sherlock Holmes vienne le voir chez lui à Woking où il est alité depuis deux mois...

  • Le dernier problème est une nouvelle extraite du recueil Les Mémoires de Sherlock Holmes, paru dans le Tome 2 des Aventures de Sherlock Holmes chez Omnibus, en 2006.
    Version originale

empty