Thriller Editions

  • Des cris lugubres résonnent sur la lande... Et voici que la légende prend corps. Un chien énorme, créature fantomatique et infernale, serait à l'origine de la mort de sir Charles Baskerville. Maudit soit Hugo, l'ancêtre impie et athée, qui provoqua, en son temps, les forces du mal... Sherlock Holmes ne peut croire à de telles sornettes. Aussi, lorsqu'il dépêche le fidèle Watson auprès de sir Henry, l'héritier nouvellement débarqué d'Amérique, il ne doute pas de mettre rapidement fin à ces spéculations. Pourtant, la mort a frappé plusieurs fois sur la lande et le manoir est le théâtre de phénomènes bien étranges... Se peut-il que la malédiction des Baskerville pèse encore ?

  • Le professeur Challenger, un zoologiste aussi célèbre qu'irascible, est revenu d'une expédition en Amérique du Sud avec une histoire incroyable. Il aurait découvert, sur un plateau isolé du reste de l'Amazonie par des escarpements vertigineux, un monde peuplé d'une faune inconnue remontant aux premiers âges jurassiques. Pour confondre ses détracteurs, il tente une seconde expédition à laquelle se joint un jeune journaliste, Edward Malone, qui cherche l'aventure pour briller aux yeux de celle qu'il aime...

  • Un jour, Sherlock Holmes reçoit une lettre de Tobias Gregson, un des limiers de Scotland Yard, qui lui demande de l'aide dans une affaire de meurtre. Un cadavre est découvert avec plusieurs indices, et Sherlock Holmes démontre plus tard que ce sont de fausses pistes. Après de longues investigations, Holmes constate que plusieurs indices ne correspondent pas à l'apparence des faits. C'est en questionnant les inspecteurs de Scotland Yard que Holmes et Watson parviennent à identifier la victime mormone, grâce à une femme qui a hébergé la victime...

  • Le célèbre détective Sherlock Holmes reçoit un message l´avertissant de l´assassinat d´un certain Douglas, originaire de Birlstone Manor House. Le défunt a été tué d´un coup de carabine Winchester, et est par conséquent méconnaissable. Très rapidement, Sherlock Holmes élimine de la liste des suspects l´ami et la femme du défunt et démontre finalement que le mort n´est pas Douglas. Celui-ci sort alors de sa cachette et raconte son histoire...

  • Pendant quelques minutes les deux amis bavardèrent tranquillement à coeur ouvert ; leur prisonnier se débattait en vain pour se libérer de ses liens. Quand ils regagnèrent la voiture, Holmes se retourna pour contempler la mer éclairée par la lune et hocha pensivement la tête. « Le vent d´est se lève, Watson ! »

  • Sans doute avancera-t-on qu´un problème qui implique des possibilités pareilles devrait être laissé de côté. La réponse serait, me semble-t-il, que ces manifestations sont heureusement assez rares, alors qu´au contraire le réconfort qu´apportent les esprits illumine quotidiennement des milliers de vies. Nous n´interromprons pas notre exploration parce que le pays exploré contient quelques créatures néfastes. Renoncer à l´étude des phénomènes psychiques équivaudrait à les abandonner aux forces mauvaises, tandis que nous nous priverions de ce savoir qui nous aide à les comprendre et à en mesurer toutes les conséquences...

  • 11 aventures du célébre détective londonnien : Sherlock holmes.

  • Une mère vampire s'attaquant à son propre enfant : qui voudrait croire à une telle horreur ? Tel est pourtant bien, en apparence, le drame que Sherlock Holmes et son inséparable Watson doivent tenter d'éclaircir.

  • C'était horrible ! Il n'y a pas de mots pour dépeindre le cadre d'un visage quand le visage n'est plus. Deux très beaux yeux noirs vivants émergeaient tristement d'une ruine effroyable et ajoutaient à l'horreur de cette vision. Holmes leva les mains dans un geste de pitié et de protestation. Ensemble nous quittâmes la pièce.

  • Sherlock Holmes passe à Scotland Yard et son ami lui fait part d'une énigme : un fou détruit des bustes de Napoléon Ier, sans raison apparente, en s´infiltrant chez les gens.

  • Un trésor volé et un pacte secret entre quatre bagnards, Mary Morstan, future épouse du docteur Watson, Toby, chien au flair très développé...
    Arthur Conan Doyle commence à nous dévoiler les habitudes de Sherlock Holmes, et notamment, son utilisation des drogues pour tromper l'ennui qui l'accable entre deux enquêtes...

  • Ce qui me glaçait de terreur, c´était cet alpenstock, qui me prouvait que mon ami n´était pas allé à Rosenlaui. Holmes avait dû rester là, sur cet étroit sentier, bordé d´un côté par une paroi abrupte et de l´autre par un précipice, et c´était là que son ennemi l´avait surpris. Aucune trace du jeune Suisse, bien entendu, Moriarty l´avait payé, le gamin était parti, laissant les deux hommes face à face. Que s´était-il passé ensuite ? Qui pourrait jamais nous le dire ?

  • Un banquier, monsieur Alexander Holder, prête 50 000 livres sterling à un client et reçoit un diadème comme garantie. Pour plus de sécurité, il décide de ne pas le laisser au coffre dans son bureau et l'emporte à son domicile. Pendant la nuit, il se réveille et aperçoit son fils Arthur, le diadème à la main. La nièce de Holder, Mary, qui est accourue, s'évanouit. Trois béryls manquent sur le diadème. Holder décide de contacter Holmes afin de retrouver les pierres. Au cours de son enquête, Holmes n'est pas convaincu de la culpabilité d'Arthur. Après l'examen de traces de pas dans la neige, autour de la maison, il découvre la vérité...

  • "Voilà comment les Atlantes ont été sauvés du plus horrible danger qui pouvait les menacer, et comment une présence maléfique a été bannie du monde à jamais. Il a fallu que nous attendions quelques jours pour que le docteur Maracot soit en état de nous raconter son histoire ; elle était d´ailleurs tellement extraordinaire que, si nous n´avions pas assisté à son épilogue, nous l´aurions attribuée au délire. Ses pouvoirs l´avaient abandonné sitôt passée l´occasion de les manifester, et il était redevenu l´homme de science doux et paisible que nous avions connu."

  • Mrs. Violet Smith vient pour s'entretenir avec Sherlock Holmes d'une affaire qui l'intrigue. La jeune femme explique être une enseignante en musique issue d'une famille pauvre depuis la mort de son père plusieurs mois auparavant. Outre sa mère restée à ses côtés, la jeune femme avait aussi un oncle du nom de Ralph Smith, mais ce dernier est lui aussi décédé. Il vivait en Afrique du Sud, et sa mort lui a été rapportée, ainsi qu'à sa mère, par deux hommes du nom de Bob Carruthers et Jack Woodley, des connaissances de Ralph Smith en Afrique. Voyant la pauvreté de la jeune femme, Bob Carruthers lui a alors proposé de venir habiter chez lui à Charlington pour donner des cours à sa fille en l'échange d'un très bon salaire, ce qu'elle a accepté à condition de pouvoir revenir voir sa mère chaque week-end par le train. La jeune femme réalise donc chaque semaine l'aller-retour, et utilise sa bicyclette pour faire le trajet entre la demeure de son hôte et la gare de Charlington, en empruntant une route particulièrement calme à travers la lande. La jeune femme se montre satisfaite de sa situation, mais a remarqué, depuis quelques temps que lors de ses fréquents parcours en bicyclette, qu'un homme barbu, qu'elle ne connaît pas, la suit à vélo en gardant une distance d'environ 200 mètres par rapport à elle. La jeune femme, davantage intriguée qu'apeurée, demande à Holmes de comprendre ce qui se trame autour d'elle.

  • De curieux gribouillages d´aspect enfantin sont apparus dans la propriété des Cubitt dans le Norfolk. Ils représentent de petits bonhommes en train de danser. Ces dessins surgissent de façon mystérieuse : parfois sur des bouts de papier déposés pendant la nuit, parfois griffonnés à la craie sur un mur, une porte ou le rebord d´une fenêtre. Chaque fois, leur découverte semble terrifier Elsie, mais elle n´en donne aucune explication à son mari. Holmes demande à Cubitt de lui transmettre une copie fidèle de chaque nouveau message des « hommes dansants ». Grâce au matériel ainsi rassemblé, Holmes parvient à briser le code secret des mystérieux graffiti. C´est alors que Cubitt est tué d´une balle en plein coeur et sa femme gravement blessée à la tête. Est-ce un meurtre suivi d´un suicide ? À la stupéfaction de l´inspecteur de police local, Holmes découvre vite qu´il n´en est rien. Plusieurs indices lui font suspecter l´implication d´une troisième personne, qui est aussi certainement l´auteur des messages codés. Pour étayer ses soupçons, Holmes devra recourir de nouveau à ses compétences de cryptologue...

  • Jeune seigneur, Nigel vit avec sa mère dans la précarité, en conflit avec le monastère voisin qui a réduit à peau de chagrin les propriétés héritées de son père. Mais les débuts de cette guerre, dont on ne sait pas encore qu'elle durera cent ans, vont lui donner l'occasion de s'engager dans l'armée du roi Édouard, pour guerroyer dans les possessions anglaises sur la terre de France. Nigel s'illustrera contre des pirates, lors de la traversée, dans des combats en Bretagne, avant de rejoindre le roi en Guyenne. Tournois, ripailles, embûches seront son quotidien, ainsi que de nombreux exploits. Exploits sans lesquels il ne pourrait rentrer au pays pour y retrouver sa dame qui l'attend.

  • Jabez Wilson demande l'aide de Sherlock Holmes après avoir intégré une certaine Ligue des Rouquins. Quelques semaines auparavant son jeune assistant, Vincent Spaulding, lui a montré une annonce où il était écrit que toute personne rousse pouvait espérer pouvoir intégrer la Ligue des Rouquins et ainsi gagner quatre livres par semaine. Monsieur Wilson s'est alors présenté et a été engagé par un certain Duncan Ross. Sa mission est de recopier des pages de l'encyclopédie britannique de 10 h à 14 h. Il faut aussi ajouter que Monsieur Ross a bien insisté sur le fait qu'il devait toujours être ponctuel et ne jamais sortir pendant ces quatre heures de travail sous peine d'être licencié. Tout se passe très bien pendant plusieurs semaines mais un jour alors que Monsieur Wilson allait à son travail il trouve sur la porte une feuille annonçant la dissolution de la Ligue des Rouquins. Cette affaire devenant de plus en plus floue, il décide d'aller voir Sherlock Holmes et, avec son aide, découvre que Mr. Ross s'appelle en réalité William Morris...

  • La grande ombre avait été chassée de dessus l'Europe ; elle ne viendrait plus s'allonger d'un bout à l'autre du pays, planant sur les fermes paisibles, les humbles villages, faisant les ténèbres dans des existences qui auraient été si heureuses.

  • Le seul symptôme visible était une diminution rapide de la vitalité, une faiblesse du corps qui laissait l´esprit intact...

  • Sherlock Holmes explique à Watson qu'il a été contacté par Susan Dobney au sujet de la disparition de Lady Frances Carfax. Dobney est une ancienne gouvernante de Lady Carfax. Elle avait pour habitude de lui écrire une fois toutes les deux semaines, mais l´ancienne gouvernante n'a pas reçu de nouvelles depuis plus de cinq semaines à présent, ce qui est anormal. Le détective craint qu'un malheur ne soit arrivé à Lady Frances Carfax et charge Watson d'aller enquêter sur le continent, étant lui-même pris par une autre affaire...

  • Thorneycroft Huxtable, directeur d'une école primaire très prestigieuse dans le nord de l'Angleterre, arrive chez Holmes et Watson dans un grand état d'épuisement et de stress. Dans son école, 3 jours plus tôt, un jeune garçon de douze ans nommé Lord Saltire et un professeur d'allemand nommé Heidegger ont disparu pendant la nuit. Les seuls éléments que l'enquête a pu déterminer sont les suivants : Lord Saltire est sorti du dortoir par la fenêtre en se tenant au lierre. Quant au professeur Heidegger, il semble qu'il soit sorti lui aussi par la fenêtre...

  • Douze aventures où les amateurs de suspense retrouveront avec plaisir les personnages haut en couleur de Conan Doyle...

  • John Hector McFarlane, un jeune notaire de Blackheath, explique à Holmes qu'il est poursuivi par la police pour le meurtre de Jonas Oldacre alors qu'il est innocent de ce crime. La veille, le corps d'Oldacre a été retrouvé brûlé dans un tas de bois sur le terrain de sa propriété de Norwood et une canne appartenant à McFarlane a été retrouvée à l'intérieur de la demeure, ce qui, évidemment, semble l'accuser...

empty