Thriller Editions

  • Un jour, Sherlock Holmes reçoit une lettre de Tobias Gregson, un des limiers de Scotland Yard, qui lui demande de l'aide dans une affaire de meurtre. Un cadavre est découvert avec plusieurs indices, et Sherlock Holmes démontre plus tard que ce sont de fausses pistes. Après de longues investigations, Holmes constate que plusieurs indices ne correspondent pas à l'apparence des faits. C'est en questionnant les inspecteurs de Scotland Yard que Holmes et Watson parviennent à identifier la victime mormone, grâce à une femme qui a hébergé la victime...

  • Le célèbre détective Sherlock Holmes reçoit un message l´avertissant de l´assassinat d´un certain Douglas, originaire de Birlstone Manor House. Le défunt a été tué d´un coup de carabine Winchester, et est par conséquent méconnaissable. Très rapidement, Sherlock Holmes élimine de la liste des suspects l´ami et la femme du défunt et démontre finalement que le mort n´est pas Douglas. Celui-ci sort alors de sa cachette et raconte son histoire...

  • Pendant quelques minutes les deux amis bavardèrent tranquillement à coeur ouvert ; leur prisonnier se débattait en vain pour se libérer de ses liens. Quand ils regagnèrent la voiture, Holmes se retourna pour contempler la mer éclairée par la lune et hocha pensivement la tête. « Le vent d´est se lève, Watson ! »

  • Sans doute avancera-t-on qu´un problème qui implique des possibilités pareilles devrait être laissé de côté. La réponse serait, me semble-t-il, que ces manifestations sont heureusement assez rares, alors qu´au contraire le réconfort qu´apportent les esprits illumine quotidiennement des milliers de vies. Nous n´interromprons pas notre exploration parce que le pays exploré contient quelques créatures néfastes. Renoncer à l´étude des phénomènes psychiques équivaudrait à les abandonner aux forces mauvaises, tandis que nous nous priverions de ce savoir qui nous aide à les comprendre et à en mesurer toutes les conséquences...

  • Sherlock Holmes passe à Scotland Yard et son ami lui fait part d'une énigme : un fou détruit des bustes de Napoléon Ier, sans raison apparente, en s´infiltrant chez les gens.

  • Un banquier, monsieur Alexander Holder, prête 50 000 livres sterling à un client et reçoit un diadème comme garantie. Pour plus de sécurité, il décide de ne pas le laisser au coffre dans son bureau et l'emporte à son domicile. Pendant la nuit, il se réveille et aperçoit son fils Arthur, le diadème à la main. La nièce de Holder, Mary, qui est accourue, s'évanouit. Trois béryls manquent sur le diadème. Holder décide de contacter Holmes afin de retrouver les pierres. Au cours de son enquête, Holmes n'est pas convaincu de la culpabilité d'Arthur. Après l'examen de traces de pas dans la neige, autour de la maison, il découvre la vérité...

  • Mrs. Violet Smith vient pour s'entretenir avec Sherlock Holmes d'une affaire qui l'intrigue. La jeune femme explique être une enseignante en musique issue d'une famille pauvre depuis la mort de son père plusieurs mois auparavant. Outre sa mère restée à ses côtés, la jeune femme avait aussi un oncle du nom de Ralph Smith, mais ce dernier est lui aussi décédé. Il vivait en Afrique du Sud, et sa mort lui a été rapportée, ainsi qu'à sa mère, par deux hommes du nom de Bob Carruthers et Jack Woodley, des connaissances de Ralph Smith en Afrique. Voyant la pauvreté de la jeune femme, Bob Carruthers lui a alors proposé de venir habiter chez lui à Charlington pour donner des cours à sa fille en l'échange d'un très bon salaire, ce qu'elle a accepté à condition de pouvoir revenir voir sa mère chaque week-end par le train. La jeune femme réalise donc chaque semaine l'aller-retour, et utilise sa bicyclette pour faire le trajet entre la demeure de son hôte et la gare de Charlington, en empruntant une route particulièrement calme à travers la lande. La jeune femme se montre satisfaite de sa situation, mais a remarqué, depuis quelques temps que lors de ses fréquents parcours en bicyclette, qu'un homme barbu, qu'elle ne connaît pas, la suit à vélo en gardant une distance d'environ 200 mètres par rapport à elle. La jeune femme, davantage intriguée qu'apeurée, demande à Holmes de comprendre ce qui se trame autour d'elle.

  • Jabez Wilson demande l'aide de Sherlock Holmes après avoir intégré une certaine Ligue des Rouquins. Quelques semaines auparavant son jeune assistant, Vincent Spaulding, lui a montré une annonce où il était écrit que toute personne rousse pouvait espérer pouvoir intégrer la Ligue des Rouquins et ainsi gagner quatre livres par semaine. Monsieur Wilson s'est alors présenté et a été engagé par un certain Duncan Ross. Sa mission est de recopier des pages de l'encyclopédie britannique de 10 h à 14 h. Il faut aussi ajouter que Monsieur Ross a bien insisté sur le fait qu'il devait toujours être ponctuel et ne jamais sortir pendant ces quatre heures de travail sous peine d'être licencié. Tout se passe très bien pendant plusieurs semaines mais un jour alors que Monsieur Wilson allait à son travail il trouve sur la porte une feuille annonçant la dissolution de la Ligue des Rouquins. Cette affaire devenant de plus en plus floue, il décide d'aller voir Sherlock Holmes et, avec son aide, découvre que Mr. Ross s'appelle en réalité William Morris...

  • La grande ombre avait été chassée de dessus l'Europe ; elle ne viendrait plus s'allonger d'un bout à l'autre du pays, planant sur les fermes paisibles, les humbles villages, faisant les ténèbres dans des existences qui auraient été si heureuses.

  • Le seul symptôme visible était une diminution rapide de la vitalité, une faiblesse du corps qui laissait l´esprit intact...

  • L´intrigue policière se déroule en Angleterre dans le milieu de la boxe...

  • « Apportez oxygène », télégraphie le professeur Challenger à ses invités du week-end. Cette bizarre fantaisie a-t-elle un rapport avec ses craintes sur l'avenir de la terre ?
    Challenger qui, le matin même, a mordu sa femme de ménage - c'est. un impulsif -, annonce à ses visiteurs stupéfaits :"je pense qe, avant ce soir, nous allons voir la fin du monde..." Quel cauchemar vont-ils vivre ?

  • « J´ai pris le poison. Je le sens déjà dans mes veines. Sensation étrange, mais pas douloureuse. Quand on lira ces lignes, je serai, si l´on respecte mon désir, mort depuis plusieurs années. Aucun de ceux qui auront perdu de l´argent par ma faute ne m´en gardera plus de rancune. Et vous, Félix, vous me pardonnerez ce scandale...

  • Lorsque Watson revient à Baker, alerté par la logeuse de Sherlock Holmes, il découvre son ami Holmes dans un état pitoyable : livide, amaigri. Il semble être atteint d'une maladie rare très dangereuse qui ne peut être soignée que par Culverton Smith, célèbre biologiste qu´Holmes accuse de meurtre. Celui-ci finit par accepter de le soigner et tombe dans le piège d´Holmes...

  • John Scott Eccles, un citoyen d'aspect conventionnel et conservateur, se rend au 221B Baker Street pour s'entretenir avec Sherlock Holmes d'une mésaventure qui lui est arrivée au petit matin. Alors que l'homme s'apprête à expliquer la raison de sa présence, l'inspecteur Gregson de Scotland Yard et l'inspecteur Baynes de la gendarmerie du Surrey arrivent dans l'appartement de Holmes à la recherche du nouveau venu. Les deux inspecteurs annoncent la mort d'un dénommé Garcia, chez qui Eccles se trouvait la veille, ce qui fait de ce dernier le principal suspect.

  • Une jeune fille est assassinée dans une pièce hermétiquement close la veille de son mariage, après avoir déclarer entendre des sifflements bas, agonisant dans d´horribles conditions, ne cessant de répéter : C´est la bande... la bande mouchetée... Deux ans plus tard, après avoir annoncé son mariage, sa soeur jumelle entend ce même sifflement dans la chambre de la défunte. Comme elle a prévenu Sherlock Holmes et Watson, ceux-ci risquent eux aussi de faire face à un ennemi invisible...

  • Mrs. Warren, une logeuse londonienne, vient à la rencontre de Holmes pour éclaircir une situation pénible dans laquelle elle se trouve. Dix jours auparavant, Mrs. Warren a reçu un nouveau locataire, qu'elle décrit comme un « parfait gentleman » barbu. Celui-ci a pris une chambre à l'étage et a proposé de payer nettement plus que le loyer demandé, en échange de quoi la logeuse et son mari devraient lui laisser une clé de la maison et promettre de ne jamais le déranger. La logeuse a accepté ces conditions.
    Cependant, le comportement du locataire est devenu étrange : après être rentré tard la première soirée alors que tout le monde était déjà couché, il n'est pas ressorti une seule fois de sa chambre. Plus intrigant encore, l'étrange personnage se fait apporter ses repas sur une chaise devant sa porte, puis attend que la logeuse soit redescendue pour ouvrir sa porte, manger, et remettre les restes sur la chaise. La seule communication entre le locataire et la logeuse se fait via quelques messages succincts rédigés en caractères d'imprimerie sur des morceaux de papier remis avec les restes du repas. Le locataire a ainsi déjà demandé des allumettes, du savon, et la Daily Gazette.

  • "En choisissant quelques affaires typiques qui illustrent les remarquables qualités mentales de mon ami Sherlock Holmes, j´ai autant que possible accordé la préséance à celles qui, moins sensationnelles peut-être, offraient à ses talents le meilleur champ de manoeuvres. Il est toutefois malheureusement impossible de séparer tout à fait le sensationnel du criminel, et le chroniqueur se débat dans un dilemme : ou sacrifier des détails essentiels et donner ainsi du problème une présentation inexacte, ou bien se servir de la matière que le hasard, et non un choix, lui fournit. Après cette courte préface je me tourne vers mes notes pour en extraire une chaîne d´événements étranges et particulièrement terribles."

  • Il y a des années que les incidents dont je vais faire le récit se sont déroulés, et pourtant j´hésite à en parler. Longtemps, il eut été impossible, même avec un maximum de discrétion et de réticences, de rendre les faits publics ; mais maintenant le principal intéressé est hors d´atteinte des lois humaines, et, avec les suppressions qui s´imposent, l´histoire peut être contée sans faire de tort à quiconque. Elle relate une expérience absolument unique dans la carrière de Sherlock Holmes aussi bien que dans la mienne. Le lecteur m´excusera de garder sous silence la date ou tout autre élément qui lui permettrait de retrouver les faits authentiques.

  • Par un soir d'hiver, alors que Holmes et Watson se trouvent au 221B Baker Street, Holmes décide de narrer à son ami sa toute première enquête, alors qu'il était encore étudiant à l'université. Holmes explique ainsi qu'à cette époque, il était devenu camarade avec un dénommé Victor Trevor, qui l'avait par la suite invité à passer un mois de vacances chez son père, dans le Norfolk. Alors que le séjour avait parfaitement débuté, la quiétude de la demeure s'était rapidement troublée par la venue d'un homme du nom d'Hudson, une vieille connaissance du père de Victor Trevor. Sans que ni Victor Trevor ni Holmes ne sachent pourquoi, le vieil homme avait alors rapidement adopté une attitude des plus étranges, de toute évidence très troublé par l'arrivée de cet inconnu...

  • Ronald Adair est retrouvé mort à son domicile londonien du 427, Park Lane. L'impact d'une balle explosive de revolver à sa tête laisse entendre que l'homme a été assassiné. Toutefois cela semble impossible, personne n'étant visiblement entré dans la chambre par la porte qui était fermée de l'intérieur, et la fenêtre était inaccessible, car trop haute et éloignée d'une gouttière qui aurait permis d'escalader la façade. Bien que la fenêtre ait été ouverte par la domestique du gentleman avant sa mort, il semble improbable que le tueur ait pu abattre Ronald Adair depuis l'extérieur, car un tir au revolver de cette distance aurait été forcément trop imprécis.

    Watson, qui voit Scotland Yard impuissant face à ce mystère, regrette l'époque où Sherlock Holmes aurait pu, grâce à sa science de la déduction, résoudre l'affaire en quelques jours...

  • Sherlock Holmes, contrairement à ce que j´avais prévu, se désintéressa complètement de Mlle Violet dès que l´énigme dans laquelle elle avait joué un rôle si prééminent fut solutionnée...

  • Un matin, Sherlock Holmes reçoit à Baker Street Lord Bellinger et Trelawney Hope, le premier étant Premier ministre de Grande-Bretagne et le second secrétaire aux Affaires européennes. Les deux hommes viennent faire appel aux talents du détective afin de résoudre une affaire d'État de grande importance. Trelawney Hope a reçu six jours auparavant une lettre d'un potentat étranger, dont le contenu devait rester purement confidentiel, sa publication pouvant entraîner des tensions politiques, voire une guerre. Or, la veille au soir, cette lettre lui a été volée alors qu'elle se trouvait dans un coffre fermé à clé dans sa chambre. Holmes doit retrouver la lettre avant qu'elle ne soit rendue publique...

  • Laissez-vous entrainer dans le frisson et l'inimaginable des aventures rocambolesques et échevelées des héros des Contes de Pirates...

empty