Carl-Keven Korb

  • Qu'est-ce que prier? Par cet appel, on s'adresse à Dieu ou à un être surnaturel. La prière que l'on balbutie enfant ou à laquelle on recourt malgré soi lors d'épreuves se tournerait d'abord vers un grand Autre, signe de transcendance. Qu'elle soit une revendication, une supplication ou un cri de désespoir, elle demeure un acte d'humilité. Les multiples manières de prier se transposent dans ce numéro en une pluralité de formes littéraires, allant du poème à la lettre pour un ami, à une série d'aphorismes ou encore un dialogue avec son chat! Que ce soit par la prière ou par l'écriture, ce numéro invite à entendre un sens, une ouverture vers ce qui nous dépasse. Un numéro piloté par Michèle Pontbriand.

  • L'univers des phobies est en expansion et son exploration infinie. Si certaines de ses formes les plus répandues, telles que l'agoraphobie et la claustrophobie, font partie des terres connues, d'autres variétés plus rares ne laissent pas de surprendre l'amateur chanceux qui les découvre. Qu'en fera-t-il ? Les nouvelles et poèmes réunis dans ce numéro de Moebius vous proposent, certes, une vaste panoplie de dérèglements tous fondés sur la peur et l'obsession. Mais l'objet ici importe moins que la manière, inventive et variée, avec laquelle chacun des auteurs a su prendre la chose dans ses filets. Après tout, la phobie est un art.
    Un numéro piloté par Jean Lejeune

  • Dans son numéro d'automne, Moebius présente une obsession : la treizième heure. Celle qui n'existe pas, mais qui dans cette nuit se fait entendre. La force de l'impératif trahit la politesse, les majuscules font s'enfler cette voix qui se refuse et se dépense à la fois : que serait un texte qui ne puisse que se crier, un chant qui refuse la communion et qui, pourtant, exige et vocifère? Ritournelles, reprises et autres réitérations de l'idée fixe cherchent en vain à épuiser la parole alors que la rumeur gronde, et monte en soi. Chaque nuit, au treizième coup, cela frappe, encore : le même geste d'écriture, toujours le même chant étrange. Le temps stagne pour qui ne peut se mettre au pas de l'horloge. Avec les fictions de Benjamin Gagnon Chainey, Jade Bérubé, Anna Zerbib, Catherine Lemieux, Josianne Barrette, Victor Bégin, Carl-Keven Korb et Kevin Lambert et la poésie de Maude Pilon, Alasdair Rees, Félix Durand, Jonathan Charrette et Virginie Savard.

  • Mais l'ennui nous prend parfois par surprise, comme une mélancolie, le retour de cet antique amour du réel provient de Ce que dit l'écorce de Nicolas Lévesque et Catherine Mavrikakis et titre le numéro d'été de Moebius, dirigé par Jean-Philippe Michaud et Chloé Savoie-Bernard. L'ennui est-il l'occasion de retrouver dans le réel un éclat de vie qui nous aurait échappé dans le temps? Faire un pas de côté vers la mélancolie, laisser errer son âme l'instant de retomber, peut-être, amoureux du présent, c'est à cela que vous convie quatre prosateurs et dix poètes. Dans cet entre-deux temporel, ils ont les pieds sur un tremplin qui peut les mener au mieux comme au pire, avec devant les yeux l'encre de la mélancolie, et la perte comme moteur. Retrouvez aussi dans ce numéro, Jean-Marc Beausoleil et Laurence Pelletier dans la rubrique « les yeux fertiles » et la « lettre à un écrivain vivant » de Pierre-Luc Landry à Nicholas Giguère.

empty