Éditions Druide

  • Finaliste au Prix France-Acadie 2017

    Après avoir épousé Randolph Nesbitt, un attaché d'ambassade, et passé plus de vingt ans en Europe, Élise Robichaud rentre en terre natale de Nouvelle-Écosse, portant en elle un lourd secret. En visite chez une amie, elle revoit Jérôme, un inconnu muet, amputé des deux jambes et à l'esprit demeuré, qu'on avait jadis recueilli sur une plage par un matin froid et brumeux. Surprise de constater qu'elle l'avait oublié après tout ce temps, Élise est surtout consternée par le manque d'ardeur de ses congénères à vouloir éclaircir le mystère qui entoure toujours le pauvre homme. Cherchant à redonner un sens à sa propre vie, Élise décide de se lancer dans une enquête visant à rendre à Jérôme son véritable nom, son histoire et sa dignité. Mais cette aventure ne sera pas de tout repos puisqu'elle se heurte rapidement au scepticisme et au fatalisme des gens de sa communauté. Saura-t-elle mener à bien cette mission qu'elle s'est fixée et ainsi se retrouver elle-même ?

    La légende de Jérôme occupe encore aujourd'hui une place importante dans le folklore acadien de la Nouvelle-Écosse. C'est par hasard que Sylvie Ouellette l'a découverte et elle l'a trouvée si intrigante qu'elle lui a consacré des années de recherche et d'écriture. Il en résulte un roman captivant qui allie à merveille réalité et fiction, âpreté de la vie et passion.

  • Contraints de quitter l'Ukraine en 1914, c'est vers une terre de liberté que croyaient voguer la jeune Alyona Loveneck, une violoniste prodige, et son frère Vitaly. Mais à leur arrivée au Canada, la guerre est déclarée et ils se retrouvent parmi les familles des prisonniers au camp de Spirit Lake. Trahie, dépouillée de ses biens, Alyona doit y prendre des décisions qui changeront à jamais le cours de son destin et celui de son frère. Malgré tout, quand elle fait la connaissance d'Alexandre Lavallière, elle est forcée d'admettre que, derrière la guerre qui fait rage, il y a encore des gens heureux. Dans le tourbillon des évènements qui bouleversent sa vie, a-t-elle toujours le droit de rêver ? Son amour interdit, dévoilé à la face du monde, devient source de mépris. Et lorsque son univers s'écroule, entraînant Alexandre dans la débâcle, ils sont désormais perçus comme des amants maudits...

    Au début de la première Grande Guerre, poussé par la xénophobie croissante de la population, le gouvernement canadien érigea vingt-quatre camps de détention à travers le pays, dont celui de Spirit Lake, en Abitibi. Des Turcs, des Allemands, mais surtout des Ukrainiens y furent enfermés. Deux seulement parmi ces camps purent accueillir les familles des prisonniers, et Spirit Lake fut l'un d'eux. C'est autour de ce site peu connu que Claire Bergeron a choisi de camper ce roman captivant, instructif et émouvant.

  • Ahhh, l'école... L'endroit où naîtront certaines de vos plus grandes amitiés ; lieu d'apprentissage et de formidables découvertes, mais aussi source d'angoisse pour plusieurs d'entre vous. Pensiez-vous vraiment avoir réussi à en percer tous les secrets en lisant Mystères à l'école ? Croyiez-vous qu'il ne restait plus de lieux obscurs à découvrir, de crimes à élucider et de personnes étranges à rencontrer ? Détrompez-vous !

    Marie-Andrée Arsenault, Jocelyn Boisvert, Nadine Descheneaux, Pierre Labrie, Simon Lafrance, Samuel Larochelle, Richard Migneault, Sophie-Luce Morin, Maryse Pagé, Priska Poirier, Élise Rivard, Jennifer Tremblay, Catherine Trudeau et Elaine Turgeon

    Ces quatorze auteurs allient leurs forces et vous proposent des nouvelles inédites, et autant de mystères fascinants à dévoiler. L'école est ouverte... ou presque ! Entrez-vous ?

  • Quand Maud Graham est appelée à éclaircir le meurtre d'un homme trouvé gisant dans son sang, seul dans son appartement, elle ne peut se douter des motifs de ce crime. Qui pouvait bien en vouloir à ce point à cet homme pourtant sans histoire ? Avec ses coéquipiers - McEwen, Joubert, Nguyen et Rouaix -, la détective avance en plein brouillard jusqu'à ce que commence à se dessiner une toile complexe. La victime a été témoin d'une violence qu'on aurait voulu garder dissimulée à tout jamais. Et si l'enquête porte d'abord sur l'assassinat d'un homme, c'est sur la maltraitance subie par des femmes qu'on lèvera le voile en cours d'investigation.

    « Chaque fois, Graham éprouvait le même découragement face à une société qui continuait d'engendrer des êtres violents et une colère froide envers les institutions qui ne protégeaient pas assez les victimes. On leur conseillait de porter plainte contre leur conjoint, mais entre le moment où une femme racontait que son mari menaçait de la tuer et celui où elle était entendue par un juge, six mois pouvaient s'écouler. Alors que six minutes suffisaient amplement pour qu'un homme étrangle son épouse. »

    Alarmée par le danger qui menace ces femmes devenues des proies malgré elles, Graham se lance sur la trace de l'agresseur. Une poignante course contre la montre démarre...

  • Entre la ville et les hautes mers gaspésiennes, on trouvera au coeur des Variations Burroughs un chat du nom d'Einstein, des poupées de carton toutes prénommées Elizabeth, la photo d'un amoureux remisée au congélateur sous les petits pois, un artiste en quête de l'ADN de William S. Burroughs, un homme à qui il manque des doigts, le décès d'un frère, la survie d'un autre, et la vie dans ses petits comme dans ses grands mystères.

    Le tout est orchestré autour d'une boîte de livres que le frère récupère des ordures pour l'offrir à la soeur adorée. De cette boîte trouvée dans les ordures surgiront la découverte de la grande littérature et sans doute aussi l'annonce d'une écriture à venir, qui aurait pu émerger d'une question que s'est posée la narratrice, enfant, alors qu'elle voyait sa mère plongée dans la lecture de romans : l'amour d'une mère se cache-t-il entre les lignes d'un livre ?

  • L'histoire touchante d'une femme et de son enfant, trompés et sauvés par ce que l'Amérique moderne a à leur offrir : du plus violent au plus réconfortant...



    Parce qu'il leur a permis d'éviter les griffes d'un réseau de traite des femmes, Nick Delwigan se sent responsable de Lonie et de son jeune fils, Ludo, tous deux venus du Bélize avec l'espoir d'une vie meilleure. Nick, homme juste et bon, demande à sa soeur Maureen de les héberger pour un temps. Or, le destin leur réserve une épreuve accablante qui nous fera découvrir une Amérique porteuse de tous ses paradoxes. Comment la vie pourra-t-elle suivre son cours si celui-ci coule dans le lit d'une rivière de mensonges ?

  • Préface de Christine Michaud

    « Cela donne lieu à des situations remplies d'humour. De même, l'auteur a su parsemer son livre de plusieurs perles de sagesse. Une histoire originale où l'amitié, l'amour et l'humour font bon ménage.» (Julie Niquette, Huffington Post Québec)

    Abandonnée dans un couvent à sa naissance, la ravissante Gabrielle est parachutée à 21 ans en plein Village gai, dans un tourist room, avec 3000 $ en poche et un colocataire accusé de la tentative de meurtre de son petit ami. Au salon de coiffure Michel-Ange, elle devient vite une célébrité, car elle prédit l'avenir à toutes ses clientes en plus de leur offrir d'étonnants conseils spirituels sur la conduite de leur vie. Et comme si cela ne suffisait pas, Francesco, le beau boulanger italien du Village, tombe follement amoureux d'elle !

  • Voici un «recueil de nouvelles» au sens noble du mot «recueil» : fine architecture, trajectoire cohérente, aucun collage gratuit... Un véritable «livre» de nouvelles, comme il en existe trop peu ! Le lecteur y circulera de surprise en surprise tout en demeurant fidèle à la route que l'auteure lui a pavée : une étonnante constellation de faits divers...



    Le recueil «Les faits divers n'existent pas» présente tous ces petits drames du quotidien qui font basculer une existence : déceptions, trahisons, attentes trompées. Derrière chacun des faits divers qui remplissent les pages de nos journaux, il y a des gens qui ont perdu un être cher, qui ont vu leur vie paisible chavirer. Pour eux, l'événement vécu est bien plus qu'un simple fait divers. C'est ce que racontent ces nouvelles noires. Bien noires.

  • « Un bon outil pour bien démarrer avec son nouveau compagnon.» (7jours)

    Comment choisir l'animal qui nous convient ? Et, surtout, que faire pour que le couple homme-chien parte du bon pied, ou de la bonne patte ? C'est en compagnie de sa petite chienne shetland que la journaliste Florence Meney a fait la connaissance de Jacques Galipeau. Conquise par ses conseils tout simples, mais indispensables, elle l'a invité à écrire ce livre où l'éducateur canin livre les fruits de sa riche expérience avec des centaines de chiens... et leurs maitres !

    Avec près d'un million de chiens vivant dans des foyers québécois, la pertinence d'un tel ouvrage s'impose. Cette relation entre un chien et son maitre est de longue haleine. Il faut la cultiver et l'entretenir : bien dressé, le chien devient un compagnon fidèle pour des millions de personnes ! Négligé, il sera maussade, voire dangereux.

    Au coeur de la méthode de Jacques Galipeau, on trouve des principes résolument humanistes pour aborder les chiens, qu'ils soient peureux, agressifs ou doux.

    - Le chien n'est pas un être humain. Se tromper sur cette question constitue la plus grosse erreur de bien des maitres.
    - Le respect fondamental de l'animal est un composant de base non négociable.
    - Le renforcement positif est la clé d'un dressage efficace.
    - Le travail avec le maitre est essentiel. Celui-ci doit comprendre le pourquoi d'un comportement à adopter ou à travailler.
    - La bonne humeur doit régner au quotidien dans les exercices.

  • Pour se fabriquer, il faut avoir un passé, un port d'attache qui résonne. Il faut avoir une mémoire qu'on traîne de jour en jour. Ce qu'on oublie, elle ne l'a pas oublié. On croyait que la fuite nous détacherait d'elle, hélas ! non. Il faut attendre seul son prochain déplacement. Mais ses directions sont aléatoires. Elle veut peut-être quitternotre existence en s'amusant. Si elle nous abandonne, sur qui donc pourrons-nous compter pour nous redresser ? Ce roman aurait pu s'intituler tout aussi bien La pleutrerie de l'oubli. Car c'est bien de cela qu'il s'agit : la peur d'oublier, la peur d'avoir peur d'oublier. La mémoire des objets et des êtres humains est un terrain fertile qu'il nous faut sans cesse prospecter. Un roman d'une forte et sévère poésie, pour le lecteur qui risquera de s'y aventurer.

  • Un petit village nordique. Probablement le seul à avoir survécu aux grands cataclysmes climatiques qui ont provoqué la fin du monde. Ses habitants n'espèrent qu'une chose : que l'ours polaire réapparaisse. Depuis son départ, les morses pullulent, les stocks de poissons s'épuisent ; la survie du village est menacée. Aloupa, le vigile, est celui qui a la lourde tâche de surveiller les signes d'un retour de l'ours. Or, un jour, des circonstances inattendues le forcent à emmener à son poste de garde sa petite-fille Sakari, adolescente timide qui se verra obligée de délaisser ses amis pour faire la vigie avec son grand-père. Le retour de l'ours se déroule sur fond de luttes de pouvoir, de guerre des sexes et d'un hypothétique, mais très attendu retour à l'équilibre de la nature. À la frontière du roman d'anticipation et de la fable écologique, ce véritable «roman du Grand Nord» résiste habilement aussi bien au discours moralisateur qu'à toute représentation folklorique convenue. Un tour de force, vraiment !

  • « Allez, ne ratez pas cette chance, la lecture en vaut vraiment la chandelle. » (Christophe Rodriguez, Le Journal de Montréal)

    « Une auteure à suivre... » (Norbert Spehner, La Presse+)

    « Elle a une écriture très riche, c'est quelqu'un qui a du style. Elle a cette façon de décrire les lieux, de tout ce qui se passe autour, qui est quelque chose d'intense, de très personnel. » (Patricia Powers, ICI Radio-Canada Estrie)

    Quand le patron et mentor de Laura, le vieil éditeur Aurélien Laflèche, passe soudainement l'arme à gauche, l'univers de l'éditrice quadragénaire vole en éclats. Le successeur est un jeune tyran sans esprit qui menace l'intégrité de la maison. La tension monte quand Laura reçoit d'un élégant juge à la veille de la retraite un manuscrit dont les pages inquiétantes finiront par l'habiter. Que cherche au juste ce magistrat qui préside un procès retentissant ? Et l'homme qu'il juge, qui a massacré sa famille, mérite-t-il toute cette haine que lui crache au visage un Québec horrifié, galvanisé par les médias ? Comme le constateront les deux inspecteurs de la Brigade des crimes majeurs amenés à se pencher sur l'écheveau complexe des relations unissant les protagonistes, la mort rôde, omniprésente. Qui sait où elle frappera encore ?

  • La fin dramatique du premier tome de La coiffeuse de Dieu appelait une suite. La voici, pleine de rebondissements, de moments à la fois touchants et cocasses.
    Sans laisser un instant de répit au lecteur, l'auteur déploie les charmes de l'étonnante histoire de Gabrielle, cette jeune coiffeuse qui prédit l'avenir, ce pendant féminin du Millionnaire, célèbre personnage de Marc Fisher dont le roman s'est vendu à plus de deux-millions d'exemplaires.

    Encore dévastée par sa rupture avec Francesco, le coeur en mille miettes, la coiffeuse de Dieu a quitté le Village gai ainsi que le salon où elle exerçait ses dons de divination pour se réfugier dans le couvent qui l'a vue grandir. Or, Gabrielle apprend qu'elle est enceinte et doit échapper aux griffes d'un moine malveillant qui cherche à mettre un terme à cette grossesse. Forcée de retourner dans son quartier d'adoption, la jeune femme retrouve Josette, Carlo, Paul, sans oublier ses fidèles clientes, toujours avides de ses précieux conseils spirituels. Entre son amitié avec Simona, la prostituée surdouée, et sa rencontre avec Loisette, la borgne, Gabrielle revoit cet homme qu'elle aimait et qui en a épousé une autre. Mariage de coeur ou de raison ? Chose certaine, la jeune coiffeuse ne baisse pas les bras facilement, sans compter qu'elle devra redoubler d'ardeur pour semer le moine qui a retrouvé sa trace.

  • Lors d'un voyage à l'étranger, Alain Beaulieu reçoit un courriel d'une lectrice qui lui demande son aide pour raconter sa propre histoire. Une première pour l'auteur, qui, dans les mois qui suivront, plongera à pieds joints dans les méandres de cette vie qui n'est pas la sienne.

    ||| Résumé :
    Ce que vous lirez dans les pages de ce livre est le résultat d'une rencontre insolite. Celle d'une jeune femme, Nadine Pilon, et de l'auteur, à qui elle racontera la suite des évènements qui sont venus bouleverser sa vie. Cela nous vaut un roman surprenant, aux voix entrecroisées, une autofiction dans laquelle l'auteur jongle avec le réel pour rendre compte de la vie peu banale de cette femme à qui on n'avait jamais dit qu'on peut mourir deux fois. Cette improbable collaboration nous invite, en filigrane, à préciser le regard que nous posons sur l'essentiel : l'amour, la famille, la mort et la maladie, notre rapport aux autres et ce que nous leur léguerons avant de nous éclipser pour de bon.

    ||| L'auteur :
    Alain Beaulieu a remporté à deux reprises le prix de création littéraire Bibliothèque de Québec - Salon international du livre de Québec et son roman Le postier Passila (Actes Sud, 2010) a été sélectionné pour un Prix du Gouverneur général du Canada. Son dernier roman, intitulé L'interrogatoire de Salim Belfakir (Druide, 2016), lui a valu une nomination pour le prix France-Québec 2017.

  • Portrait d'une génération en mal de repères, Jelly bean offre une prose authentique et dénuée d'inhibitions. Un texte où se côtoient obsession de la beauté et modèles féminins variés, dans un dialogue marqué tantôt par la démesure, tantôt par la magnificence. Grâce à une langue crue qui invite le lecteur dans une proximité où les sensations sont exacerbées, Virginie Francoeur propose ici un premier roman explosif.


    Ophélie, enfant unique, a reçu une solide éducation catholique dans un pensionnat pour filles. Lorsqu'elle fait la rencontre de Sandra, danseuse nue en manque de tendresse, elle en perd rapidement son innocence. Sandra devient la grande soeur qu'elle n'a jamais eue, entraînant Ophélie dans les milieux glauques de Montréal. Djamila, fille d'immigrés algériens, élevée dans la tradition musulmane, les fascinera. Inséparables, les trois filles plongent sans retenue dans des aventures qui défient le quotidien pour réinventer le sens profond de leur réalité. À travers amours et trahisons, voici le destin de trois BFF qui verront leurs dérives les rattraper jusqu'au jour où tout bascule.

  • Sur ta tombe

    Florence Meney

    Peut-on impunément tourner le dos à un passé douloureux et s'en libérer ? Entre ses patients et son amoureux dévoué, Laure, psychologue dans la trentaine, a su se construire une vie ordonnée et active sur les rives du Saint-Laurent, loin de son enfance malheureuse et d'une mère qu'elle a fuie deux décennies plus tôt. La mort de celle-ci, en pleine campagne bourguignonne, force Laure à renouer avec les membres encore vivants de sa famille et la maison de son enfance, témoin des drames de plusieurs générations. Ce pénible retour au pays se transforme en une quête solitaire, angoissante et obsessionnelle, au cours de laquelle Laure affrontera les témoignages, les souvenirs et les objets qu'elle aurait voulu oublier. Face aux tourments passés, aux blessures anciennes et à sa propre part de noirceur, Laure cherchera à comprendre qui elle est, jouant le tout pour le tout.

  • Finaliste : Prix littéraires des enseignants AQPF-ANEL

    Chaque semaine, vous poussez les mêmes portes pour vous mêler à une marée humaine d'élèves et d'enseignants. Un univers routinier dans lequel vous devez naviguer pour parvenir sans trop d'embûches à la fin de la dernière période et, si possible, en évitant le bureau de la direction. Vous croyez connaître ce monde par coeur, mais il vous réserve encore des surprises...

    Avec la participation de Chantal Beauregard, Geneviève Blouin, Simon Boulerice, Laurent Chabin, Evelyne Gauthier, Karine Lambert, Martine Latulippe, André Marois, Richard Migneault, Suzanne Myre, Julie Rivard, Sonia Sarfati, Robert Soulières, Chloé Varin et Pierre-Yves Villeneuve.

    Ces quinze écrivains aux horizons multiples vous convient à un voyage scolaire bien particulier et vous invitent à pénétrer leur imagination le temps d'une nouvelle. Attention, vous pourriez y prendre goût et risquer d'être séquestré jusqu'à la dernière page...

  • À la manière d'une longue déambulation intérieure, Danielle Dussault propose ici un roman choral tout sauf conventionnel, porté par les voix de trois femmes fortes, distinctes, mais unies par leur quête de liberté. Le fleuve, indéniablement, rejoint ces femmes. C'est par ce mystère, ce cours invisible, que toute la trame narrative s'impose.

    Trois femmes se retrouvent au bord d'un fleuve afin de raconter à leur façon un destin unique. Entre le désir d'enracinement et la tentation de la fuite qui relient les trois narratrices, chaque parcours est ponctué de périodes charnières et de rites de passage qui les définissent en tant que femmes. Autant de trajectoires qui les amèneront à se rejoindre dans l'affirmation d'une identité unifiée.

  • LA CONCLUSION ÉCLATANTE D'UNE SÉRIE RYTHMÉE PAR L'ÉMOTION

    Si le rock'n roll a la réputation de semer le bonheur partout où il passe, Laurence commence à penser le contraire sans Béa, sa complice de toujours. Pendant qu'elle s'échine à faire tourner seule leur école de danse de Québec, Béa coule des jours heureux à Paris, même si elle travaille d'arrache-pied pour conserver sa place dans la troupe avec qui elle a signé un contrat de deux ans. Leur amitié, ainsi mise à rude épreuve, résistera-t-elle ? Qu'adviendra-t-il de leurs vies amoureuses respectives ? Les bouleversements sociaux de ce temps d'après-guerre influenceront assurément le quotidien de ces jeunes femmes à la croisée des chemins. Chose certaine : les surprises et la solidarité seront au rendez-vous.

  • Voici une nouvelle édition de Jours de sable, premier récit d'un triptyque que complètent L'étreinte des vents et Recommencements. L'écrivaine Hélène Dorion nous émeut profondément avec sa prose lumineuse, alors qu'elle explore les méandres de l'enfance, le sens de l'existence et le pouvoir de l'écriture.

    Qu'est-ce qu'une vie sinon une somme d'aventures immenses et minuscules où l'intime interpelle l'universel ? Comment la mémoire de l'enfance se constitue-t-elle et imprègne-t-elle le présent ? Des berges du Saint-Laurent aux plages du Maine, voici l'histoire d'une enfance où les fragments se croisent et se recoupent, en même temps que dialoguent John F. Kennedy et Beethoven. Un récit méditatif sur le sens de l'existence et le pouvoir de l'écriture, qui nous rappelle que nous sommes des êtres de passage et de quête.

  • Plus de dix ans après depuis la parution de son premier roman (Les jambes de Steffi Graf, 2007), Pierre Cayouette revient en force avec un roman tout en contrastes, oscillant habilement entre l'exaltation de la jeunesse et les thématiques plus sombres telles que la maladie et l'avortement. Un roman qui nous transporte à l'époque du référendum, vécue de l'intérieur par un jeune homme aux grandes aspirations.

    Mai 1980. L'effervescence du premier référendum, Christian la ressent, dans tous les pores de sa peau. Enfant de la banlieue et de la Révolution tranquille, le jeune militant a des rêves de grandeur et hume déjà le parfum de la victoire. À travers la banalité d'un quotidien partagé entre Geneviève, son amoureuse, et Jean, un professeur à la retraite, il s'imprègne de la poésie de Miron et des discours porteurs de René Lévesque. Rempli de la ferveur de ses dix-huit ans, il rencontre la défaite et la mort et découvre aussi l'espoir des amitiés improbables.

  • Un petit village situé près du golfe du Saint-Laurent est sous l'effet d'une rumeur mystérieuse qui annonce l'arrivée imminente d'un tsunami. Serait-ce Robinson qui l'aurait répandue, lui qui, depuis la mort de sa femme, rêve d'une solitude totale de façon maladive ? Alors que ce dernier s'est enfermé dans son appartement miteux pour se plonger dans la poésie d'Horace, il est transporté vers d'autres sphères : d'un banquet dans la Rome antique à l'Écosse des années 1950, aux pêcheurs de lamproies de la Basse-Loire du xiie siècle. Un roman surréaliste sur l'impossible réconciliation entre l'amour des autres et l'effroi qu'ils nous inspirent.

  • Etre du monde

    Maryse Rouy

    Maryse Rouy rêvait depuis longtemps de traverser l'Atlantique en cargo. C'est après avoir accompagné sa mère atteinte de la sclérose latérale amyotrophique (SLA ou maladie de Lou Gehrig) pendant les derniers mois de sa vie que ce voyage s'impose à elle comme une nécessité. Elle l'entreprend et sa cabine devient le lieu d'une retraite d'écriture. Au rythme des vagues, des aubes et des crépuscules, elle raconte la dégradation physique et les souffrances psychologiques d'une femme aux prises avec une maladie incurable, ainsi que l'épreuve vécue par ses deux filles, proches aidantes pendant quatorze mois. Alentour de cette mémoire, la vie continue au fil des relations avec l'équipage et les passagers, des instantanés sur l'existence à bord du bateau et du murmure infini de l'océan.

    Tout en émotion contenue, ce récit mêle la douleur ressentie devant le développement de la maladie aux souvenirs lumineux d'une mère volontaire et courageuse qui, malgré les obstacles, tenta sa vie durant d'élargir son horizon et d'être du monde.

  • Voici l'histoire d'un homme heureux. Toutefois, attention ! Si le bonheur est simple à vivre, on ne peut pas dire qu'il soit facile à trouver, comme en témoigne la vie de Joseph Bouchard. De l'adolescence au déclin de l'âge adulte, la chance sourit à cet homme naïf qui deviendra avocat d'affaires de Chicoutimi, respecté par sa ville et sa profession. Alors que l'argent s'accumule,
    que les responsabilités s'additionnent et que les compliments pleuvent sur lui, Joseph semble aspiré par un vide impossible à combler. Chercherait-il la recette du bonheur ? À force d'acharnement, ce p'tit gars du Lac-Saint-Jean qui refuse les compromis finira par trouver sa voie, mais d'une façon si inattendue et inhabituelle que l'on ne pourra ensuite que s'incliner avec respect en
    pensant à l'histoire de Joseph Bouchard.

empty