Bernard Golse

  • Le bébé et ses possibles

    Bernard Golse

    • Eres
    • 8 October 2019

    Le bébé est un monde en soi, un monde de possibles, de virtualités, d'ouvertures, qui nous émerveille et nous surprend. Son étude a mobilisé Bernard Golse tout au long de sa trajectoire professionnelle. Il nous montre qu'elle nous offre désormais de nouvelles pistes de réflexion pour comprendre comment nous devenons des sujets et comment le bébé que nous avons été demeure inscrit au plus profond de chacun d'entre nous.

    À partir des conditions initiales de sa conception et de sa naissance, le bébé éprouve le monde qui l'entoure, il perçoit, il ressent, il doit se situer par rapport aux autres et faire face, parfois, à des traumatismes très précoces. Nous savons aujourd'hui que la question de son devenir dépend fondamentalement de la manière dont nous prenons soin de lui. Tout ceci nous oblige, à la lumière de différentes approches théoriques, à repenser la question du lien et de la causalité dans le champ psychique.

  • Peut-on prévoir ou prédire le développement de l'enfant ? En choisissant de parler de « destins » ou d'« avenirs » d'enfance, Bernard Golse s'oppose très clairement à cette assertion dont il dénonce les nombreuses dérives, scientifiques, épistémologiques, éthiques et politiques.

    Le développement de l'enfant et ses destins se jouent à l'entrecroisement de la part personnelle de l'enfant (déterminants internes) et de l'influence de son environnement (déterminants externes) : c'est tout l'enjeu éthique de la qualité des soins précoces qui lui sont apportés. Ainsi la place, le rôle et les fonctions de ceux qui prennent soin du bébé et de l'enfant par leur présence, leur attention, leurs gestes, et finalement leur travail psychique, sont essentiels dans le développement.

    Dans cette nouvelle édition actualisée, il a souhaité privilégier trois domaines où la question des liens primitifs se trouve posée - le développement précoce, l'autisme et les troubles qui s'y rattachent, l'adoption enfin - pour réaffirmer que l'avenir de nos positions infantiles demeure indéfiniment ouvert, ménageant un espace de liberté pour la prévention, aux antipodes de la prédiction.

  • Qui dit destin, dit développement non entièrement endogène, mais intégrant, au contraire, tout le poids des effets de rencontre (bonnes ou mauvaises, parentales ou professionnelles...). La vision psychodynamique et psychanalytique du développement montre qu'aucune des étapes franchies, du bébé jusqu'à l'adolescent, ne disparaît totalement. Les éléments qui la constituaient vont soit fournir le socle des étapes suivantes, soit se réactiver à des phases ultérieures du développement, soit enfin, voir les processus qui l'agençaient repris et transposés en tant que modalités contenantes de travail psychique. L'auteur soutient ici que l'avenir de nos positions infantiles demeure ainsi indéfiniment ouvert, ménageant un espace de liberté pour la prévention, aux antipodes la prédiction. Cette position a bien sûr des incidences en matière de traitement psychothérapique ou psychanalytique des enfants.  

  • La psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent implique des dépenses de santé publique conséquentes dont la maîtrise est sans doute indispensable. Mais la logique inhérente au projet PMSI (programme de médicalisation des systèmes d'information) pour y parvenir répond-elle uniquement à une nécessité économique ou bien implique-t-elle d'autres objectifs ? Ces moyens mis en oeuvre ne doivent pas sous-estimer la complexité de la psychiatrie infanto-juvénile.

  • "Ce livre se penche particulièrement sur la question de l'excès d'amour, que ce soit l'amour fou de la mère pour son bébé ou l'amour fou de l'adolescent pour l'autre tant désiré.

    Comment se joue l'amour fou dans la rencontre entre le bébé et sa mère ? Se rejoue-t-il  à l'adolescence ? La dimension hallucinatoire de la première rencontre entre le bébé et sa mère jusqu'au drame triangulaire de la tragédie oedipienne de l'enfance est-elle réactivée dans l'après-coup du coup de foudre amoureux de l'adolescence et de la jalousie des pairs ? à partir de leur expérience clinique, les auteurs se penchent sur la nécessité de mieux différencier l'amour fou de la passion amoureuse. L'amour fou évoque une attraction irrépressible à la fois pulsionnelle et passionnelle : pulsionnelle où la source et l'objet se confondent ; passionnelle où le complémentaire et l'identique s'estompent. L'amour fou pose la question des modalités d'un travail analytique et en particulier des obstacles au transfert, tout autant avec le couple mère(père)-bébé qu'avec l'adolescent."

  • Au début du XXe siècle, la pensée freudienne a apporté un éclairage anthropologique nouveau en accordant au sexuel une fonction structurante originale dans le développement affectif normal de tout un chacun. Chemin faisant, les recherches cliniques sur les économies narcissiques, psychosomatiques et psychotiques ont conduit à une exploration de la vie infantile. L'enfant et, plus récemment, le bébé ont été les grands bénéficiaires de cette orientation. La vie prénatale et le foetus aquatique constituent encore aujourd'hui la face cachée, le négatif du règne de sa majesté le bébé aérien.
    Ce livre est dédié à cette archéologie de l'Atlantide intime et refoulé au bénéfice de la clinique de tous les âges de la vie et de reformulations théoriques métapsychologiques. Dans ce contexte, les auteurs proposent une troisième topique, qui serait celle de la représentation mentale du lien avec la double idée - paradoxale en apparence - que d'une part, les liens primitifs pourraient être investis avant même que le sujet et l'objet soient clairement délimités et que, d'autre part, cette fondation préobjectale soit la condition sine qua non de l'émergence de l'objet.

  • Longtemps considérées comme antagonistes, la psychanalyse et la théorie de l'attachement de John Bowlby sont convoquées dans leurs complémentarités pour penser la clinique auprès des enfants, des adolescents et de leur famille.

    John Bowlby s'est toujours revendiqué comme psychanalyste, même s'il a tenté d'intégrer à la théorie psychanalytique les notions les plus récentes tirées de l'éthologie, de la cybernétique et de la psychologie cognitive. Ses travaux, trop souvent réduits à la théorie de l'attachement, ont longtemps été frappés d'une sorte de « conspiration du silence » par l'ensemble de la communauté psychanalytique. Mais depuis au moins vingt ans, la plupart des psychanalystes, prenant en compte la fécondité de cette notion, ont intégré l'attachement dans leurs théorisations. Cet ouvrage a pour ambition d'approfondir ce dialogue, afin de saisir ce qu'il a encore à nous apprendre, non seulement à un niveau théorique mais aussi en prenant en compte ses implications sur les pratiques cliniques, qu'elles soient plus classiquement psychanalytiques et adaptées aux différents âges de la vie ou qu'elles s'étendent à des approches familiales ou institutionnelles.

  • De la destruction de l'objet à l'exaltation dans la haine, dix-sept psychanalystes explorent cette problématique en parcourant la riche clinique du bébé et de l'adolescent. 

    Confrontés à la destructivité des uns, à l'exaltation des autres, à l'association des deux chez de nombreux sujets, ils s'interrogent en effet, individuellement ou en groupe, sur leur capacité d'empathie ainsi que sur leurs contre-attitudes ou leurs contre-transferts. Comment « faire face » aux phobies d'impulsion en périnatalité ou à la destructivité et à la radicalité meurtrière de l'adolescent ? De Prométhée à Frankenstein en passant par Francis Bacon, la culture nous éclaire-t-elle ? La destructivité surgirait-elle lorsque l'exaltation devient trop forte ? Quelles formes prend la destructivité dans la rencontre psychanalytique ? Telles sont quelques-unes des questions que les auteurs abordent en mobilisant leur sublimation personnelle et culturelle.

  • Si la dimension rythmique des premières interactions est désormais conçue comme essentielle dans le champ du développement précoce, il apparaît nécessaire d'étudier les conséquences des troubles sensoriels sur le développement. En effet, les entraves à la polysensorialité peuvent faire le lit de troubles développementaux de type notamment autistique. Entre ces deux issues, émerge la question de la créativité artistique, car celle-ci trouve sa source dans la nature même des interactions et les matériaux psychiques les plus précoces, voire archaïques du tout premier développement. Sous forme d'un dialogue entre deux psychanalystes d'enfants, cet ouvrage analyse l'incidence de la sensorialité sur le développement de l'enfant et sur sa créativité.

  • Le mal de vivre inhérent à l'histoire de l'humanité peut-il toucher l'être humain dès ses premiers moments ? Pourquoi la tristesse représente-t-elle un des sentiments les plus douloureux à l'adolescence ? Qu'il s'agisse du bébé ou de l'adolescent, le psychisme aurait-il besoin d'une certaine dose d'angoisse devant l'incompréhensible pour se révolter et donner sens à la vie ? La mélancolie serait-elle paradoxalement indispensable au désir de vivre, à l'acceptation d'être soi, ni trop triomphant, ni trop fatigué ? Les auteurs parcourent ces diverses questions, afin de tenter de mieux comprendre et de mieux aider les bébés ou les adolescents, en s'appuyant sur l'observation, l'écoute et la parole. Chef de service de la consultation pour adolescents du Centre Philippe Paumelle, Alain Braconnier est médecin, psychiatre, et psychanalyste (Paris). Bernard Golse est professeur de psychiatrie infantile, psychanalyste, chef de service à l'hôpital Necker (Paris).

  • Serge Lebovici (1915-2000), psychiatre, psychanalyste, a légué un héritage exceptionnel à la psychiatrie du bébé, à la psychopathologie des aubes naissantes et de la psychanalyse précoce. Chacun des auteurs présents dans cet ouvrage a été formé en grande partie par lui, mais chacun transmet aujourd'hui, dans le cadre de ses fonctions professionnelles, le corpus de connaissances qu'il a reçu de celui-ci, corpus de connaissances qui se compose nonseulement de connaissances au sens strict, mais aussi d'un savoir-faire, d'un savoir-dire et peut-être surtout... d'un savoir-être. Autrement dit, et en dépit d'une modestie obligée, Serge Lebovici a sans doute transmis une certainecapacité de transmettre. Nathalie Presme est pédopsychiatre au CAMPS de Créteil. Bernard Golse, professeur de pédopsychiatre, chef de service à Necker, président de l'association Loczy France.

  • L'approfondissement de l'étude du monde interne des personnes autistes est désormais une priorité scientifique du fait des enjeux thérapeutiques qui en dépendent. En nous intéressant à comment les personnes autistes voient le monde qui les environne plutôt qu'au pourquoi il en est ainsi, nous sommes amenés à dépasser les clivages entre les parents, les psychanalystes et les autres professionnels qui prennent soin des personnes autistes.

    Pouvoir comprendre et partager quelque chose de leur vision cognitive, émotionnelle, fantasmatique ou artistique permet de les aider à accéder à l'intersubjectivité et à la subjectivation. En effet, en sentant que leur monde interne et le nôtre peuvent différer sans que cela soit une catastrophe, que c'est justement parce qu'ils sont différents qu'ils peuvent interagir sans risque de fusion, d'engloutissement ou de collage,  s'ouvrent pour les personnes autistes une théorie de l'esprit et la possibilité d'identifications projectives normales.

    C'est le pari d'un possible partage que relève ce livre en se proposant d'articuler des paroles de parents et d'adultes autistes avec les avancées des neuroscientifiques et des psychanalystes.

    Ouvrage publié avec la CIPPA.

  • Centré autour de thématiques clés (paradigmes émergents, questions de méthode, autisme et troubles envahissants du développement, pratique de l'épistémologie psychodynamique en clinique interdisciplinaire), cet ouvrage met au travail les problèmes épistémologiques et méthodologiques de la psychiatrie d'aujourd'hui au regard de l'avancée des neurosciences et de la recherche psychanalytique.

    Il s'attache à montrer comment la complexité de la clinique contemporaine exige de s'installer à l'interface de ces disciplines régies par des épistémologies différentes. Sans tenter d'y chercher une complémentarité totalisante, les auteurs en explorent les convergences possibles pour une  meilleure compréhension du fonctionnement cérébral et du travail psychique.

    Cette articulation conceptuelle entre causalité physique et causalité psychique, qui ne vient pas remplacer le clivage classique psyché /soma produit une réflexion épistémologique pouvant guider la pratique clinique.

  • Le bébé dans l'adolescent, l'adolescent dans le bébé ou comment s'occuper d'adolescents sans se mettre les bébés à dos, et comment penser les bébés comme de futurs « ados-naissants » ? La diagonale du bébé à l'adolescent est riche d'explorations théoriques et cliniques. Du bébé, (futur adolescent) à l'adolescent (autrefois bébé), les multiples liens ont été mis en évidence : effets d'avant et d'après-coup, analogies de certains fonctionnements psychiques, mises en résonances mutuelles, remaniements successifs. La clinique du bébé nous permet-elle de revisiter notre vision de l'adolescence ? Les réflexions sur l'adolescence nous permettent-elles de repenser le bébé et les interactions précoces ? Cet ouvrage éclaire ces questions, entre faire et dire (à corps et à cri), sources de turbulences, parfois douloureuses. Alain Braconnier est psychanalyste, chef de service de la consultation pour adolescents du Centre Philippe Paumelle-Paris. Bernard Golse est professeur de psychiatrie infantile à Paris, psychanalyste, chef de service à l'hôpital Necker.

  • Ce livre s'attache à creuser l'une des problématiques cliniques au coeur des explorations de la clinique contemporaine marquée par la question de la différenciation primaire moi/objet. Cette question est au centre de l'interrogation clinique des cures dans lesquelles les formes de la souffrance narcissique-identitaire sont au premier plan. Mais elle est aussi au coeur de la clinique du premier âge, celle des bébés. Les interrogations et constats issus de ces deux types de clinique se recoupent-ils ? ou s'agit-il de deux mondes tellement éloignés l'un de l'autre qu'ils ne peuvent se rencontrer ? L'originalité de ce livre résulte du dialogue amorcé autour de cette question entre un psychanalyste spécialisé dans la clinique du bébé et un psychanalyste qui s'est attaché de longue date à la clinique des souffrances narcissiques telle qu'elle se rencontre chez l'adolescent et l'adulte.

  • La notion de narrativité, par sa transdisciplinarité et ses liens avec la psychanalyse et la théorie de l'attachement, se révèle d'une grande richesse pour la psychiatrie du bébé, le système des interactions précoces entre les adultes et le bébé étant ici décrit comme un espace de récit. Bernard Golse est pédopsychiatre-psychanalyste, chef du service de pédopsychiatrie de l'Hôpital Necker- Enfants Malades (Paris), Sylvain Missonnier est psychologue, maître de conférences en psychologie clinique à Paris X-Nanterre.

  • Du cri du bébé à la crise de l'adolescence, du chuchotement de l'amour aux chuchotements autour du berceau, c'est toute la place du corps, du langage et du récit qui se trouve sollicitée. Entre cris et chuchotements, ces deux âges de la vie expriment leurs enjeux, leurs turbulences et les échos qu'ils suscitent autour d'eux. Différents thèmes sont ici développés (la destructivité, les clivages, l'esthétique de la cruauté, la narrativité du traumatisme...), avec le souci de faire toujours dialoguer spécialistes des bébés et spécialistes des adolescents ou des jeunes adultes. Alain Braconnier est médecin, psychiatre et psychanalyste, chef de service de la consultation pour adolescents du Centre Philippe Paumelle-Paris. Bernard Golse est professeur de psychiatrie infantile à Paris, psychanalyste, chef de service à l'hôpital Necker.

  • Quels sont les points communs entre nos bébés et nos adolescents ? Des parents disent de leur adolescent qu'il est encore « un gros bébé » ; les ados, quant à eux, se plaignent d'être encore considérés comme des bébés. Doit-on s'en étonner ? Dans leur rapport au corps, au langage, dans leurs relations affectives, les attitudes des bébés et des ados sont bien souvent assez proches. Leur développement psychique suit, à ces deux périodes de la vie, des étapes analogues. Comprendre les liens qui unissent ces deux étapes les plus dynamiques du développement humain permet de mieux cerner comment l'histoire du bébé influence la construction de l'adolescent, et comment ce « grand enfant » deviendra, un jour, un adulte. Ce regard croisé et original de deux grands spécialistes de la petite enfance et de l'adolescence montre combien il est important pour l'avenir de nos enfants de leur laisser le temps de se construire. Alain Braconnier, psychiatre, psychologue, psychanalyste, ancien directeur de l'Association de santé mentale du XIIIe arrondissement de Paris, enseigne à l'université Paris-V et à l'École des psychologues praticiens. Il est notamment l'auteur de grands succès comme Mère et Fils, Les Filles et les Pères ou encore Le Guide de l'adolescent. Bernard Golse, pédopsychiatre, psychanalyste, est chef de service à l'hôpital Necker-Enfants malades, et professeur de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent à l'université Paris-V. Il est l'auteur de Au début de la vie psychique, avec le Dr Julien Cohen-Solal, et de L'École à 2 ans : est-ce bon pour l'enfant ?, avec Claire Brisset. Christine Schilte a recueilli et mis en forme les textes de ce livre. Elle est auteur de plusieurs ouvrages sur la maternité, l'enfance et les adolescents.

  • L'autisme infantile précoce demeure, encore aujourd'hui, une question délicate. Il est nécessaire de l'aborder avec le plus grand calme et le plus grand sérieux pour ne pas relancer des polémiques passionnelles et stériles. Par ailleurs, d'un point de vue éthique, il importe de manier avec prudence toute nouvelle information scientifique en ce domaine afin de ne pas faire naître d'espoirs trop hâtifs, véritables surenchères à la souffrance des enfants et de leurs familles à l'origine de déceptions et de rancoeurs parfois insurmontables. Les meilleurs spécialistes de l'autisme développent ici les principaux axes des études les plus actuelles et proposent donc un état des lieux complet sur la question. Les lecteurs disposent là d'un outil leur permettant de trouver, non pas l'ensemble des réponses à chacune de leurs demandes, mais au moins la ou les références dont ils auraient besoin pour les retrouver et les approfondir. Bernard Golse est professeur de psychiatrie infantile (Paris). Pierre Delion est professeur de psychiatrie infantile (Lille).

  • En 2012, l'hôpital Necker ouvrira avec une rénovation profonde de ses locaux, un grand pôle mère-enfant et un centre de recherche sur les maladies génétiques. Cet ouvrage propose une plongée au coeur de cet hôpital pédiatrique d'excellence avec un aperçu original et exhaustif de l'aide psychique apportée aux enfants hospitalisés dans tous les services. Située à l'interface de plusieurs domaines - psychopathologie, pédiatrie, psychiatrie, éthique, social -, la pédopsychiatrie de liaison se décline de façon spécifique et originale. Psychiatrie de couloir, sans bureau, elle est confrontée à l'histoire d'enfants malades, aux drames des familles et à la souffrance des soignants. Cet ouvrage autant pratique que théorique tente de poser pour la première fois les fondements de la pédopsychiatrie de liaison. À partir de cas cliniques documentés, les auteurs ont voulu montrer comment cette médecine fait le pont, dans une position humaniste déterminée, entre la médecine du corps et celle de l'âme en respectant la dignité de la personne. Bernard Golse, pédopsychiatre est chef du service de pédopsychiatrie. Sylvie Séguret est psychologue clinicienne.

  • D.W. Winnicott est, aujourd'hui, davantage connu pour ses travaux sur le bébé que pour ceux sur l'adolescent, pourtant inséparables les uns des autres. Dans la perspective des travaux précédents qui ont exploré certaines convergences entre le fonctionnement psychique des bébés et celui des adolescents, les auteurs se proposent ici d'étudier, de parcourir et de « jouer avec Winnicott ». Ils s'attachent à approfondir et à éclairer l'oeuvre de ce grand amoureux de la nature humaine et de la clinique de l'âme, à partir de leur expérience clinique, de leur subjectivité et de leurs réflexions personnelles.

  • En France, les enfants peuvent entrer en maternelle dès l'âge de 2 ans. C'est le moment où ils acquièrent leur individualité, où ils se construisent physiquement et psychiquement. Ils organisent leurs relations avec leurs parents, puis avec le groupe et acquièrent le langage. Mais ce sont encore des « bébés » : ils ont besoin de sommeil, d'attention, de protection et d'affection. L'école d'aujourd'hui est-elle adaptée pour ces petits ? Quel est pour eux le meilleur mode d'accueil qui permet de respecter leurs besoins fondamentaux ? On sait que les étapes ultérieures du développement ne peuvent être réussies que si les précédentes se sont réalisées dans de bonnes conditions. Avant d'entrer à l'école, l'enfant doit acquérir sa sécurité interne. C'est une pièce essentielle du « droit à l'enfance ». Autour de Claire Brisset, ancienne défenseure des droits des enfants, de Bernard Golse, professeur de pédo-psychiatrie, et de Boris Cyrulnik, psychiatre, spécialiste de l'attachement, les meilleurs spécialistes de l'enfance sont réunis : les psychiatres Roger Misès et Geneviève Haag, le pédiatre Julien Cohen-Solal, le linguiste Alain Bentolila, Martine A. Pretceille, professeur des sciences de l'éducation, et Hubert Montagner, spécialisé dans les rythmes du très jeune enfant. Ils nous éclairent sur le développement de l'enfant et donnent leurs arguments pour convaincre que, dans la grande majorité des cas, la scolarisation précoce néglige les besoins fondamentaux des enfants.

  • Les auteurs ici réunis, tous confrontés dans leur pratique professionnelle à la parentalité d'avant la naissance, témoignent ici de leur pratique interdisciplinaire. Que proposer à la mère, au père et à la famille quand cette période clef est synonyme de souffrances délétères ? Quelles sont les conditions éthiques, techniques et didactiques d'une intervention psycho(patho)logique anténatale ? Comment accueillir la grossesse qui n'est pas une maladie ? Cet ouvrage est le résultat de ces interrogations au coeur des préoccupations scientifiques du groupe francophone de la WAIMH - World Association for Infant Mental Health.

empty