Claire Fauvel

  • Nawel est une jeune fille de 20 ans au tempérament de feu qui la
    pousse à mener toutes ses passions avec excès. Cette force est un
    atout quand elle la met au service de la création dans son groupe de
    musique, mais devient autodestructrice quand elle se laisse submerger
    par la dépression. On découvre sa rencontre dans un collège de
    banlieue parisienne, avec Alice, sa meilleure amie avec laquelle elle
    /> créé un groupe de rock. Leurs études les mènent à Paris, où les
    jeunes filles sont confrontées de plein fouet au décalage culturel et
    social entre Paris et la banlieue parisienne. Contrairement à Alice,
    Nawel coupe les ponts avec sa famille qui n'accepte pas ses choix de
    vie. Malgré les difficultés, elle a la rage et veut conquérir Paris,
    qui l'a toujours fait rêver. Lors d'un festival de musique «jeunes
    talents», elle rencontre Isak Olsen, musicien, dont elle tombe
    immédiatement amoureuse. Fascinée et terriblement jalouse de son
    talent, il cristallise toutes ses frustrations. Nawel est convaincue
    que sa réussite est liée à l'inégalité des chances au départ. Cette
    rencontre lui donne une motivation supplémentaire pour faire exister
    le groupe. Abandonnantses études et l'emploi qui la fait vivre, elle
    décide de se consacrer à la composition d'un premier album. Commence
    alors pour elle, une période difficile, faite de travail et de
    sacrifices pour tenter d'atteindre son rêve à n'importe quel prix...

  • Une saison en Egypte

    Claire Fauvel

    La vue de ces centaines de minarets veille en moi une motion indicible. Comment ne pas croire, face tant de beaut, que ma venue ici est le fruit de quelque volont divine ?... Sacha est russe, en proie au spleen et aspirant pote. Alexandre est flamboyant, peintre et franais. C'est en gypte que les deux hommes se lient d'amiti. Et c'est de la mme femme qu'ils tombent amoureux.

  • Rachel Cohen s'appelle désormais Catherine Colin. Elle doit oublier son ancien nom et celui de ses parents. Mais aussi sa vie d'avant, quand il n'y avait pas la guerre et que les Juifs ne devaient pas se cacher. Et puis il faut partir. Dans sa fuite, Catherine emporte son Rolleiflex et des films. Pour tenir, pour résister, elle fait des photos.
    « Je sors mon appareil et prends une photo d'Hélène, au moment où elle me fait un signe de main. Je devine que j'ai saisi chez ma compagne de route un mouvement infime, entre tristesse pesante et force que donne la nécessité d'agir. Ce simple geste de femme qui soulève sa valise est la première image qui me restera de mon long périple dans la guerre. »

    Julia Billet à propos de son livre : « Cette histoire s'inspire donc de faits du réel, de personnages ayant existé et à qui je souhaite rendre hommage. [...] mais La Guerre de Catherine reste avant tout un roman, un roman qui s'inscrit dans une période de l'histoire et vient rappeler que, même quand les loups hurlent à la mort, des femmes et des hommes savent rester fidèles à leur humanité. »

    La Guerre de Catherine a été adapté en BD chez Rue de Sèvres.

  • De retour à la Maison des enfants de Sèvres, Catherine se lance dans le monde. Poussée par Goéland et Pingouin, elle commence une carrière de photographe-reporter. Mais, au début des années 50, il ne fait pas bon être une femme dans ce milieu exclusivement masculin. Et si la guerre est finie, les combats, eux, ne manquent pas. À commencer par le féminisme, que Catherine découvre avec Simone de Beauvoir. Sa rencontre avec Mavis, chanteuse noire américaine qui a fui les États-Unis pour s'installer en France, la pousse à réaliser un vieux rêve. La voilà embarquée pour trois mois dans cette Amérique de l'après-guerre, où le meilleur côtoie le pire. À sa façon, Catherine lutte. Et peut-être que cette lutte lui permettra de faire la paix avec celle qu'elle était avant la guerre, cette jeune adolescente qu'on appelait « Rachel Cohen ».

empty