Cristina Fallarás

  • L'evangile selon marie-madeleine Nouv.

    "La voix de celle qui est devenue apôtre des apôtres."
    En 2016, le pape François décide d'élever Marie-Madeleine au rang d'apôtre des apôtres, brisant ainsi l'image de prostituée véhiculée depuis des siècles par l'Église. Mais qui est Marie de Magdala dont l'évangile apocryphe a toujours été discrédité ?
    Marie-Madeleine est la plus proche compagne de Jésus, elle est également le témoin oculaire et privilégié des nombreux miracles qu'il accomplit, de ses relations avec ses disciples et de son agonie sur la croix. Trente ans après la mort de Jésus, au crépuscule de sa vie, elle décide de témoigner. Ces miracles ont-ils vraiment eu lieu ? Qui a multiplié les pains ? Qui a guéri les malades ? Jésus est-il vraiment ressuscité des morts ? Marie de Magdala répond à ces questions et à bien d'autres.
    Cristina Fallarás livre une grande oeuvre de fiction, inspirée des écritures et des documents historiques mais avec une approche réaliste et contemporaine. Le résultat est un portrait fort et sensuel d'une femme libre, dont le rôle dans la fondation du christianisme a été systématiquement effacé par les pouvoirs de l'Église. En tête des ventes, dès sa sortie, ce roman historique a suscité un intense débat en Espagne.

  • Deux petites filles de trois et quatre ans sont enlevées en plein jour ; l'une d'elles est retrouvée morte, atrocement mutilée, l'autre est portée disparue.
    Enceinte jusqu'aux dents, Victoria González, journaliste et détective, reçoit un chèque anonyme de 30 000 euros avec l'ordre d'enquêter sur l'enlèvement, et surtout de retrouver au plus vite la deuxième petite fille.
    Flanquée parfois d'un adjoint accro à la bière brune, Victoria plonge alors au coeur de l'enfer. Elle écume les bas-fonds de Barcelone, du Raval, peuplé de prostituées, d'alcooliques et de tous les immigrés échoués là en attendant l'avenir, jusqu'aux Viviendas Nuevas, cité semi périphérique sinistrée, ghetto de pauvres où tout s'achète et se vend à ciel ouvert, y compris les pires perversions. Entre les toxicos qui divaguent, les clodos passifs, les tueurs à gages sentimentaux, les mères folles, toute la ville semble avoir un penchant pour l'horreur et personne ne sera sauvé. Victoria elle-même a bien du mal à échapper à ses vieux démons, à son passé de petite frappe bourrée d'addictions. Seul moyen de se calmer les nerfs : la haine systématique contre d'innocents petits animaux domestiques.
    Féroce et sans concession, Cristina Fallarás nous entraîne bien loin du Barrio Gótico et de la Sagrada Família : ici la famille est un précipité de haine et les décors sont sordides, on est à l'envers de la ville. Une écriture coup de poing qui n'épargne personne.

    Ce livre a reçu le prix international du roman noir L'H Confidencial 2011, ainsi que le prix Dashiell Hammett 2012.

empty