Eric Stoffel

  • Papet !... La source ! La source !... Elle s'est arrêtée ! Depuis ce
    matin, ça ne coule plus !... Plus une goutte !" Jean de Florette, le
    bossu de la ville qui se rêvait paysan, est mort depuis longtemps.
    Sa propriété des Romarins appartient désormais à Ugolin Soubeyran
    qui prospère dans la culture des oeillets. Malgré les avertissements
    du Papet, son oncle, Ugolin tente désespérément de séduire Manon, la
    fille unique du bossu qui vit dans les collines. Mais la belle
    sauvageonne a d'autres idées en tête depuis qu'elle a découvert les
    circonstances qui ont conduit son père à la mort. La fille des
    collines ne rêve maintenant que de faire payer aux Soubeyran leurs
    manigances et de se venger d'un village qui a préféré les secrets à
    la vérité.

  • Grand Angle adapte l'oeuvre de Marcel Pagnol en BD. Dix ans après la
    mort de Jean de Florette, Ugolin a récupéré à moindre frais le
    domaine des Romarins. Il y a installé une florissante exploitation
    d'oeillets. D'autant qu'il a débouché la source volontairement
    camouflée et refait couler l'eau qui avait tant manqué au pauvre
    bossu. Pressé par Le Papet de se marier, Ugolin pense à la belle
    jeune fille qu'il a aperçue dans les collines. Mais l'objet de son
    amour n'est autre que Manon, la fille de Jean de Florette, avide de
    vengeance.

  • Tiré du film détruit par Marcel Pagnol, sous la pression nazie, pour
    éviter de collaborer. Amante entretenue de Dominique, l'une des
    plus grosses fortunes de Lyon, Florence ne souhaite pourtant pas
    l'épouser et mettre de côté ses rêves de cinéma. Lors d'une sortie à
    la foire du Trône, la jeune femme rencontre Pierre, un musicien en
    mal d'inspiration, qui est pourtant l'auteur d'un titre promis au
    succès, La Prière aux étoiles. Ce que le mélomane ignore, c'est que
    cette prière est aussi celle de la jeune femme.

  • La trilogie marseillaise de Pagnol arrive en BD ! Marius, le fils de
    César le cafetier du bar de la Marine, passe son temps à admirer les
    bateaux qui font escale dans le Vieux Port. Il ne vit que pour une
    seule chose : embarquer sur un navire et partir pour des pays
    lointains. Il est tellement obnubilé par cette idée qu'il ne voit
    même pas l'amour que lui porte Fanny, la marchande de coquillages,
    depuis l'enfance. Pour attirer son attention, Fanny décide de le
    rendre jaloux et se laisse courtiser par le vieux Panisse, ami de
    César. Mais si Marius aime lui aussi Fanny en secret, il ne peut
    faire taire son désir du grand large.

  • Les vacances d'été dans la garrigue sont une révélation pour le jeune Marcel Pagnol et son petit frère, qui tombent amoureux des collines, de sa végétation sauvage, de ses massifs de roche : Garlaban... Scènes truculentes de vie, humour et souvenirs nostalgiques, le sens inné de Pagnol de la mise en situation, son goût de la farce, émaillent ce récit chaleureux, dont le charme se partage entre les décors et la saveur ciselée des dialogues.

  • La trilogie marseillaise de Pagnol arrive en BD ! Marius, le fils de
    César le cafetier du bar de la Marine, passe son temps à admirer les
    bateaux qui font escale dans le Vieux Port. Il ne vit que pour une
    chose : embarquer sur un navire et partir pour des pays lointains.
    Tellement obnubilé par cette idée, il ne voit pas l'amour que lui
    porte Fanny, la marchande de coquillages. Pour attirer son attention,
    Fanny décide de le rendre jaloux et se laisse courtiser par le vieux
    Panisse. Mais si Marius aime lui aussi Fanny en secret, pourra-t-il
    pour autant réfréner l'appel du grand large ?

  • Après la Gloire de mon Père, la suite des souvenirs d'enfance de Marcel Pagnol
    La fin de l'été est un drame pour le petit Marcel Pagnol, obligé d'abandonner ses chères collines. Mais la famille monte dorénavant chaque samedi à La Bastide Neuve. Un matin, lors d'une partie de chasse dans la garrigue, Marcel fait la rencontre d'un jeune paysan, Lili des Bellons. Une nouvelle aventure s'offre à lui : celle de l'amitié. Pittoresque et truculent, voici après La Gloire de mon père, le deuxième tome des « Souvenirs d'enfance » de Pagnol.

  • Pour permettre à son neveu de s'installer, « le Papet » lorgne sur le terrain de son voisin. Il y existe une source : un vrai trésor dans la chaude Provence. À la surprise de tout le village, à la mort de Piquebouffigue, c'est un neveu bossu, Jean de Flo¬rette, qui hérite du terrain. Il s'y installe avec sa femme et sa fille et se lance dans l'élevage des lapins. Mais l'eau manque et malgré ses savants calculs et son courage, il s'épuise à la tâche... Pourtant, de l'eau, il y en a. Mais pour inciter le citadin à partir, « le Papet » et son neveu Ugolin ont bouché la source...

  • Le premier tome de L'Eau des collines adapté en BD.Pour permettre à son neveu de s'installer, « le Papet » lorgne sur le terrain de son voisin. Il y existe une source :un vrai trésor dans la chaude Provence. À la surprise de tout le village, à la mort de Piquebouffigue, c'est un neveu bossu, Jean de Florette, qui hérite du terrain. Il s'y installe avec sa femme et sa fille Manon et se lance dans l'élevage des lapins. Mais l'eau manque cruellement et malgré ses savants calculs et son courage, il s'épuise à la tâche... Pourtant, de l'eau, il y en a. Mais pour inciter le citadin à partir, « le Papet » et son neveu Ugolin ont bouché la source...

  • Le dernier tome des « Souvenirs d'enfance » de Marcel Pagnol adapté en BD. Marcel a déjà découvert les belles amitiés. Celle avec Lilli des Bellons dans ses chères collines et celles avec ses camarades du lycée Thiers de Marseille. Il lui reste à faire l'apprentissage de l'amour. D'abord avec Isabelle, la fille d'un poète fantasque et raté, une gamine à qui il cède tout et est prêt à se ridiculiser. Puis avec la belle Clémentine, une jeune danseuse. Mais c'est aussi le moment pour Pagnol de faire la découverte de ce qui sera l'amour de sa vie : l'écriture.

  • Le troisième tome des souvenirs d'enfance de Marcel Pagnol.Pour le jeune Marcel, c'est le moment des grands changements. Les vacances à la Bastide Neuve continuent, mais elles ne sont plus tout à fait les mêmes.Lili des Bellons doit travailler aux champs et les journées passées à courir dans la garrigue paraissent bien loin.Puis vient le temps de la rentrée, l'arrivée en sixième au lycée Thiers de Marseille, où le futur Académicien découvre un nouveau monde, « loin » de sa famille.

  • Grand Angle adapte l'oeuvre de Marcel Pagnol en BD. En 1720, à Marseille, la découverte de trois cadavres va bouleverser la vie tranquille de la communauté dirigée par Maître Pancrace. En effet, la peste est aux portes de la ville ! Bientôt, tous les quartiers de Marseille se replient sur eux-mêmes. Des barricades sont érigées et on ne laisse plus ni sortir ni entrer personne. Dans le quartier de Maître Pancrace, bien que tous se sentent en sécurité, le caractère des reclus s'assombrit chaque jour. L'ennui et la peur commencent bientôt à dérégler les moeurs des bonnes gens... Les Pestiférés est une oeuvre posthume de Marcel Pagnol dont le texte fut retrouvé dans ses tiroirs. Une partie de ce récit a été publiée dans Le Temps des amours. Pour la première fois, les lecteurs pourront en découvrir la fin que Pagnol avait racontée à ses proches.

  • « Hadrien, parcourant successivement les provinces, examinant les contrées et les villes, inspectant toutes les forteresses, tous les remparts,...surveillant et contrôlant lui même loyalement [...] »  Dion Cassius : Histoire romaine LXIX, 9
    « Caracalla avait pour Alexandre une passion telle, qu'il se servait de certaines armes et de certaines coupes comme si elles eussent appartenu à ce prince [...] »  Dion Cassius : Histoire romaine  LXXVII, 7
    Quatre adolescents d'aujourd'hui voyagent aventureusement dans l'antiquité, grâce au pouvoir que leur confère une pièce de monnaie romaine chargée d'une puissante magie agissant sur le temps !
    Cette fois-ci, leur périple leur fera traverser les règnes de deux empereurs romains des 2e et 3e siècles, que tout semble apparemment opposer : Hadrien, poète et philosophe à la réputation pacifique, et Caracalla, dont la folie sanguinaire n'a rien à envier à celle d'un Caligula ou d'un Néron.
    Une véritable épopée, qui entrainera le lecteur jusqu'à Alexandrie, en parcourant la Via Julia Augusta de Rome à Cemenelum sur les traces d'une coupelle sacrée, censée conférer à son possesseur les pouvoirs quasi divins d'Hercule! 
    Nos jeunes héros Blaise, Antoine, Agathe et Julia, en remontant dans le passé, déjoueront-ils l'ambition insensée de Caracalla d'agir sur le futur ?

  • Alors qu'il passe des vacances dans ses chères collines, le jeune
    Marcel assiste à un tournoi de pétanque dans lequel se sont engagés
    son père Joseph et son oncle jules. L'occasion pour le futur
    académicien d'observer toute la cocasserie et la fantaisie de ce
    sport provençal chargé de symbole, de tradition et d'honneur (voire
    de déshonneur pour les perdants qui apprendront ce qu'est « embrasser
    Fanny »). Une partie de boules qui, sous la plume de Pagnol, prendra
    l'aspect d'une épopée.

  • Irénée, brave garçon un peu naïf, rêve de faire du cinéma. La chance lui sourit enfin quand une équipe de cinéma fait des repérages dans la région. Il leur propose de leur faire découvrir le pays. Tout se déroule comme dans un rêve : les techniciens semblent l'avoir adopté. On lui propose même un contrat mirifique pour aller tourner un film à Paris. Ivre de joie et de vanité celui qui se voit déjà en haut de l'affiche n'est en réalité qu'un schpountz, c'est-à-dire le dindon d'une farce pas très fine. Pourtant il a plus de ressources qu'on semble le croire, peut-être même un certain génie... comique.

  • Cigalon est un cuisinier qui a une telle estime de son travail qu'il
    se met rarement aux fourneaux et qu'il choisit les clients dignes de
    ses menus. Mais, malgré la réputation de ses plats, le restaurant
    connaît ses plus mauvaises heures. Grâce à au slogan « Ici, on sert
    les clients », Madame Toffi, sa blanchisseuse décide d'ouvrir son
    propre établissement. Le grand chef est piqué au vif. La guerre est
    déclarée entre le marmiton bourru et la nouvelle concurrente. Et
    Cigalon est décidé à accueillir tout le monde, même les pires
    canailles des bas-fonds de Marseille.

  • Jazz

    , ,

    Grand Angle adapte en BD l'intégralité de l'oeuvre de Marcel Pagnol.À 56 ans, Blaise vient de terminer l'étude approfondie d'un texte inédit qu'il attribue à Platon. Cette thèse luipermettra d'accéder à une chaire à la Sorbonne. Mais la révélation par un spécialiste américain des erreurs d'hypothèses qu'il a commises ruine ses espérances. Alors qu'il a consacré plus de trente ans à ce travail,Blaise réalise qu'il a oublié de vivre sa vie. Une vie qui s'avère désormais sans aucun but. Blaise, dépité etdéboussolé, décide de rattraper le temps perdu et de vivre sa jeunesse, à l'âge où il n'est plus temps.

  • Merlusse est le surveillant redoutable du Grand Lycée de Marseille. Aussi peu aimable que repoussant, il attend une promotion qu'on lui refuse, lui préférant un postulant plus convenable. Alors qu'arrivent les fêtes de fin d'année, il est chargé d'encadrer les pensionnaires, une petite cohorte d'oubliés de Noël... Mais rien ne se passera comme prévu pour personne ! Parfois la vie complote heureusement pour que les individus apprennent à se découvrir, à se comprendre et à s'aimer.

  • Topaze, foncièrement honnête, est mis à la porte de la pension dans laquelle il travaille, car il refuse de«truquer» les notes des élèves de bonne famille. Sans ressource, il se laisse attirer par l'offre d'emploi que lui propose un homme politique influent, à la recherche d'un «porte-nom» pour faire passer ses affaires crapuleuses en douce. Naïf, Topaze a bien la tête de l'emploi, mais est-il si crédule que cela ?

  • Naïf et sincère, Topaze est professeur de morale dans un pensionnat dirigé par Monsieur Muche, dont le principal souci est de ne pas déplaire aux riches parents de ses élèves. Or, c'est précisément la faute que commet Topaze en refusant de mettre une bonne note à un élève qui ne l'a pas méritée. Apprenant par mégarde que Topaze souhaite épouser sa fille, Muche, furieux, le licencie. Congédié, le professeur trouve une place de secrétaire auprès d'un homme politique à la moralité douteuse. Topaze se retrouve entraîné dans des affaires louches, bien loin des leçons de morale qu'il enseignait à ses élèves.

  • Marius fit creuser un large fossé, dans lequel il détourna une grande partie du fleuve » « ... le fossé avait assez de profondeur pour contenir de grands vaisseaux, et son embouchure dans la mer était unie, et à l'abri du choc des vagues. (il) s'appelle encore aujourd'hui la fosse mariane. »Plutarque (46 - 125 ap. J.-C.)
    Dans ce deuxième tome, Blaise et ses amis vont découvrir Fossae Marianae, l'un des grands ports antiques de la Méditerranée, ainsi que les combats du général Caius Marius contre les Cimbres. Nos héros devront aussi déjouer un crime pour sauver le père de la belle Prisca !

  • Et si c'était vrai ? Si, quelque part dans le monde, il existait un pinceau ayant servi à Picasso. Ne se trouverait-il pas, alors, des amateurs plus ou moins éclairés pour s'en emparer ? C'est ainsi qu'une bande de copains va se trouver mêlée à une aventure impliquant un galeriste peu scrupuleux, un brocanteur, un professeur d'arts plastiques et... Bien qu'il fasse de son mieux, Miguel est nul en dessin. Il préfère rêver avec ses amis, Lulu et Mélusine devant la vitrine d'un brocanteur. Un jour, le trio tire le propriétaire de la brocante d'une bien fâcheuse posture. Pour les remercier, ce dernier leur offre un vieux pinceau et... la maquette de l'avion qui fascine Miguel. C'est le début d'aventures ébouriffantes dans tout Barcelone où il est question d'un galeriste pas très recommandable, d'une étrange collectionneuse et de Picasso qui se remet au dessin par la main de Miguel. Quel peut bien être le rapport entre tous ces éléments ? Vous le découvrirez en vous plongeant dans les pages de ce roman plein de tendresse et d'humour à la fois.

  • Deux princesses, dont la jolie Pandora, se battent comme des chiffonnières pour savoir laquelle des deux pénétrera chez l'oracle avant l'autre. Mais ce dernier est en vacances, Dame Pandora ne veut rien savoir, elle ordonne qu'on lui retrouve l'oracle. Laissant Sylvin et Lyzgry complètement désemparés, elle s'en va, en compagnie de Capelan, le jeune homme qui souhaitait épouser l'autre princesse, celle avec qui Pandora vient de se crêper le chignon
     Ils embarquent tous deux sur un frêle esquif, style coque de noix, et prennent la mer, qui évidemment ne tarde pas elle aussi à se déchaîner Tout à coup une énorme vague, largement plus importante que ses cons urs pourtant déjà remarquables, les engloutit Plus rien du petit bateau
    Plus rien de Pandora non plus Va-t-elle s'en tirer ? Et de quelle manière ? Vous le saurez en dévorant le quatrième et dernier tome de la saga « Pandora » qui a pris en maturité au fil des albums et qui s'achève en toute beauté !

  • Le peuple a dû fuir Arvandor quand sa destruction fut devenue irréversible. Nébérré, puissance maléfique inconnue, avait détruit plusieurs mondes avant de s'attaquer à Arvandor. Des millénaires de joie et de douceur furent balayées en un instant, la puissance destructrice de Nébérré étant personnifiée par l'ignoble Balchimaner, sorcier suprême de la secte des obscurs.
    Or, les obscurs s'apprêtent maintenant à attaquer Afangui, capitale de Kalidonia, pays où se sont réfugiés les habitants d'Arvandor et où vivent nos trois héros, Alysia, Duncan et Hornitos. Et à cause de l'ignoble baron Rodyus, qui est à l'origine de tous les troubles qui secouent le pays et qui souhaite le trône de Kalidonia, les trois inséparrables sont mal en point : Duncan vient d'être assassiné, Hornitos transformé en homme-rat et la prêtresse Alysia risque de devenir une putain à soldats. Et le pire, c'est qu'ils ne sont pas au bout de leur peine...
    Entre magies et sortilèges, luttes de pouvoir et querelles ancestrales, se joue bien plus que la destinée d'un royaume.

empty