Jérôme Jouvray

  • Que feriez-vous si vous aviez dix ans et que vous veniez d'avoir un revolver pour votre anniversaire alors que vous n'aimez pas les armes ? C'est tout le problème d'Eliot, fils du shérif de la ville, qui n'arrive pas à faire comprendre à son père qu'il n'est pas un as de la gâchette. En même temps, force est de reconnaître que même lorsqu'il tire n'importe où, il atteint toujours sa cible ! Ce n'est d'ailleurs pas son seul problème. Un autre, et non des moindres, s'appelle Bianca. Camarade de classe - si elle se donnait la peine de venir suivre les cours -, elle aime tout ce qu'Eliot déteste : l'aventure, les revolvers, la bagarre, enquêter, suivre des bandits... Elle a d'ailleurs un talent rare pour entraîner Eliot dans des situations dangereuses. Bien entendu, dans cette petite ville de l'Ouest américain, nous croiserons également un gang de bandits en herbe, plus doués pour voler des ombrelles et des caramels que pour piller une banque. Mais avec l'aide d'un magicien un peu trop porté sur la bouteille, ils comptent bien s'enrichir en profitant des âmes crédules de la ville d'Eliot. Leur gros problème étant que tout le monde est armé jusqu'aux dents, même les petites vieilles qui refusent donc de se faire piquer leur sac.

  • Pauvre Eliot, déjà que son père le shérif l'oblige à porter un revolver du haut de ses 10 ans, le voici maintenant nommé adjoint et affublé d'une étoile. Dans une ville où la moindre embrouille de saloon finit en duel, l'arrivée de monsieur Johnson met le feu aux poudres. Ce riche armurier sans scrupules alimente la peur pour vendre sa camelote jusqu'à armer les enfants à l'école. Une comédie western à la fois décalée et engagée pour réfléchir sur le problème des armes et de la violence.

  • C'est peut-être parce que Lincoln est né dans un bordel qu'il s'est très vite mis à le foutre. Mais voilà que Dieu décide de s'occuper de lui, notamment en lui conférant l'immortalité. En échange, il voudrait que Lincoln devienne justicier, et la partie n'est pas gagnée... Un bijou de noirceur existentielle sur fond de western, avec un rythme propre composé cycliquement d'action et de flânerie, de discussions existentielles ( pour rire ) et de jurons. Savoureux...

  • Lincoln est depuis quelques mois dans son trou, l'herbe a repoussé et c'est Dieu qui vient le sortir de sa tombe. Lincoln était bien au chaud, se foutait de tout, dans une espèce de sommeil prolongé, ne désirant plus remonter à la surface. Dieu ne l'entend pas de cette oreille et veut l'obliger à se bouger le cul. Mais Lincoln veut rentrer chez lui et demande à Dieu de le téléporter comme le Diable l'avait fait dans un précédent album. Comme Dieu ne veut pas, Lincoln doit se démerder seul. Ayant trouvé un bateau pour faire le voyage de retour, il rencontre des gens très engagés politiquement du coté des anarchistes. Séduit par l'idée anarchiste puisqu'elle affirme haut et fort "Ni Dieu, ni maître" et arrivé à New York, il va rejoindre le mouvement et probablement passer du coté des ultras qui fomentent des attentats. Sauf que très vite, repéré par la police et risquant la prison, pour ses camarades, il sera un martyr s'il est emprisonné, son procès sera une belle caisse de résonance pour les idées anarchistes. Mais Lincoln ne veut pas retourner en tôle et s'enfuit. Il doit disparaître aux yeux de la police et des anarchistes... Bref, il est encore dedans, jusqu'au cou...

  • Dieu et Lincoln passent des vacances paradisiaques sur une plage de rêve où notre "anti-héros" s'ennuie prodigieusement. Le Diable va tenter sa chance et le transporter sur son nouveau terrain de jeu: Manhattan. Mais malgré tous ses efforts pour faire de Lincoln son poulain, il va rapidement déchanter en comprenant qu'il n'aura pas plus de réussite que son concurrent. C'est dans ce décor new-yorkais, encombré de buildings et de bidonvilles, bien loin des grandes plaines du far west, que notre cow-boy va se retrouver ballotté entre Dieu et Diable, chacun luttant pour sa cause.

  • On retrouve notre héros, Lincoln, à cheval en plein galop. Il poursuit un bandit qui a enlevé un jeune enfant. Plus loin sur le chemin, perchés dans un arbre, Dieu et les trois nouveaux membres de la bande attendent, prêts à intervenir. Lorsque le bandit passe en dessous, un des trois gamins s'élance dans les airs accroché à une corde et tente de capturer le criminel. Le jeune homme percute sa cible de plein fouet et ils tombent tous deux lourdement au sol. L'enfant, toujours attaché au cheval continue son chemin mais Lincoln le rattrape rapidement. Cette première mission de la « bande à Lincoln » est plutôt une réussite et Dieu semble satisfait malgré les réticences de son protégé.

  • Début de l'année 1919, le gouvernement des États-unis décide d'imposer la prohibition à tout le pays. Mais il faut savoir que dès la fin du siècle précédent, plusieurs états décidèrent déjà d'interdire la vente et la consommation d'alcool. On les appelait les états "secs ». Quand Lincoln, qui vit une retraite paisible de trappeur dans les montagnes enneigées du Montana, découvre qu'il ne pourra plus s'offrir sa cuite hebdomadaire au Saloon de la ville, ça l'agace. Et quand Lincoln est agacé, c'est tout le pays qui risque de le sentir passer.

  • Lincoln et Paloma quittent un Mexique en pleine confusion. Dégoûtée par le comportement scandaleux de ses anciens frères révolutionnaires, Paloma semble bien décidée à se ranger, fonder un foyer et y rester jusqu'à la fin de ses jours. Et ce avec la bénédiction de Dieu et du Diable, bien trop heureux à l'idée de voir Lincoln se ranger ou s'encanailler, c'est selon. Mais c'est compter sans une vieille belle-mère à la langue bien pendue, les Texas Rangers, l'armée américaine et des Federales mexicains...

  • Quand on est un justicier du Far west, on se doit de prendre la défense des peuples opprimés en toute circonstance et en tout lieu. Alors si Dieu emmène Lincoln au Mexique, c'est pas pour boire des mojitos! C'est pour faire la révolution. Mais Lincoln, le sort des paysans mexicains lui passe bien au dessus du chapeau et quand des militaires lui proposent de l'embaucher comme mercenaire pour mater la rébellion, il voit là une bonne occasion de se faire du pognon sans trop se fatiguer, tout en faussant compagnie à son encombrant compagnon...

  • Voilà maintenant cinq ans que Lincoln est policier à New York sans que ni Dieu, ni Diable ne se manifeste. Par des moyens, forcément contestables, il est parvenu à gravir les échelons et c'est en chef de brigade bedonnant et corrompu que nous le retrouvons. Mais Dieu veille et veut remettre les choses en ordre. Lincoln va devoir se reprendre de gré ou de force et bien évidemment, ce sera de force : Dieu le fait arrêter et il se retrouve au bagne... Mais Lincoln n'est pas une truffe et il comprend vite que le vieux barbu planque une idée sous son chapeau...

  • 1917, l'Amérique apporte son soutien à la France. Lincoln, incorporé d'office, fait son arrivée sur le vieux continent... Nous sommes en juin 1917 et notre stupide cow-boy, ex-policier, ex-escroc, ex-révolutionnaire, ex-trafiquant d'alcool est devenu soldat dans l'armée des Ètats-Unis. En cette même période, l'Europe est ravagée par un conflit mondial et meurtrier, et l'Amérique a décidé d'y envoyer ses troupes. Ainsi Lincoln va débarquer en France et peut-être en profiter pour enfin se trouver un coin tranquille ou passer des jours peinards, loin des ennuis, loin de tout. Peut-être...

empty