Joë Bousquet

  • Texte intégral révisé suivi d'une biographie de Joë Bousquet. Blessé de guerre en 1918, à l'âge de 21 ans, Joë Bousquet restera allongé jusqu'à la fin de ses jours avec un corps paralysé. Mort sans être mort, il n'a pas quitté sa chambre depuis une vingtaine d'années lorsqu'il commence à écrire "Traduit du silence". Journal intime ou, plus exactement, poème de sa vie intérieure, ce récit lui permet de "purger ses pensées" et de trouver un sentier dont il n'existait que l'idée. Le poète imagine de "contrécrire" pour mieux se connaître et parce qu'il a entrevu un monde "où on parlera sans avoir à rencontrer ces mots qui font saigner le temps". Écrire est pour lui "être déshabillé de sa propre présence" et "se rendre, au-dedans de soi, apte à créer l'ordre que l'on devra subir". En proie à une méditation incessante, sa pensée devient la chair d'un univers aux dimensions et profondeurs imprévues. Il crée une nouvelle géologie du corps qui ne progresse pas d'organe en organe mais de strate de pensée en strate de pensée. Rien n'arrête la pensée qui assimile même le silence: "Pour traduire le silence, il faut vivre au-delà de son propre silence, entendre et retenir toutes les voix qui se taisent en nous." [...] "Je ne suis ni dans la littérature ni dans l'art. Pas même dans l'amour. Mais je suis dans un conte que mes semblables prennent pour la vie".

  • Texte intégral révisé suivi d'une biographie de Joë Bousquet. Roman autobiographique, "Le Meneur de lune" organise la vie de l'auteur selon une logique purement onirique où la fable prend souvent le pas sur les faits réels, et où l'univers intérieur du poète vampirise totalement son environnement. Sa vie nous apparaît comme éclatée, morcelée, déchirée entre pulsion de mort et pulsion de vie. Joë Bousquet naît ici, à l'âge de vingt ans, de cette blessure de guerre qui fera de lui un mort en sursis jusqu'à la fin de sa vie, mais un mort flamboyant. La blessure ouvre une histoire de son corps infirme, mutilé, paralysé, un corps désormais en trop. À partir de ce jour, le poète doit vivre en deux, comme désolidarisé de sa propre chair, et il se sent devenir femme, "souhaitant d'enfanter des esprits". Les morceaux de son corps se rassemblent dans le texte et le récit biographique laisse alors place au conte. L'auteur n'assiste plus au jeu du monde, mais s'arrange pour en montrer les marionnettes. Son royaume se peuple de créatures composites: "l'homme-nébuleuse", "l'oiseau-corbillard", "l'homme-chien". Dans ce nouveau royaume où l'homme n'est plus, des ombres passent, des fêtes funèbres s'y donnent, auxquelles participent des princesses en exil, femmes mythiques à qui il donne des noms de reines qui se lisent comme des signes révélés de son passé en ruine. "Le Meneur de lune" est l'un des derniers ouvrages en prose de Joë Bousquet.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty