Langue française

  • Marc de Miramon dans l'Humanité Dimanche : « Le plus social des réalisateurs britanniques, Ken Loach, revient avec un livre, Défier le récit des puissants. Ce court essai livre sa vision du cinéma, son regard sur les acteurs. Il signe aussi un argumentaire de choc qui s'oppose à l'idéologie libérale et défend le rôle de la culture. » Ken Loach (Propos recueillis par Thomas Destouches pour Allocine) : « Les puissants de ce monde souhaitent cacher certaines choses. On essaie toujours d'écarter les dissidents, d'éteindre les voix dissonantes. » « Les films doivent poser des questions, défier l'autorité, être subversifs ». Mais « n'oublions pas que tout dépend au final des spectateurs. S'ils décident de parler des thèmes après une projection, alors oui les films peuvent avoir cette influence, celle de provoquer la discussion. » C'est vrai aussi pour ce livre, tout dépend au final des lecteurs !

  • Deux artistes de deux pays et deux générations très différentes, Ken Loach et Edouard Louis, échangent sur l'art, le cinéma, la littérature et leur rôle aujourd'hui. Comment l'art peut-il, notamment, poser et repenser la question de la violence de classe ? Comment représenter les classes populaires comme ont tenté de le faire les deux auteurs du présent livre dans leur travail ? Et quel est le rôle de l'art dans un contexte politique mondial où les plus précaires se tournent vers l'extrême-droite ? Comment repenser la gauche pour défaire cette tendance, palpable tant dans la montée du Front National, que dans l'ascension de Trump, ou encore de Bolsonaro ? En confrontant leurs réflexions, et à partir de leurs oeuvres, Loach et Louis tentent de répondre à ces questions.

empty