Martine Fournier

  • Des récits de vie souvent surprenants, qui montrent en quoi les femmes, dans leur diversité, ont contribué à écrire l'histoire de l'humanité.
    Femmes de pouvoir, guerrières, révolutionnaires, aventurières, intellectuelles, scientifiques ou artistes... Chacune, à sa manière a décidé de se consacrer à ses passions ou de lutter pour ses convictions. Certaines ont brillé par leur intelligence, leur curiosité, leur talent, leur indépendance ; d'autres par leur détermination ou leur ambition et leur goût du pouvoir. Les femmes présentes dans ce livre sont toutes des pionnières de l'émancipation qui, souvent sans le savoir, posaient les jalons de l'égalité des rôles entre les deux sexes. Elles n'étaient d'ailleurs pas les seules. À côté de ces figures marquantes, on trouvera des Amazones en armes dès l'Antiquité, des pirates et des militaires (souvent travesties), des " femmes savantes " qui ont produit et diffusé les savoirs, de nombreuses reines ou favorites dont la compétence n'eut rien à envier aux hommes, des abbesses qui dirigeaient d'importants couvents, des militantes et des rebelles...

    Pour autant, elles n'ont pas, à leur époque, dynamité les préjugés sexistes. Certaines ont même payé de leur vie ces transgressions : Jeanne d'Arc a fini au bûcher, Olympe de Gouges a été décapitée... Et encore au xxe siècle, Marie Curie, Alexandra David Neel, Simone de Beauvoir ou Simone Veil ont essuyé les lazzis les plus humiliants. Jusqu'à il y a peu, l'histoire a été écrite au masculin, par et pour le sexe mâle qui régissait le pouvoir intellectuel.

    Aujourd'hui, ces travaux sont réévalués. À l'heure où les femmes étudient, travaillent et font entendre leurs voix, on commence à porter un regard critique sur la grande histoire, qui les a souvent oubliées ou caricaturées. Ce n'est pas une histoire hagiographique que l'on trouvera ici, ni une sorte de tableau enthousiaste d'une émancipation qui se serait faite à marche forcée. Mais plutôt des récits de vie souvent surprenants, qui montrent en quoi les femmes, dans leur diversité, ont contribué à écrire l'histoire de l'humanité.

  • Des récits de vie souvent surprenants, qui montrent en quoi les femmes, dans leur diversité, ont contribué à écrire l'histoire de l'humanité.
    Femmes de pouvoir, guerrières, révolutionnaires, aventurières, intellectuelles, scientifiques ou artistes... Chacune, à sa manière a décidé de se consacrer à ses passions ou de lutter pour ses convictions. Certaines ont brillé par leur intelligence, leur curiosité, leur talent, leur indépendance ; d'autres par leur détermination ou leur ambition et leur goût du pouvoir. Les femmes présentes dans ce livre sont toutes des pionnières de l'émancipation qui, souvent sans le savoir, posaient les jalons de l'égalité des rôles entre les deux sexes. Elles n'étaient d'ailleurs pas les seules. À côté de ces figures marquantes, on trouvera des Amazones en armes dès l'Antiquité, des pirates et des militaires (souvent travesties), des " femmes savantes " qui ont produit et diffusé les savoirs, de nombreuses reines ou favorites dont la compétence n'eut rien à envier aux hommes, des abbesses qui dirigeaient d'importants couvents, des militantes et des rebelles...

    Pour autant, elles n'ont pas, à leur époque, dynamité les préjugés sexistes. Certaines ont même payé de leur vie ces transgressions : Jeanne d'Arc a fini au bûcher, Olympe de Gouges a été décapitée... Et encore au xxe siècle, Marie Curie, Alexandra David Neel, Simone de Beauvoir ou Simone Veil ont essuyé les lazzis les plus humiliants. Jusqu'à il y a peu, l'histoire a été écrite au masculin, par et pour le sexe mâle qui régissait le pouvoir intellectuel.

    Aujourd'hui, ces travaux sont réévalués. À l'heure où les femmes étudient, travaillent et font entendre leurs voix, on commence à porter un regard critique sur la grande histoire, qui les a souvent oubliées ou caricaturées. Ce n'est pas une histoire hagiographique que l'on trouvera ici, ni une sorte de tableau enthousiaste d'une émancipation qui se serait faite à marche forcée. Mais plutôt des récits de vie souvent surprenants, qui montrent en quoi les femmes, dans leur diversité, ont contribué à écrire l'histoire de l'humanité.

  • L'intelligence de l'enfant, comment ça marche ? Un livre pédagogique de référence qui fait le point sur les avancées de la psychologie, les neurosciences, la génétique en ce domaine.


  • Un livre-guide sur l'art d'éduquer aujourd'hui !
    • L'art d'être parents ;
    • Comment gérer les questions d'autorité ;
    • L'education des bébés (la manière de les entourer et de les stimuler) ;
    • Gérer le passage à l'adolescence...
    Un livre-coffret illustré, élégant et facile à consulter
    Est-ce que vous élevez ou éduquez votre enfant ? Lorsqu'on leur pose cette question, beaucoup de parents s'insurgent ! Le terme " élever " est mal considéré dans l'opinion courante. On n'élève pas le " petit d'homme ", pas plus qu'on le dresse, telles nos néanmoins amies les bêtes. Élever renverrait donc aux conceptions anciennes du bébé-tube digestif, du petit être qu'il faut modeler pour le plier aux exigences de la société des adultes.

    C'est pourquoi, au détour des années 1970, on s'est mis à " éduquer " les enfants plutôt que les " élever ". Éduquer – du latin " conduire hors de "– supposait un plus grand respect de l'enfant, considéré comme un être humain à part entière, doté de capacités propres, auquel on se devait d'apporter des nourritures psychiques et culturelles qui lui permettent de se développer...

    Mais comment pourrait-on encore soutenir une telle opposition de modèles alors que nos sociétés sacralisent les enfants, les choient, les protègent, œuvrent à leur épanouissement tout en enviant leur fraîcheur, leur spontanéité, leur jeunesse ? Et puis élever ne signifie-t-il pas d'abord " hisser vers le haut " ? N'est-ce pas aujourd'hui l'objectif de tous les parents que d'apporter à chacun les meilleures ressources possibles pour le faire grandir et se développer, tant en taille qu'en intelligence ; d'optimiser leur devenir physique et moteur, psychique et intellectuel, affectif et relationnel ? Finalement, que ce soit hier ou aujourd'hui, dans nos sociétés urbanisées ou dans les contrées plus lointaines, on élève ses enfants autant qu'on les éduque...

    S'inspirant des travaux les plus récents sur la psychologie de l'enfant, la sociologie de la famille, l'anthropologie des cultures, cet ouvrage, dirigé par Martine Fournier, présente et analyse les " bonnes pratiques " dont on peut s'inspirer pour éduquer ses enfants et tente avec les spécialistes de répondre à la question que se posent tous les parents d'aujourd'hui : Comment rendre son enfant heureux ?

  • À l'heure du virage numérique, nommer correctement les documents et les dossiers est indispensable au repérage, à l'efficacité et au travail d'équipe. Pourtant, sur chacun des deux milliards d'ordinateurs dans le monde se trouvent des centaines, voire des milliers de noms de fichiers indéchiffrables. Les auteures proposent de troquer la confusion et l'improvisation contre une méthode de nommage pratique et souple. Des astuces, des outils et des exercices ponctuent l'ouvrage. Bien que cet ouvrage s'adresse aux professionnels, enseignants et étudiants des disciplines telles que les sciences de l'information, l'informatique de gestion, l'archivistique, la gestion des documents (records management) et la bureautique, il trouvera un écho favorable auprès des citoyens aux prises avec la gestion quotidienne de leurs fichiers bureautiques. Grâce à l'approche pédagogique et multidisciplinaire adoptée par les auteures, chacun y trouvera son compte.

  • L'émergence rapide, voire spectaculaire, de nombreuses maisons d'édition qui survient au tournant des années 2000 constitue l'un des principaux indices d'une transformation du paysage littéraire du Québec ; c'est le point de départ de ce dossier. Devant l'impossibilité de proposer ici une analyse exhaustive de ce phénomène récent et complexe, nous avons plutôt choisi d'interroger, à partir d'un premier échantillonnage, le mode de fonctionnement de certaines de ces nouvelles maisons dans des études de cas (La Mèche, Rodrigol), de cibler des pratiques précises (le paratexte éditorial) et d'explorer comment les mutations que permettent les nouvelles technologies étendent et refaçonnent le champ de l'édition. Nous avons également souhaité prendre la mesure de la nouveauté de la littérature qui naît dans ces conditions en posant à ces corpus des questions critiques en quelque sorte canoniques de la littérature québécoise, celles de l'identité et de la langue d'écriture.

empty