Mathias Enard

  • Pour les besoins d'une thèse sur "la vie à la campagne au XXIe siècle", un étudiant en anthropologie prend ses quartiers à La Pierre-Saint-Christophe, village fictif au bord du Marais poitevin, pour y observer les us et coutumes de ses pittoresques habitants - monsieur le Maire en tête, truculent patron de l'entreprise locale de Pompes Funèbres. Car ainsi va la grande Histoire : partout la mort saisit le vif - sauf pendant ces trois jours où elle marque une trêve, offrant à ses plus fidèles serviteurs un étourdissant répit : le Banquet annuel de la Confrérie des fossoyeurs.
    Où l'auteur de Boussole (Prix Goncourt 2015) investit le terroir de douce France, explore les ressources de son Poitou natal, exhume des trésors de culture populaire, et donne libre cours à sa fibre comique.

  • 13 mai 1506, un certain Michelangelo Buonarotti débarque à Constantinople. A Rome, il a laissé en plan le tombeau qu'il dessine pour Jules II, le pape guerrier et mauvais payeur. Il répond à l'invitation du Sultan qui veut lui confier la conception d'un pont sur la Corne d'Or, projet retiré à Leonardo da Vinci. Urgence de la commande, tourbillon des rencontres, séductions et dangers de l'étrangeté byzantine, Michel Ange, l'homme de la Renaissance, esquisse avec l'Orient un sublime rendez-vous manqué.
    Par l'auteur du très remarqué "Zone" (prix Décembre 2008 et prix du livre Inter 2009).

  • Insomniaque, sous le choc d'un diagnostic mdical alarmant, Franz Ritter, musicologue viennois, fuit sa longue nuit solitaire dans les souvenirs d'une vie de voyages, d'tude et d'merveillements. Inventaire amoureux de l'incroyable apport de l'Orient la culture et l'identit occidentales,Boussole est un roman mlancolique et enveloppant qui fouille la mmoire de sicles de dialogues et d'influences artistiques pour panser les plaies du prsent. Aprs Zone, aprs Parle-leur de batailles, de rois et d'lphants, aprs Rue des Voleurs... l'impressionnant parcours d'crivain de Mathias Enard s'panouit dans une magnifique dclaration d'amour l'Orient.

  • Avoir vingt ans à l'heure du Printemps arabe, parler le français des romans de série noire, servir avec inquiétude les Frères musulmans, placer la liberté plus haut que la religion, séduire une jeune Barcelonaise et, de Tanger, contempler le mince détroit par où gagner ce qui semble le jardin des délices

  • Par une nuit décisive un voyageur lourd de secrets prend le train pour Rome, revisite son passé et convoque l'Histoire, dans un immense travelling qui mêle bourreaux et victimes, héros et criminels des guerres de la Méditerranée : une Iliade de notre temps.

  • Prendre refuge

    Mathias Enard

    1939, Afghanistan. Autours d'un feu de camp, aux pieds des Bouddhas de Bâmiyân, une voyageuse européenne, Anne-Marie Schwarzenbach, tombe amoureuse d'une archéologue. Cette nuit-là, les deux femmes l'apprennent par la radio, la Seconde Guerre mondiale éclate.
    2016, Berlin. Karsten, jeune Allemand qui se passionne pour l'Orient rencontre Nayla, une réfugiée syrienne, dont il s'éprend, malgré leurs différences.
    A travers ces deux récits entremêlés, deux histoires d'amour atypiques, comme un écho à deux époques complexes, se tissent au fil des pages. Alliant les contraires, rapprochant des êtres qui n'auraient jamais dû se croiser, l'album propose une réflexion sur la difficulté d'aimer aujourd'hui comme hier.

  • Depuis le mythe de la tour de Babel, la diversité linguistique suscite d'innombrables questions : combien de langues y a-t-il sur terre ? Quelles sont leurs limites ? Pourquoi ce nombre diminue-t-il ? Est-ce que je peux inventer ma propre langue ? Les animaux parlent-ils une ou plusieurs langues ? Mathiars Énard explore toutes ces interrogations et finalement, en réponse à celle que nombre de personnes se posent : faut-il préserver la diversité des langues ? Ou, au contraire, ne serait-il pas magnifique de tous parler la même langue ? Il rappelle que le récit de l'aventure humaine est lié à la différence des langues.

  • En pleine guerre civile, la double quête d'un sniper cherchant à atteindre la perfection dans son "art" et le bonheur dans l'amour qu'il veut imposer à Myrna, une toute jeune domestique.

  • Mai 1506, Michel Ange débarque à Constantinople. A Rome, il a laissé inachevé le tombeau que lui a commandé Jules II, au risque de s'attirer la colère de ce pape particulièrement irascible. Mais comment résister à l'invitation du Sultan Bajazet, qui veut lui confier la conception d'un pont enjambant l'estuaire du Bosphore, la Corne d'Or ? Pont entre deux rives, mais aussi entre deux mondes, deux civilisations... Une évocation fascinante et raffinée de ce moment où la Renaissance esquisse avec l'Orient byzantin un sublime rendez-vous, hélas manqué.
    L'interprétation de Thibault de Montalembert épouse toutes les nuances de ce récit qui mêle fastes révolus et ambiguïtés politiques.
    Prix Goncourt des Lycéens
    © ACTES SUD, 2010, © et (P) Audiolib, 2011
    3 h 20

  • Eté caniculaire 2003, dans le bloc chirurgical d'un hôpital parisien, Youri et Ignacio affrontent la vérité des corps. Désormais loin de leurs passions, Joana entreprend le voyage de sa vie - ou de sa mort - sur le fleuve Orénoque.

  • Anglais Massinissa Selmani

    Mathias Enard

    • Naima
    • 1 September 2016

    This first artist monograph on Massinissa Selmani gathers more than 130 drawings, photographs, animations and a foreword by the acclaimed writer Mathias Énard. Selmani's aim is creating familiar yet juxtaposed social and political scenarios unlikely to happen in reality, and always balances these depictions within the realms of the comical and the tragic. In a sense, he minimalistically reflects and stages the daily absurdity that we experience throughout our lives. In 2015 Massinissa Selmani was selected by Okwui Enwezor for the 56th International Art Exhibition of the Venice Biennale, entitled All the World's Futures, where he received a Special Mention. His work was also exhibited in 2015 at the 13th Biennale de Lyon, curated by Ralph Rugoff.

  • Massinissa Selmani

    Mathias Enard

    • Naima
    • 1 September 2016

    Naima publie une monographie sur l'artiste Massinissa Selmani dont l'oeuvre se caractérise par une simplicité constrastant avec le monde actuel.

    Cette première monographie consacrée au travail de l'artiste algérien Massinissa Selmani présente plus de 130 dessins, photographies et animations. Elle a été préfacée par l'écrivain Mathias Énard. Par sa simplicité comme outil, Massinissa Selmani fait du dessin le médium central de sa pratique. Il compose des scènes à partir d'images (dessins, photographies...) souvent puisées dans la presse, dont les sujets relèvent du champ politique et social. Il opère par prélèvement, montage, recontextualisation, superposition quand il utilise le papier calque. Ses séries de dessins, courtes animations, installations teintées d'humour ou d'absurde, de mystère, de contestation, peuvent prendre la forme du récit, du document ou de l'archive. Un statut possible mais incertain, qui pose question. En s'alimentant du brouhaha du monde, il offre un regard plastique volontairement dépouillé du superflus, vulnérable, sur la nature équivoque des images.

  • Désir pour désir

    Mathias Enard

    « Antonio observait Venise : inondation, ondulation, vertige. Antonio comprit qu'il ne pouvait plus vivre sans la jeune femme de l'Ospedale della Pietà. La poitrine rebondie, les joues légèrement roses, les cheveux tirant sur le roux, frisés, les yeux clairs et ce je ne sais quoi dans le regard qui le rendait vibrant - Antonio ne pouvait se concentrer ; il prit une feuille de papier et essaya d'esquisser, de mémoire et à la mine de plomb, le visage de Camilla tout en se demandant quel stratagème il pourrait bien imaginer pour lui parler, avant ou après la messe. Il se rappelait que le type grave, un rien sinistre qui l'accompagnait s'appelait Amerigo. »

  • "L'été 1991, les Serbes, les Bosniaques, les Croates commencent à se foutre sur la gueule et vingt ans plus tard on me demande d'imaginer un monument qui ne soit ni serbe ni bosniaque ni croate pour cette guerre oubliée plus que terminée.
    - Seul un artiste international comme vous peut dessiner quelque chose d'intéressant, on m'a dit. Quelque chose qui ne soit pas partisan, on m'a dit. Qui prenne en compte les souffrances de tous les camps, on m'a dit. Drôle d'idée qu'un monument à la souffrance, j'ai pensé", Pierre Marquès
    C'est alors que commence pour les auteurs une traversée des ruines de cette guerre balkanique, pour qui "les souvenirs, les traces, les marques sur les façades, sur les visages, le passé devient la seule façon de voir le présent." Un roman graphique, premier d'une longue série. "Pierre Marquès, dit Mathias Énard, reprend et transforme les grandes problématiques de l'art contemporain, donnant ainsi une signification profonde et engagée à un médium que certains croyaient en dangerd'extinction : la peinture."

  • Anglais Zone

    Enard Mathias

    Francis Mirkovic, a French Intelligence Services agent for fifteen years, is travelling first class on the train from Milan to Rome. Handcuffed to the luggage rack above him is a briefcase containing a wealth of information about the war criminals, terrorists and arms dealers of the Zone - the Mediterranean region, from Barcelona to Beirut, from Algiers to Trieste, which has become his speciality - to sell to the Vatican. Exhausted by alcohol and amphetamines, he revisits the violent history of the Zone and his own participation in that violence, beginning as a mercenary fighting for a far-right Croatian militia in the 1990s. One of the truly original books of the decade, and written as a single, hypnotic, propulsive, physically irresistible sentence, Mathias Enard's Zone is an Iliad for our time, an extraordinary and panoramic view of violent conflict and its consequences in the twentieth century and beyond.

  • In Tangier, young Lakhdar finds himself homeless after being caught in flagrante with his cousin Meryem. As the political and religious tensions in the Mediterranean flare up with the Arab Spring and the global financial crisis, Lakhdar and his friend Bassam entertain dreams of emigration, fuelled by a desire for freedom and a better life. Part political thriller, part road-movie, part romance, the latest novel by Mathias Enard takes us from the violence of Tangier's streets to Barcelona's louche Raval quarter. Street of Thieves is an intense coming-of-age story that delves deep into the brutal realities of the immigrant experience.

empty