Michel Figeac

  • Cet ouvrage prépare à la nouvelle question d'histoire moderne du CAPES et de l'agrégation d'histoire-géographie.
    La question repose sur une confrontation de deux modèles et se situe très clairement dans l'histoire politique - sans pour autant sous-tendre une conception purement institutionnelle du politique.
    Les trois premiers chapitres ont donc été confiés à deux auteurs, O.  Chaline et E.  Dziembowski, ayant croisé leurs lectures et leur expérience. Les structures de la vie politique sont également traitées, à l'échelle nationale mais aussi dans les provinces (M.-L.  Legay) et dans les colonies (Fr.-J.  Ruggiu et D.  Chaunu).
    Quant à la guerre, si présente dans les rapports franco-anglais, elle est au coeur de l'évolution et des remises en cause de l'État et des pouvoirs  ; sur terre comme sur mer, en Europe comme dans le reste du monde, elle demeure un élément essentiel d'affirmation de la puissance des États, qui parviennent avec plus ou moins de facilité à répondre à leur nécessité de financement par la mise en place d'un État militaro-fiscal.
    Cette construction de l'État engendre contestations et révoltes de formes variées et disjointes dans le temps, induisant une approche nationale - confiée à G.  Aubert pour la France et J. P.  Poussou pour la Grande-Bretagne.
    Enfin, au temps de l'«  éclatement de la foi  », l'antagonisme apparent des choix religieux des deux États ne doit pas faire sous-estimer la convergence vers une politisation croissante des questions religieuses. Car si les oppositions violentes des années 1640 rappellent les guerres de religion du xvie  siècle, les actes de résistance évoluent vers des formes moins spectaculaires de remise en cause de l'autorité de l'État, fondées sur le droit et l'appel à l'opinion (É.  Suire).

  • Du début du XVIe siècle au milieu du XVIIe siècle, la nébuleuse chrétienne éclate. A l'intérieur, les coups sont portés par les Protestants, en lutte contre la papauté et ses fidèles, qu'ils accusent d'avoir trahi le message du Christ. À l'extérieur, les Ottomans multiplient les conquêtes, fragilisant encore les frontières de la Respublica christiana. 
    Les motifs sont religieux, certes, mais ils ne doivent pas faire oublier que ces guerres sont aussi des affrontements de puissance qui embrasent l'Europe, de l'Atlantique à l'Oural, de la Scandinavie aux bords de la Méditerranée. Dans ces terres où la majorité des chrétiens ont vécu leur foi en se souciant de Dieu et du quotidien sans forcément se transformer en guerriers, d'autres se sont affrontés sous des formes multiples : violence nue, massacre des corps... La guerre est aussi celle des mots et de l'écrit, le choc des images entre des confessions chrétiennes rivales, érigées en Églises, persuadées de détenir la vérité. 
    Synthèse inédite, cet ouvrage s'appuie sur les dernières recherches historiques et un collectif d'auteurs de renom pour analyser ces affrontements religieux qui, après avoir mis l'Europe à feu et à sang, ont marqué la suprématie des États et favorisé l'autonomisation partielle du politique vis-à-vis du religieux. 
    Michel FIGEAC a dirigé cette publication avec la participation de Serge BRUNET, Olivier CAPOROSSI, Olivia CARPI, Philippe CASTAGNETTI, Olivier CHALINE, Sylvio HERMANN DE FRANCESCHI, Charles GIRY-DELOISON, Bruno LEAL, Jean-Pierre POUSSOU, Éric SCHNAKENBOURG, Éric SUIRE, Marc VENARD, Bernard VOGLER, Anne WEGENER SLEESWIJK.

  • L'intention du petit groupe que nous avions réuni à Bordeaux en janvier 2017 dans le cadre du CEMMC (Centre d'études des mondes moderne et contemporain), composé d'historiens et d'historiens de l'art venant d'universités européennes très variées, était de réfléchir à une synthèse sur les hôtels particuliers et les demeures des élites urbaines à partir d'une succession de livres élaborés en commun. Trois thèmes se sont dégagés au cours de nos échanges qui fourniront l'armature de ce premier ouvrage qui a été élaboré à Poznan en Pologne : l'hôtel et son insertion dans l'espace urbain, les usages de l'hôtel particulier et enfin une série de monographies nationales ou urbaines permettant de saisir toute la diversité de la notion. Au Siècle des Lumières, la demeure n'était certes plus l'apanage de la noblesse mais bien de ceux qui avaient les moyens financiers de la faire construire, que cela soit des nobles d'épée ou de robe, des financiers, des grands bourgeois, bientôt des industriels... Sorte de châteaux urbains ou de palais à l'italienne selon les référents, ces hôtels étaient un signe de magnificence, d'ostentation, de prestige et un enjeu entre les élites anciennes et les nouveaux riches issus de la bourgeoisie. Le fait d'aller de l'Espagne à la Lituanie et des Provinces-Unies à l'Italie a permis aux auteurs de faire apparaître des similitudes stylistiques à une époque où tout circulait à commencer par les architectes et les maçons mais aussi de dresser une typologie régionale.

  • Qu'est-ce que la noblesse en France ? Comment s'est-elle construite et comment, du XVIe siècle à la révolution de 1848, a-t-elle pu survivre aux guerres de Religion, à la Fronde, aux assauts de la monarchie, comme à l'épisode révolutionnaire ? Longtemps abandonnée aux généalogistes, aux spécialistes de l'héraldique et aux biographes mondains, cette catégorie sociale a connu récemment un regain d'intérêt dont rend compte cet ouvrage. Il montre dans toute sa diversité et sa spécificité un groupe aux contours souvent flous car, loin d'être une, la noblesse se révèle multiforme, très variée selon l'époque, les régions, les niveaux de richesse et les usages.
    En faisant le tableau détaillé de la noblesse française, l'auteur raconte également l'histoire de l'État, des évolutions économiques, de la culture matérielle et des courants de pensée sur plus de trois siècles. Ce temps long permet de montrer combien la noblesse française a, malgré de profondes mutations, conservé une image une - identité ? - qui a perduré à travers le temps et combien valeurs et modèles nobiliaires ont toujours imprégné profondément les mentalités des élites.

  • Les châteaux sont autant de livres d'histoire. S'y lisent sur leur façade, bien souvent, des siècles d'évolution architecturale. Chaque génération voulant moderniser la demeure ancestrale à l'intérieur comme à l'extérieur. Ils sont aussi des lieux de pouvoir comme le signifient chartriers et terriers, symboles de la domination exercée sur les communautés villageoises. Ce pouvoir sur les hommes s'étendait d'ailleurs symboliquement sur la nature, comme l'expriment les jardins, véritable trait d'union entre le minéral et le végétal.
    Mais les châteaux, ce sont aussi des sociabilités, un genre de vie, une culture découverte au rythme des parties de chasse, des fêtes ou de ces pièces théâtrales où se représentait une société. Ce côté de Guermantes de l'historien est un peu tout cela.
    /> Ce livre restitue toute la réalité d'un patrimoine français dans sa diversité sociale chronologique et régionale entre la Renaissance et la veille de la Révolution. Qui irait prétendre que l'on vivait de la même manière dans l'Anet de Diane de Poitiers, le Clagny de Madame de Montespan ou le Bellevue de Madame de Pompadour ? Qui pourrait penser que la vie était identique dans les folies péri-urbaines ou les manoirs bretons où nous guident successivement le comte de Bastide puis Chateaubriand ?
     
    Michel Figeac est Professeur d'Histoire Moderne à l'Université Michel de Montaigne Bordeaux 3. Il est notamment l'auteur de L'automne des gentilshommes (Champion, 2002) et de Destins de la noblesse bordelaise (Fédération Historique du Sud-Ouest, Bordeaux, 1996).
    La diversité castrale à l'époque moderne. Les grandes phases de construction : un palimpseste architectural. Château, statut social et niveau de fortune : un reflet des hiérarchies sociales. La dimension régionale de la diversité castrale. Château et pouvoir. Le château, lieu d'autorité. Château et vie économique. Pouvoir et nature : l'art des jardins. La vie de château. Les transformations spatiales du château. L'aménagement intérieur ou les métamorphoses d'un art de vivre. La vie de château.

  • Une équipe de spécialistes présentent les rapports entre art et pouvoir au Moyen Age et à la Renaissance (XIVe-XVIIIe siècle) à travers des textes commentés. Question au programme de la nouvelle formule du Capes.

  • Cet ouvrage propose la synthèse des caractéristiques et de l'évolution de l'économie en Europe occidentale du milieu du XVe à la fin du XVIIIe siècle. Cette période est marquée par le passage d'un système autarcique à une économie de marché et par l'affirmation du capitalisme au seuil de la Révolution industrielle. Malgré des épisodes de crise, l'économie de l'Europe moderne connaît une expansion permanente dont l'auteur présente les spécificités et les facteurs explicatifs, en s'interrogeant sur la place des diverses productions, leurs organisations, leurs insertions dans les échanges et leurs évolutions.
    Après une longue crise à la fin du Moyen Âge, l'économie européenne connaît un essor exceptionnel à la Renaissance (vers 1450-1570) avec l'augmentation des populations qui dope les productions, oblige les États à réguler, revivifie les lieux de négoce et voit la diffusion progressive de l'économie de marché. La découverte de nouvelles terres en Amérique et de la route des Indes participe également à cet élan de prospérité.
    De 1570 à 1720 l'Europe connaît un ralentissement de l'économie : recrudescence des guerres et baisse de la population provoquent, soit un repli, soit une ouverture des marchés. Une configuration nouvelle qui affaiblit ou favorise, selon les cas, les États et les producteurs-vendeurs et qui voit le renforcement  du capitalisme commercial et de l'interventionnisme étatique.
    À partir de 1720, la hausse considérable du nombre d'habitants en Europe stimule les productions et modifie le fonctionnement général de l'économie. La période voit l'extension de l'économie de marché (consommation accrue de produits exotiques, poursuite de la monétarisation ou diffusion du libéralisme) et le dynamisme contrasté des productions agricoles et industrielles.
     
     

empty