Michel-Edouard Leclerc

  • La croissance est en panne. Le modèle d'une société de consommation tirée par la boulimie d'achat et la publicité-désir des années quatre-vingt ne fonctionne plus. Sous l'effet d'un coup de froid économique, on assiste à la résurgence d'un protectionnisme généralisé dont le consommateur semble devoir faire les frais. C'est le retour des corporatismes. Les chefs d'entreprise et les hommes politiques fustigent l'égoïsme des Français. Ils leur reprochent de dépenser peu, d'acheter trop bon marché des produits souvent importés. Voilà les consommateurs désignés comme boucs émissaires du chômage et de la déflation. La fronde des caddies est la traduction économique d'une profonde mutation du comportement des usagers et des citoyens qui, sur leur lieu de travail, dans les zones rurales ou en banlieue, veulent s'affranchir des grands discours technocratiques et de tous les stéréotypes. Avec la liberté de ton qui le caractérise, Michel-Édouard Leclerc dresse un tableau féroce des pratiques anticoncurrentielles qui portent atteinte à la liberté de choix du consommateur et au renouvellement des hommes, des idées et des métiers. Il réclame un dialogue plus fécond entre les entreprises, l'administration et les usagers dans tous les domaines de la vie quotidienne. Il trace enfin des pistes nouvelles de croissance et d'emploi que l'émergence d'une autre société de consommation réserve aux générations futures... pour peu qu'on leur en autorise l'accès.

  • Une plongée passionnante dans les coulisses de la crise, de sa gestion commune par les politiques et les entreprises à son impact sur notre consommation et nos modes de vie. Des leçons pour le futur ?  « En trente-cinq années de métier, j'ai connu nombre de crises sanitaires ou alimentaires. Mais celle de la Covid-19 restera incomparable par son ampleur et par notre impréparation collective à y faire face.  Quand la France bascule dans le confinement le 17 mars 2020 à midi, rien n'est prêt. Les commerçants, "petits" et "grands", sommés de rester ouverts, deviennent des personnels "essentiels". Pour assumer leur mission, ils vont devoir inventer en quelques heures des solutions aux centaines de problèmes qui vont se poser, et tendre la main à une foule d'interlocuteurs déboussolés.  Des cohues en magasin pour sauver un paquet de pâtes aux bagarres dans des aéroports chinois pour sécuriser l'achat de masques, des batailles de communication aux échanges informels avec les politiques, ce récit est une plongée inédite dans les coulisses de la gestion de crise. Et puisque tout le monde ne parle que du "monde d'après", il est nécessaire de se demander ce que la pandémie va vraiment changer dans notre façon de produire et de consommer, ainsi que sur nos manières de travailler. » Michel-Édouard LECLERC  

empty