Pascal-Henri Keller

  • Si la dépression est la plus connue de toutes les souffrances psychiques - au point que certains l'appellent encore le « mal du siècle » -, elle n'en reste pas moins paradoxalement la plus mystérieuse. Comment la définir ? L'enjeu est de taille, car plus vagues en sont les contours, plus nombreux sont les patients. L'industrie pharmaceutique l'a bien compris, qui tire profit de l'immense marché que représente aujourd'hui la consommation des antidépresseurs, en France comme dans le monde. D'où provient cette véritable épidémie ? La dépression serait-elle une maladie neurologique ? ou d'origine génétique ? Le contexte social et culturel joue-t-il un rôle dans sa propagation ? Autant de questions très actuelles qui, toujours sans réponse, semblent se rapporter au même désarroi dont les humains, face à la précarité de leur existence, souffrent depuis des siècles.

  • Fruit de tensions, de mobilisations et de combats dans des périodes historiques marquées par l'extrême pauvreté, la précarité de nombreuses catégories de population et l'exclusion de ceux considérés comme indésirables, le travail social n'a eu de cesse d'expérimenter de nouvelles formes de pratiques et d'élargir son champ d'action. De ce fait, la généalogie des métiers du social est complexe : certains ont des origines communes, quand d'autres ont connu un rapprochement progressif dans le même champ d'activité.
    De l'apparition du travail social à la fin du XIXe?siècle à l'inscription de sa définition, au début du XXIe?siècle, dans le code français de l'action sociale, en passant par les diverses périodes historiques, Henri Pascal retrace les modalités et conditions du surgissement des professions du social et de leur évolution au gré des contextes politiques, économiques et sociaux.
    Comment le travail social s'est-il professionnalisé ? Quel a été le rôle des travailleurs sociaux pendant les deux guerres mondiales et la guerre d'Algérie ? Comment leurs missions ont-elles évolué, depuis les années de croissance qui ont suivi la mise en place du système de protection sociale en 1945, jusqu'à nos jours ?
    La compréhension du présent passant par la connaissance du passé, ce manuel est un outil indispensable pour l'enseignement de l'histoire du travail social, inscrit depuis 2018 dans le socle commun des formations. Au-delà des étudiants et des formateurs, ce livre s'adresse aux professionnels et cadres du travail social qui y puiseront matière à leurs questionnements actuels, ainsi qu'aux historiens qui portent un intérêt croissant à l'histoire du travail social.

  • " Psychosomatique ", " somatiser ", " somatisation " : ces termes passés dans le langage courant nous permettent d'exprimer un certain nombre d'idées reçues. Bien des cancers, croyons-nous par exemple, surviennent à l'occasion d'un deuil ou d'une dépression, quand ils n'en sont pas la " cause " directe. Mais la réalité n'est pas si simple. Car si l'existence du fait psychosomatique est reconnue de chacun, les difficultés commencent lorsqu'il s'agit de le comprendre et l'expliquer. De sa marginalisation au sein de la communauté scientifique " respectable ", qui professe une méfiance frisant parfois l'absurde face à des phénomènes tels que l'hypnose, aux expériences les plus étranges en quête d'un peu de psychisme concret, en passant par la diversité des " chapelles " constituées par les psychosomaticiens, ce livre explore les contradictions et les ambiguïtés d'une démarche qui ne vise rien moins qu'à comprendre la cohabitation de l'esprit et du corps. Lequel gouverne l'autre ? Faut-il en dissocier le fonctionnement ou, au contraire, les appréhender comme éléments constitutifs d'une entité unique ? Selon la conception adoptée, quels traitements spécifiques offrir au malade ? En analysant l'hétérogénéité des réponses apportées à ces différentes questions, l'auteur dégage une perspective originale, fondée sur l'écoute du patient et non plus sur le seul discours scientifique : la guérison ne peut évacuer la parole du malade. En définitive, le propre de l'approche psychosomatique n'est-elle pas de faire du malade un collaborateur à part entière du praticien, et non un simple objet de savoir ?Pascal-Henry Keller est psychologue clinicien, maître de conférence à l'université Victor-Segalen (Bordeaux).

  • Cet ouvrage d´introduction, clair et pédagogique, synthétise l´état des connaissances sur cette notion qui occupe une place unique dans le domaine scientifique, à la frontière de la médecine, de la psychiatrie et de la psychanalyse, et au carrefour des sciences humaines et biologiques.

  • Faut-il vraiment fusionner esprit et corps ou faut-il, comme nous avons encore trop souvent tendance à le faire, les séparer ? Sur cette question décisive, l'ambition de ce livre est d'aller au-delà des contro-verses interminables entre théoriciens. Pascal-Henri Keller propose plutôt une réflexion sur la juste place qu'il convient d'accorder au corps et à l'esprit dans leurs dimensions propres. À partir de ce que chacun dans sa vie intime peut ressentir. Voici donc l'histoire de Mme Marie qui ne pouvait pas avoir d'enfant, de Mlle Fabiola en proie aux tourments de la déprime, de M. Jean qui perd le sommeil, de l'hyperactif Jojo ou encore de la violence de M. Diabolo. Autant de parcours singuliers qui nous montrent le pouvoir de la parole sur le corps. Pascal-Henri Keller est psychanalyste, professeur de psychologie à l'université de Poitiers. Il est l'auteur de La Médecine psychosomatique en question.

  • D'où provient la souffrance dépressive : mauvais fonctionnement d'un organe ? Lésion cérébrale ? Infection microbienne ? Aujourd'hui, aucun sicentifique sérieux n'ose formuler de réponse définitive à ces questions. Le déferlement actuel des antidépresseurs sur le marché du médicament est d'autant plus stupéfiant et paradoxal. Dans cette Lettre ouverte au déprimé, Pascal-Henri Keller, professeur de psychologie clinique et psychanalyste, s'intéresse aux victimes de la souffrance dépressive autant qu'à leur entourage, à ceux qui l'étudient autant qu'à ceux qui la traitent. Et le tour d'horizon qu'il nous propose aboutit à un constat : celui d'un être humain, frappé par un mal que nul ne peut ni expliquer ni soulager d'une seule et unique façon.

  • Irrités de voir leur profession caricaturée et sous-estimée, des psychanalystes ont décidé de rédiger ce texte, coordonné par deux psychanalystes, un psychologue et un psychiatre.

    Les auteurs défendent l'idée que la psychanalyse a désormais gagné le droit d'inscrire ses travaux cliniques dans l'ensemble du paysage culturel français. La période actuelle leur imposant de mieux décrire la portée de l'inédit freudien, ils font valoir leur spécificité au milieu des avancées des sciences cognitives, des neurosciences ou de l'intelligence artificielle. Face à l'explosion des technologies du numérique et de leurs applications, face aux nouveaux médias et à l'émergence de la post-vérité, les psychanalystes occupent une place qu'ils tiennent à mieux faire connaître.

empty