Patrick Landman

  • Freud (1856-1939), avant d'appartenir, de plein droit, à la Culture, a commencé par faire scandale, au tournant du XXe siècle, s'étant lancé, seul et rationnellement, sur l'invraisemblable voie de l'élucidation de l'énigme du désir ""sexuel"" de l'homme.
    Cette voie périlleuse était réputée mener à la folie. Elle mènera Freud à la découverte de la psychanalyse: expérience éthique irremplaçable pour la reconnaissance de la subjectivité de l'homme moderne.
    On essaie ici de re-parcourir cette voie en indiquant obstacles et difficultés: d'hystérie en refoulement, d'OEdipe en névrose, d'inconscient en psychose, de fantasme en fantasme originaire, de transfert en Sur-Moi, d'éros en pulsion-de-mort de prendre au sérieux les objections majeures faites à Freud de faire le point, enfin, sur la cure analytique
    Patrick Landman, Psychiatre. Psychanalyste. Juriste et la ""technique"" qu'elle met en oeuvre.

  • Après les enfants « hyperactifs », ce sont maintenant les adultes stressés, distraits, débordés ou débordant d'activités qui souffriraient de TDAH : « trouble déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité ». Or ce trouble est considéré comme un problème important de santé publique par les uns, comme une fausse épidémie par d'autres - et comme une catastrophe par ceux qui s'élèvent contre la prescription associée de dérivés d'amphétamine dont on ignore les effets à long terme.Président d'Initiative pour une clinique du sujet, Stop DSM, membre d'Espace analytique, le Dr Patrick Landman, psychiatre et psychanalyste, interroge la place des experts et des classifications, le rôle des médicaments et leur mésusage. Mais aussi, au coeur des débats entre les nouveaux acteurs du diagnostic, l'influence du discours des neurosciences sur les politiques publiques.Pour voir clair dans une polémique qui intéresse les professionnels de l'enfance, les parents, les associations d'usagers les acteurs de la santé mentale et tous les citoyens, puisque le TDAH concerne désormais enfants et adultes.

  • Irrités de voir leur profession caricaturée et sous-estimée, des psychanalystes ont décidé de rédiger ce texte, coordonné par deux psychanalystes, un psychologue et un psychiatre.

    Les auteurs défendent l'idée que la psychanalyse a désormais gagné le droit d'inscrire ses travaux cliniques dans l'ensemble du paysage culturel français. La période actuelle leur imposant de mieux décrire la portée de l'inédit freudien, ils font valoir leur spécificité au milieu des avancées des sciences cognitives, des neurosciences ou de l'intelligence artificielle. Face à l'explosion des technologies du numérique et de leurs applications, face aux nouveaux médias et à l'émergence de la post-vérité, les psychanalystes occupent une place qu'ils tiennent à mieux faire connaître.

  • Y a-t-il une relation entre la révolte des masses voulue par le marxisme et la subversion du sujet à laquelle conduit la psychanalyse ? Le marxisme et la psychanalyse sont avant tout des praxis qui pensent le sujet dans son lien avec le social. Les points de croisement, convergence et divergence, entre ces deux pensées majeures du XXe siècle sont analysés alors qu'on constate aujourd'hui dans le champ économique, politique, médical et social la mise en doute, volontaire ou involontaire, de l'existence du sujet.

  • Le refoulement est généralement considéré comme un fait sans que l'on s'interroge sur ses causes, ni sur ses processus qui sont variables. Il s'agit d'explorer ces questions et d'en tirer les leçons cliniques. À tour de rôle, Patrick Landman et Gérard Pommier prennent la parole pour apporter des éléments de compréhension sur le concept de refoulement au cours de « séminaires bicéphales » qui se sont prolongés sur deux années. Dans le langage oral retravaillé propre à cet exercice : simple, largement accessible, vivant, imagé, convoquant tour à tour Freud ou Lacan, la clinique de l'autisme et celle des psychoses, ils éclairent de manière passionnante autant de concepts fondamentaux : les représentations de mots, les représentations de choses, le transfert, le langage, la conscience, l'angoisse, la jouissance sexuelle, l'affect, les fantasmes, le plaisir, les mythes, la pulsion, l'interprétation, les rejetons du refoulé, la différence entre répression et refoulement, etc.

  • Cet ouvrage, aux entrées multiples, se propose de revenir à la clinique psychanalytique à partir de ce que les différentes structures psychiques (névrose, psychose, psychosomatique) nous enseignent sur le corps et la manière dont le sujet en réarticule les limites, chaque fois autrement. André Michels est psychiatre et psychanalyste à Paris.

empty