Philippe Walter

  • Profil bac ; Tristan et Yseult, de Béroul

    Philippe Walter

    • Hatier
    • 1 September 2000

    L'ouvrage fournit toutes les clés pour analyser le roman médiéval de Béroul.
    Le résumé détaillé est suivi de l'étude des problématiques essentielles, parmi lesquelles :
    - Tristan, Yseut et les autres personnages
    - Mythe, légende et « roman »
    - Le philtre d'amour
    - La société féodale
    - L'oralité

  • La fée Mélusine promet richesse et prospérité à Raymondin, son époux, à condition qu'il ne la regarde pas dans son bain le samedi. Le mariage est heureux jusqu'au jour où, poussé par la curiosité, Raymondin perce un trou dans la paroi et découvre sa femme munie d'une énorme queue. Il ne dit rien mais, lors d'une querelle, la traite de « serpente ». L'interdit est transgressé et, dans un cri déchirant, Mélusine disparaît en s'envolant dans les airs. Tout en reprenant l'histoire que nous ont contée Jean d'Arras, Coudrette et les légendes de nos terroirs, le présent ouvrage, en interrogeant notamment la mythologie de l'anguille et du sel, en renouvelle la compréhension. Mélusine est-elle femme poisson, femme serpent ou femme oiseau ? Philippe Walter la surprend dans ses différentes métamorphoses, perçoit l'écho de son cri dans diverses traditions, et retrouve sa trace sur plusieurs continents.

  • Dictionnaire de mythologie arthurienne

    Philippe Walter

    • Imago
    • 19 November 2014

    Avec près de six cents rubriques, ce dictionnaire se veut d'abord un guide de lecture, allant des premiers textes du viiie siècle à l'épanouissement courtois du xiie siècle jusqu'à la christianisation tardive de la fin du Moyen Âge. Novateur dans sa démarche pluridisciplinaire, entrecroisant littérature, histoire, anthropologie, archéologie et philologie, il nous offre une synthèse magistrale jamais réalisée jusqu'alors.

  • Arthur ; l'ours et le roi

    Philippe Walter

    • Imago
    • 22 February 2002

    Prestigieux souverain des chevaliers de la Table ronde, le roi Arthur a suscité bien des rêveries et de nombreuses interrogations. D'où vient-il ? Qui est-il ? Authentique chef guerrier de la résistance bretonne face à l'envahisseur saxon du Ve siècle ? Personnage littéraire issu des grandes épopées et des textes médiévaux ?
    En s'appuyant sur l'étude des textes, l'histoire et l'archéologie, Philippe Walter entreprend de trouver l'origine du roi. Au fil des pages, Arthur reprend sa véritable stature : émanant de la tradition orale et de la mémoire populaire préchrétienne, il hérite de bien des aspects d'une antique créature de la mythologie celtique, celle de l'ours sacré des cultes cosmiques.

  • Merlin, Lailoken, Suibhne : trois figures du devin appartenant à trois provinces celtiques, respectivement le Pays de Galles, l'Écosse et l'Irlande. Trois personnages, trois énigmes et trois destins qui se rencontrent sur le champ du mythe. À partir de trois textes majeurs du xiie siècle ici traduits : la Vita Merlini du clerc gallois Geoffrey de Monmouth, la Vita Kentigerni et la Folie de Suibhne, texte mythologique irlandais, cet ouvrage dessine un portrait du devin celtique d'après ce que le Moyen Âge chrétien en conserve. Disqualifié par le prêtre ou l'évêque qui lui ôtent son privilège sacré, le devin ne possède plus guère que la science encyclopédique pour fonder sa légitimité. De son antique don prophétique, il ne reste plus que l'étrange discours d'une poésie sacrée où se lisent les signes incertains de l'Histoire.

  • Charles Perrault intitula son célèbre recueil, Contes de ma mère l'Oye. Mais que cache cette étrange évocation d'un oiseau conteur ? Et pourquoi nous ramener ainsi « aux fables du temps que les bêtes parlaient » ? Lançant les dés du jeu en soixante-trois cases, Philippe Walter poursuit l'animal afin de lui arracher ses secrets. Il suit à la trace le volatile mystérieux et familier, et nous initie aux arcanes de cette tradition féerique qui n'a jamais cessé de nous faire rêver.

  • Saint Martin sur son âne, saint Christophe à tête de chien, sainte Marthe tenant en laisse la Tarasque, saint Hubert accompagné de son cerf, voilà des saints fort peu catholiques... Derrière les figures de notre calendrier se dissimulent d'anciennes divinités païennes, celtiques pour la plupart, que le christianisme médiéval dut assimiler pour s'imposer. Et dans un subtil compromis religieux, l'Église sut inscrire son message dans les grands cycles festifs de l'année.
    Dans cet ouvrage, Phlippe Walter retrace la lente constitution de cette mythologie christianisée, étrangère à la Bible, et redonne toute leur cohérence à des croyances, des coutumes et des rites souvent incompris, mais toujours présents dans notre culture.

  • Gauvain, le chevalier solaire

    Philippe Walter

    • Imago
    • 15 March 2013

    Valeureux chevalier de la Table ronde, Gauvain demeure trop souvent négligé et incompris. Eclipsé par Lancelot, il se voit confiné par les commentateurs dans un rôle de frivole séducteur, voire d'éternel second, attaché aux pas de son oncle, le roi Arthur. Pourtant lié au socle arthurien le plus ancien, sa présence porte les signes mystérieux d'un univers bien antérieur à la littérature médiévale née au XIIe siècle.
    Philippe Walter met au jour le mythe archaïque auquel le héros se rattache. Doté d'un cheval-fée et d'une épée magique, il retrouve son éclat dès lors que l'on se tourne vers les vieilles légendes celtiques.

  • Saint antoine entre mythe et legende

    Philippe Walter

    • Uga éditions
    • 5 December 2017

    Replacé dans une longue durée de l'imaginaire qui va du IVe siècle - celui d'Athanase qui écrivit la première Vie de saint Antoine - jusqu'à la fin du XVe siècle, avec le Mystère de saint Antoine en Viennois, en passant par les légendes dorées médiévales, saint Antoine l'ermite, « père des moines », révèle un nouveau visage. Le croisement des savoirs, faisant appel à l'anthropologie et au comparatisme, à l'histoire des idées et des croyances religieuses (pour expliquer le symbole du tau ou celui du cochon associés au saint), à l'histoire de l'art enfin (avec le témoignage d'Huysmans sur la représentation picturale des tentations), permet de scruter cette figure-clé de la «mythologie chrétienne». Ainsi, entre légende et mythe peut se définir, autour d'Antoine le mélancolique et l'initié, l'unité d'une tradition culturelle qui, par-delà les siècles et peut-être même les civilisations, fait dialoguer l'Orient et l'Occident, le texte et l'image, l'Antiquité, le Moyen Âge et la Modernité.

  • Merlin ou le savoir du monde

    Philippe Walter

    • Imago
    • 31 July 2000

    Personnage mystérieux né d'un démon et d'une vierge, prophète du Graal, initiateur de la Table ronde, Merlin, grande figure de l'épopée arthurienne, a acquis une popularité qui, au cours des siècles, l'a fait accéder au statut de véritable mythe littéraire. Enfant-vieillard, enchanteur provoquant ou subissant les métamorphoses les plus diverses, bâtisseur génial, sorcier à l'occasion, amant malheureux de la fée Viviane, Merlin est doué du savoir universel. Par son père diabolique, il connaît tout le passé et, par la grâce de sa mère, il détient la faculté de prédire l'avenir. Apparaissant bien avant le XIIe siècle dans la poésie galloise, il nous ramène à une culture orale très archaïque.
    S'appuyant sur la littérature, la civilisation celtique et les traditions populaires, Philippe Walter nous offre une brillante étude sur cet énigmatique devin.

  • «Le Bel Inconnu» de Renaut de Beaujeu : rite, mythe et roman

    Philippe Walter

    • Presses universitaires de france (réédition numérique fenixx)
    • 13 January 2017

    « Le bel inconnu », écrit par Renaut de Beaujeu vers la fin du XIIe ou au début du XIIIe siècle, offre un superbe exemple de roman mythologique. Sous le décor romanesque arthurien, transparaît la mémoire des mythes archaïques de l'Europe préchrétienne. La thématique de ce roman peut s'expliquer par quelques rites et croyances du folklore médiéval, mais aussi à travers de grands thèmes de la mythologie celtique. « Le bel inconnu » raconte l'initiation d'un enfant-roi à la souveraineté et à l'amour. Sur un itinéraire parsemé d'épreuves héroïques, se dressent les figures rituelles du géant-ogre, du monstre tricéphale, du chien caniculaire ou de la fée-sirène, mais aussi celles - plus inattendues - des enchanteurs pourrissants et de la vouivre, dont les lèvres fatales dispenseront le fier baiser. Un voyage dans les littératures celtiques (irlandaise et galloise) et dans les contes, rites et croyances du folklore - médiéval ou moderne - permet d'envisager le merveilleux arthurien dans sa logique rigoureusement et mythologiquement poétique.

  • Perceval, le pêcheur et le Graal

    Philippe Walter

    • Imago
    • 15 January 2004

    Le Conte du Graal de Chrétien de Troyes fonde le mythe le plus important du Moyen Âge. De ce texte énigmatique et fascinant va procéder, en effet, toute une moisson de chefs-d'oeuvre, de représentations et de questions qui continuent d'inspirer l'imaginaire de l'Occident. Philippe Walter entreprend de répondre aux nombreuses interrogations suscitées par ce livre que l'on a dit souvent, à tort, inachevé. Grand connaisseur du monde celtique, s'appuyant également sur les recherches de Claude Lévi-Strauss et de Georges Dumézil, il montre que le roman du poète champenois constitue un ensemble parfait recelant bel et bien un contenu initiatique : les mythologies de la pêche et du poisson sacré éclairent une part du mystère. Au terme de cette magistrale étude, le Conte du Graal revêt sa véritable dimension spirituelle.

  • Galaad ; le pommier et le Graal

    Philippe Walter

    • Imago
    • 17 November 2004

    Galaad, fils de Lancelot, est le seul chevalier qui parviendra à conquérir le Saint Graal. Sur son chemin, une énigme : c'est un arbre d'abord blanc, qui devient vert, puis rouge sang. Quel est cet arbre, celui du Paradis ? Certes, la quête de Galaad associe l'arbre et le Saint Vase. Mais, nouvelle énigme, pourquoi la virginité devient-elle soudain la suprême valeur chevaleresque ? De fait, exclue de la recherche du Graal, la femme subit la réprobation portée sur la sexualité, et au mythe du sang féminin corrupteur s'oppose désormais le dogme du sang christique salvateur.
    Philippe Walter retrace le parcours de Galaad, chevalier trop parfait, et nous mène au ainsi coeur de l'imaginaire du XIIIe siècle.

  • Chacun connaît, ou croit connaître, la légende de Tristan et Yseut. Pourtant on l'a trop affadie, en y voyant exclusivement l'archétype de l'amour passion, et le récit naguère reconstitué à partir de fragments par Joseph Bédier semble devoir plus à l'esthétique fin de siècle qu'à la littérature médiévale. Un curieux texte gallois fait du personnage de Tristan le gardien des porcs du roi Marc. Simple fantaisie comique ou empreinte d'une ancienne tradition mythique ? wb>Philippe Walter opte résolument pour la seconde hypothèse et propose une relecture totale des mythes tristaniens - essentiellement français - à partir de la mythologie celtique, notamment celle du porc et du sanglier.

  • La légende du roi Arthur est surtout connue à travers les romans français de la Table ronde. On ignore souvent qu'il existe des récits latins du xiiie siècle qui racontent quelques épisodes inédits de cette grande saga bretonne, inconnus des oeuvres arthuriennes françaises ou étrangères. Le présent ouvrage en offre la première traduction intégrale en français accompagnée du texte original en latin. Dans l'un de ces récits (Arthur et Gorlagon), le roi Arthur rencontre un bien étrange loup garou. Dans un autre (La véritable histoire de la mort d'Arthur), il disparaît dans des circonstances mystérieuses à la fin de sa vie terrestre. L'histoire de son neveu (L'Enfance de Gauvain) est tout aussi surprenante : abandonné à sa naissance, il accomplit un singulier parcours héroïque avant de retrouver la cour d'Arthur, tout auréolé de gloire chevaleresque. Enfin, la tumultueuse Histoire de Mériadoc se développe en une véritable chronique légendaire aux rebondissements haletants. Le présent ouvrage vaudra au lecteur de multiples découvertes car ces récits ne sont pas des affabulations inventées au Moyen Âge. Ils remontent à une tradition orale bien plus ancienne : la vieille mythologie des Celtes insulaires (Irlande, Pays de Galles) qui offre de surprenantes analogies avec celle de l'ancienne Grèce ou avec les contes du folklore international.

  • Sur la palette de l'artiste ; la physico-chimie dans la création artistique

    Philippe Walter

    • Collège de france
    • 2 March 2015

    Que nous apprennent la physique et la chimie sur le sourire de la Joconde ? Des techniques d'analyse performantes, mobiles et non invasives, utilisant des rayons X, des lasers ou la lumière ultraviolette, visible et infrarouge, permettent aujourd'hui de mieux comprendre le rôle des matières et des techniques picturales dans la création artistique. Elles contribuent également à l'expertise et à la restauration des oeuvres, notamment pour reconstituer l'éclat des couleurs d'origine. Indissociable d'une démarche pluridisciplinaire, la physico-chimie nous fait remonter le temps et nous livre les secrets d'atelier des artistes, allant jusqu'à reconstituer le geste créateur.

  • Peut-on vraiment dire, comme l'a affirmé Barthes, que tout est « mythe » ? Etude des mythes en littérature, la mythocritique connaît aujourd'hui un essor important et une mise au point - terminologique, théorique et méthodologique - s'avérait nécessaire. Réunissant des spécialistes reconnus, ce dictionnaire propose tout à la fois d'explorer le mythe dans de multiples domaines - Antiquité, Bible, biographie, épopée, fantastique, musique, poésie... - et d'en exposer les méthodes d'analyse. Loin de chercher à fixer des bornes, à définir des concepts, en somme, à offrir un bilan clos, les auteurs présentent, au contraire, un bilan dynamique des approches contemporaines sur - et autour de - la mythocritique. Ceci, sans enfermer leur propos dans le carcan d'un traité, ce qui contredirait l'ouverture de cette discipline aux autres champs de la critique.

  • The letters
    in this volume cover Poincaré's multifaceted career in astronomy in its
    entirety, extending from the time of his first publications in 1880 to the end
    of his life in 1912. At a tender age, Poincaré established his authority in
    questions of celestial mechanics, and his views were soon sought after on a
    vast array of questions by the leading astronomers and geodesists of his time,
    including C.V.L. Charlier, G.H. Darwin, H. Faye, F.R. Helmert, G. W. Hill, A.
    Lindstedt, A.M. Liapunov, N. Lockyer, S. Newcomb, K. Schwarzschild, and F.
    Tisserand. Poincaré and his correspondents take up topics ranging from the
    three-body problem and perturbation theory to the determination of the geoide
    and the equilibrium figures of rotating fluid masses. The volume also sheds
    light on Poincaré's three terms as president of the Bureau of Longitudes, where
    he guided French astronomy and geodesy through ambitious projects, such as the
    measurement of an arc of meridian near Quito.------Les lettres du troisième volume de la Correspondance de Poincaré scandent toute son oeuvre astronomique, allant de ses premiers mémoires sur les courbes définies par une équation différentielle (1881), jusqu'aux analyses des hypothèses cosmogoniques (1911). Encore très jeune, Poincaré s'est fait remarquer pour sa maîtrise des questions de la mécanique céleste, de tel sorte que les astronomes et les géodésiens l'ont souvent interpellé, y compris O. Callandreau, C.V.L. Charlier, G.H. Darwin, F.R. Helmert, A. Lindstedt, A.M. Lyapunov, Simon Newcomb, Karl Schwarzschild et F. Tisserand.Avec ses correspondants, Poincaré abordaient les questions principales de l'astronomie mathématique, du célèbre problème des trois corps à la théorie des perturbations et aux figures d'équilibre des masses fluides en rotation. La correspondance de Poincaré éditée et annotée dans ce volume concerne, au-delà des mémoires mathématiques, l'activité de Poincaré en tant que Professeur d'astronomie mathématique et de mécanique céleste à la Sorbonne, rédacteur en chef duBulletin astronomique, et membre du Bureau des longitudes, que Poincaré a présidé à trois reprises. Sa correspondance illumine, dans ce dernier cadre, la réalisation de la mesure d'un arc de méridien à Quito, et le règlement d'un différend franco-brittanique à propos de la différence de longitude entre Greenwich et Paris.

empty