Régis Ladous

  • Si l'on a beaucoup évoqué et débattu des relations entre le Vatican avec l'Allemagne nazie ou l'Italie fasciste, on connaît moins en revanche les liens de celui-ci avec le régime japonais au cours de la Seconde Guerre mondiale. C'est donc un aspect peu connu mais tout à fait intéressant et problématique de l'histoire de l'Eglise au XXe siècle qui se trouve développé ici. Au cours de cette période, Mgr Marella est envoyé comme nonce au Japon, empire alors sous la domination d'un régime autoritaire, voire fascisant. Dés lors, deux problèmes majeurs se posent à lui. Quelles peuvent être les relations du Saint-Siège avec un régime de ce type, allié aux puissances de l'Axe ? Comment l'Eglise et le Vatican doivent-ils se situer par rapport à ce type d'Etat ? Seconde difficulté, comment établir aussi des relations avec un régime soumis à un rite religieux d'Etat particulier, le shinto ? N'est-ce pas revenir à la fameuse querelle des rites chinois posées par les jésuites quelques décennies plus tôt ? Un tableau historique très fouillé que propose ici Régis Ladous.

  • De l'État russe à État soviétique, 1825-1941

    Regis Ladous

    • Sedes (réédition numérique fenixx)
    • 30 November 2018

    « J'envie nos petits fils et nos arrières petits-fils auxquels il sera donné de voir la Russie des années 1940, se tenant à la tête de l'univers, donnant des lois à l'éducation et à l'art et recevant un bienheureux tribut de considération de l'humanité éclairée. » Vissarion Bélinski (1810-1848).

  • Le cardinal Decourtray

    ,

    • Fenixx réédition numérique (lugd)
    • 18 December 2020

    Le cardinal Decourtray n'est pas né à Lyon. Il n'est peut-être jamais devenu lyonnais. Mais il fut de ceux qui permirent à Lyon de rester une capitale de la résistance. Résistance à la haine, à la peur, à l'intolérance. Il a su se faire entendre des Chrétiens et des incroyants, des Musulmans et des Juifs. Auprès de tous, il a été le témoin de cette exigence de fraternité, d'accueil et d'ouverture, sans laquelle la capitale des Gaules ne serait jamais que la deuxième ville de France.

empty