Véronique André

  • À TRAVERS UNE GALERIE DE 68 PORTRAITS, PÉNÉTREZ DANS L'INTIMITÉ 
    DES GRANDS DE LA GASTRONOMIE.
    Chaque chef s'est confié sans tabou à Véronique André, qui retrace leur parcours et met ainsi en lumière leur péché mignon, le plat qu'ils aiment cuisiner à la maison, l'ingrédient qu'ils ont toujours dans leur placard...
    Les plus grands noms, qu'ils soient étoilés ou non,  ont répondu à l'appel et vous proposent des recettes du quotidien : 
    * Des entrées : le croque-Ibiza de Michel Sarran,le carpaccio de dorade au poivre de Sichuan de Mauro Colagreco,  la tartine aux deux artichauts des frères Pourcel... 
    * Des plats : les Saint-Jacques, jus de pomme et noix torréfiées de Frédéric Anton, les lentilles vertes au curry et au café d'Alexandre Mazzia, les petits pois au confit de canard d'Hélène Darroze... 
    * Des desserts : les restes de fromage en feuilleté de Michel Guérard, le quatre-quarts au citron de Menton de Christian Garcia, les petites madeleines de Nina Métayer, la brioche de Pierre Hermé...
    Véronique André est journaliste gastronomique depuis trente ans, les grandes tables et les petits bistros sont son quotidien. Mais ce qu'elle aime par-dessus tout, c'est écrire et raconter les émotions gustatives et les nouveautés culinaires découvertes en sillonnant le monde.

  • Entrez dans les coulisses du Palais de Monaco et prenez place à la table des princes. Vous traverserez l'histoire gourmande du Rocher, vous découvrirez les recettes de repas officiels guidés par Christian Garcia, le chef des cuisines, vous déambulerez dans les salles à manger et partagerez les saveurs princières ainsi que les recettes privées. Voici un livre historique, familial, gourmand et... totalement inédit. Dans un cadre époustouflant de beauté, la gourmandise de la famille princière est dévoilée, mais c'est surtout l'empathie des princes et princesses qui font le charme de ce livre. Vous partagerez aussi un petit coin de jardin très secret et découvrirez des produits régionaux d'une grande qualité. Pour la première fois, le Prince Albert II autorise que l'on pénètre dans la sphère privée de la famille Grimaldi. La rencontre de Véronique André avec le Souverain et la Princesse Charlène permet de faire planer sur cet ouvrage l'âme du Palais qui fait rêver le monde entier.

  • Chefs de partie, argentiers, lingères, et fleuristes s'activent chaque jour autour de Bernard Vaussion, chef qui depuis plus de 40 ans orchestre les diners du Président de la République. Du général De Gaulle à François Hollande, il nous fait partager 50 recettes servies lors de dîners d'état historiques. À travers ces dîners, c'est aussi l'histoire de la gastronomie de la seconde moitié du XXe siècle qui se déroule sous nos yeux. Anecdotes et petits secrets sur les goûts de nos présidents jalonnent aussi ce livre très illustré.

  • Sous le signe de la Shéhérazade des Mille et une nuits de Miguel Gomes, le numéro 175 de 24 images nous propose un bilan mi-décennie pour accompagner et réfléchir les changements d'un art, le cinéma (sous toutes ses formes), qui évolue à toute vitesse. Fin de la distribution traditionnelle, nouveau rôle des festivals, enjeux de la diffusion en ligne, impasse de la critique, naissance du vulgar auteurism, évolution du transmédia, triomphe du cinéma de la franchise, etc. Ce riche dossier est complété par un palmarès des incontournables de 2010 à 2015. On retrouve aussi dans ces pages un hommage à l'immense Chantal Akerman, sans oublier des entretiens avec Rabah Ameur-Zaïmeche ainsi qu'avec Guy Maddin et Evan Johnson.

  • La revue ESPACE consacre le dossier thématique de son numéro d'automne à la transparence. Transparent comme ce que l'on voit, en opposition à l'opacité qui dissimule, voilà ce qui est mis de l'avant dans le travail des artistes iraniennes Shokoofeh Alidousti, Mehraneh Atashi et Shirin Neshat. Transparent comme la technologie de la blockchain, comme le présente Aude Launay dans son étude du travail de Jonas Lund et de Harm van den Dorpel. Transparence comme celle du verre ou transparence comme notion ayant traversé la modernité esthétique, ou encore transparence comme idéologie, la réflexion d'André-Louis Paré, appuyée sur des oeuvres de Michel de Broin et de François Lemieux, en témoigne. En complément à cette réflexion, un article de Josiane Poirier examine des propositions artistiques qui recourent à la lumière pour révéler l'embourgeoisement en milieu urbain et ses conséquences. Enfin, un entretien avec Ghislaine Vappereau porte sur la sculpture et la transparence dans l'oeuvre de cette dernière.

empty