Autrement

  • Quatorze ans après la disparition des jumelles Vignes, l'une d'elles réapparaît à Mallard, leur ville natale, dans le Sud d'une Amérique fraîchement déségrégationnée. Adolescentes, elles avaient fugué main dans la main, décidées à affronter le monde. Pourtant, lorsque Desiree refait surface, elle a perdu la trace de sa jumelle depuis bien longtemps: Stella a disparu des années auparavant pour mener à Boston la vie d'une jeune femme Blanche. Mais jusqu'où peut-on renoncer à une partie de soi-même ?
    Dans ce roman magistral sur l'identité, l'auteure interroge les mailles fragiles dont sont tissés les individus, entre la filiation, le rêve de devenir une autre personne et le besoin dévorant de trouver sa place.

  • Ils sont tous deux allemands. L'un est juif, l'autre non, et leur amitié semble indéfectible. Ils s'expatrient pour fonder ensemble une galerie d'art en Californie, mais, en 1932, Martin rentre en Allemagne. Au fil de leurs échanges épistolaires, Max devient le témoin impuissant d'une contamination morale sournoise et terrifiante : Martin semble peu à peu gagné par l'idéologie du IIIe Reich. La tragédie ne fait que commencer...

  • L'enfant qui voulait disparaître Nouv.

    Au cours d'une tournée promotionnelle pour son dernier roman, un écrivain noir américain fait la connaissance d'un enfant à la peau si sombre qu'on le surnomme Charbon. D'abord rencontré dans la salle à manger d'un grand hôtel, le gamin d'une dizaine d'années réapparaît à chaque étape de la tournée et raconte sa vie, ses parents et leur idée folle : le pousser à devenir invisible pour ne pas avoir à subir le destin que sa couleur de peau lui réserve.
    L'enfant existe-t-il vraiment ? Affecté d'un étrange mal qui l'empêche de distinguer la réalité du produit de son imagination, l'écrivain serait bien incapable de le dire. Mais réelle ou fantasmée, cette rencontre va remettre en question son rapport à sa propre histoire, à sa condition et lui faire admettre une cruelle évidence : être noir aux États-Unis signifie vivre sous une menace constante.
    Comédie féroce, tragédie déchirante, manifeste contre la peur, l'oppression et les violences policières, L'Enfant qui voulait disparaître est tout cela à la fois.

  • 50 cartes à voir avant d'aller voter : un atlas pour éclairer les enjeux des élections Nouv.

    Une question, une carte, une réponse.

    La France est-elle encore une grande puissance ? Les jeunes sont-ils plus précaires que leurs aînés ? L'école joue-t-elle encore son rôle ? L'ascenseur social est-il en panne ? Le logement coûte-t-il vraiment plus cher ? Les inégalités augmentent-elles ?
    Pour obtenir les bonnes réponses, contrer les fake news et s'éloigner des caricatures, les auteurs documentent tous les thèmes majeurs du débat public et proposent 50 cartes et près de 100 graphiques pour appréhender objectivement la situation de la France d'aujourd'hui.
    Ainsi, chacun pourra s'approprier les faits, comprendre les enjeux et se faire sa propre idée avant d'aller voter.

  • Petit à petit, au fil des siècles, et grâce à des hommes et des femmes qui ont osé s'aventurer dans des contrées lointaines, s'est dessiné le monde tel qu'on le connaît aujourd'hui.
    Qui sont ces explorateurs, ces découvreurs ?
    Sur terre, sur mer et dans les airs, ils ont bravé l'inconnu. De l'Antiquité à nos jours, des premières expéditions d'Alexandre le Grand à la conquête de l'espace, l'auteur retrace ici l'épopée de ces voyages incroyables.
    Il fait revivre, au fil des pages, les folles aventures de Ptolémée, Marco Polo, Magellan, Lapérouse ou Bougainville, Stanley et Livingstone, Théodore Monod ou Bertrand Piccard.

  • Sentinelles plantées sur leurs cailloux au bout du monde, les phares sont de fascinants monuments qui recèlent bien des secrets. Éclairant les eaux sombres des océans, ces vigies surveillent et protègent les bateaux de passage.
    L'auteur nous conte ici la construction de 34 phares et l'histoire de leurs gardiens, et dévoile les mystères qui planent encore sur ces lieux reculés.
    Magnifiquement illustré de cartes et plans, cet atlas est un voyage immobile autour du monde, depuis les caps les plus méridionaux de la Terre de Feu jusqu'aux hautes latitudes russes, en passant par les confins européens ou océaniens.

  • « Tous les grands secrets ont un goût particulier. »
    Nadia a 17 ans et la vie devant elle. Mais quand elle perd sa mère et avorte en cachette, tout change. Elle choisit alors de quitter la communauté noire et religieuse qui l'a vue grandir. Boursière dans une grande université, Nadia fréquente l'élite. Elle a laissé derrière elle Luke, son ancien amant aux rêves brisés, et Aubrey, sa meilleure amie. Durant une décennie marquée des affres de la vie, les trajectoires des trois jeunes gens vont se croiser puis diverger, tendues à l'extrême par le poids du secret.
    Dans la lignée d'Elena Ferrante et de Chimamanda Ngozi Adichie, Brit Bennett donne voix à des héros en quête d'accomplissement et nous offre un roman lumineux, inoubliable.

  • Grand atlas

    ,

    o Plus de 100 cartes inédites et mises à jour et 50 infographies et documents
    o Un tour d'horizon complet des grands enjeux internationaux
    o En partenariat avec Courrier international et franceinfo.

  • Figure phare des « Années folles », la garçonne a gravé dans l'imaginaire collectif sa silhouette androgyne et ses cheveux courts. Symbole d'une émancipation controversée, elle cristallise les tensions d'une société ébranlée par la guerre, partagée entre fièvre de liberté et retour à l'ordre moral.
    En nous propulsant au coeur d'une décennie fantasmée, Christine Bard analyse une révolution des représentations. Elle en saisit les déclinaisons, de l'univers de la mode à la scène lesbienne en passant par la littérature et le célèbre roman de Victor Margueritte. La garçonne incarne avec force l'ambivalence d'un monde en plein bouleversement.
    L'essai réunit la culture des apparences, l'histoire politique et l'histoire sociale pour mieux cerner la puissance de cette figure entre subversion et modernité.

  • Traverser les USA en courant - ils l'ont fait! La plus grande course à pied jamais organisée aux États-Unis : c'est l'incroyable défi que lance Charles C. Flanagan, alors que le pays s'enfonce dans la crise de 1929. Sur la ligne de départ, à Los Angeles, ils seront plus de 2000 participants. 5063 km plus tard, quelques centaines seulement atteindront New York.

    Au fil de leur incroyable course, ils apprendront à se connaître, trouveront l'amitié, l'amour... Ensemble, ils iront au bout d'eux-mêmes. Un roman passionnant et inspirant, tiré d'une histoire vraie.

  • Anton Torvath est tzigane et dresseur de chevaux. Né au coeur de la steppe kirghize peu après la Première Guerre mondiale, il grandit au sein d'un cirque, entouré d'un clan bigarré de jongleurs, de trapézistes et de dompteurs. Ce « fils du vent » va traverser la première moitié du « siècle des génocides », devenant à la fois témoin de la folie des hommes et mémoire d'un peuple sans mémoire. Accompagné de Jag, l'homme au violon, de Simon, le médecin philosophe, ou de la mystérieuse Yadia, ex-officier de l'Armée rouge, Anton va voyager dans une Europe où le bruit des bottes écrase tout. Sauf le souffle du vent.
    À la fois épopée et récit intime, Avant que le monde ne se ferme est un premier roman à l'écriture ample et poétique. Alain Mascaro s'empare du folklore et de la sagesse tziganes comme pour mieux mettre à nu la barbarie du monde.

  • Pourquoi nous a-t- il fallu des millénaires, ou presque, pour inventer la valise à roulettes ? (Un homme, un vrai, porte ses bagages lui-même.)
    Pourquoi avoir imaginé que la défaite de Kasparov contre Deep Blue signerait la fin de la suprématie humaine, quand les meilleures intelligences artificielles peinent encore à plier une chemise ? (C'est que nous mesurons notre humanité à l'aune du génie masculin rationnel et scientifique.)
    La machine remplacera-t-elle le travail des hommes ? (Avec un petit « h », peut-être bien que oui !)
    Combien de fois sommes-nous passés à côté d'une invention ou d'une innovation parce que c'était une idée de fille ? Dans cette histoire du progrès par ses erreurs et ses lacunes, Katrine Marçal nous emmène dans un voyage passionnant au coeur de ce frein puissant que sont nos représentations.
    Un essai enthousiasmant pour changer de perspective et ouvrir grand la porte à l'ingéniosité féminine !

  • Comment l'université broie les jeunes chercheurs : précarité, harcèlement, loi du silence ; enquête sur un gâchis Nouv.

    De retour d'un terrain, Laurine repousse les mains de son directeur de recherche, un géologue influent qui n'apprécie pas qu'on lui tienne tête et fera tout pour détruire sa carrière. Dans son laboratoire de biochimie, Baptiste se fait exploiter et insulter par son encadrant de thèse, un homme sanguin, homophobe et raciste. À l'autre bout de la France, Sarah, doctorante en anthropologie non rémunérée, essaie de survivre malgré le caractère imprévisible de sa directrice, la violence de l'administration, la perfidie de certains collègues et la détresse de ses amis.
    C'est un mal qui ronge la filière d'excellence du système universitaire français : la précarité, le harcèlement et la culture du silence. Chaque année, plus de 15 000 doctorants se lancent avec passion dans une thèse, mais à l'université, les dysfonctionnements engendrent les déviances. Manque de moyens, lourdeur d'une administration sans affect, compétition féroce et surtout toute-puissance des directeurs de thèse ont ouvert la voie au harcèlement, moral et sexuel, à la pression, aux sollicitations sans limites ou encore à la dévalorisation du travail des jeunes chercheurs, quand il ne s'agit pas simplement de se l'approprier.
    Cette enquête richement documentée perce le silence et appelle à un changement urgent, dont les premières étapes pourraient être déployées rapidement et sont proposées par l'auteure.

  • Bibike, Ariyike, et leurs frères Peter et Andrew tombent dans la pauvreté du jour au lendemain. Pour ces quatre enfants de la classe moyenne aisée nigériane, ce qui hier semblait acquis devient l'enjeu d'une lutte constante. Abandonnés par leurs parents, ils se réfugient chez leur grand-mère et survivent comme ils le peuvent à Lagos, ville âpre et convulsive. Si la vie est difficile pour tous, elle est particulièrement cruelle pour les deux soeurs : être une femme au Nigeria, c'est avant tout être considérée comme une proie. Proie pour les hommes, la religion, la religion des hommes. Black Sunday fait une peinture sans fard d'une société nigériane gangrénée par la corruption et met en lumière son rapport brutal aux femmes. Une lueur d'espoir vacillante, mais bien présente, sourd pourtant au milieu des pages. Avec ce premier roman, Tola Rotimi Abraham entre de plain-pied en littérature d'une écriture tranchante, sans compromis.

  • Légère Nouv.

    Légère

    Marie Claes

    À 16 ans, Annabelle mène une vie tranquille avec sa mère et son jeune frère, à Blevin, petite commune belge sans histoires. Un jour cependant, l'adolescente est frappée par une révélation : il faut manger différemment, sans viande, sans gras, sans sucre. Et surtout, manger moins. Beaucoup moins. Se « purifier » de toute cette nourriture néfaste et superflue et ainsi, réparer le monde.
    Violette, démunie devant le délire de sa fille, se débat comme elle peut pour détourner Annabelle de son raisonnement fou.
    Avec son écriture à la fois simple et fulgurante, ironique parfois, poétique souvent, Marie Claes excelle à nous mettre dans la peau de cette mère et de cette jeune fille. Elle met au jour les mécanismes par lesquels une adolescente tombe dans l'anorexie comme on arrive à une conclusion évidente.
    Sans jugement, sans pathos, Légère expose la lente déliquescence du corps d'Annabelle, son désir de contrôle devant un monde sur lequel elle n'a aucune prise. Un corps devenu dégoût, un monde devenu insoutenable. Consumer l'un pour réparer l'autre. Une logique aussi insensée qu'implacable.

  • C'est une histoire authentique. Celle d'un jeune étudiant en théologie qui résista au nazisme et à la mainmise d'Hitler sur l'Eglise luthérienne. Témoignage romancé, roman témoignage, Jour sans retour nous conte l'héroïsme d'un refus obstiné et met en lumière la prétention du nazisme à dépasser l'idéologie pour se faire religion.

  • Lorsqu'elle se marie, Magdalena Van Bereyen est obligée de renoncer à ses rêves d'aventure sur les bateaux de son père, car là n'est pas la place d'une femme. Encore moins au XVIIe siècle, en Hollande. Dans son journal intime, elle confie alors, au fil de ses souvenirs et des tumultes de sa vie d'épouse, les secrets de son âme.
    Ce premier roman de Gaëlle Josse, inspiré d'un tableau de l'âge d'or flamand, est le portrait intemporel, empreint de mélancolie et de poésie, de la condition des femmes.

  • Peut-on réparer l'irréparable, rassemble ceux que l'histoire a dispersés ? Blanche, rwandaise, vit à Bordeaux après avoir fui le génocide des Tutsi de 1994. Elle a construit sa vie en France, avec son mari et son enfant métis Stokely. Mais après des années d'exil, quand Blanche rend visite à sa mère Immaculata, la mémoire douloureuse refait surface. Celle qui est restée et celle qui est partie pourront-elles se parler, se pardonner, s'aimer de nouveau ? Stokely, lui, pris entre deux pays, veut comprendre d'où il vient.
    Ode aux mères persévérantes, à la transmission, à la pulsion de vie qui anime chacun d'entre nous, Tous tes enfants dispersés porte les voix de trois générations tentant de renouer des liens brisés et de trouver leur place dans le monde d'aujourd'hui.
    Ce premier roman fait preuve d'une sensibilité impressionnante et signe la naissance d'une voix importante.

  • En 1831, le jeune Charles Darwin part dans une expédition autour du monde qui restera fameuse et en rapporte son Journal de recherche qui constituera la base de ses théories. Fasciné par les mondes dévoilés dans ces carnets, Denis Silvestre imagine des feuillets oubliés.
    Des pages qui racontent des îles inimaginables, où les insectes se saluent avec civilité d'un coup de chapeau haut de forme, où les arbres se déplacent à leur gré juchés sur leurs jambes, où tous les êtres vivants copulent librement et constamment. Fable philosophique ou ultime voyage de Gulliver, ces feuillets perdus sont une plongée dans des univers merveilleux où la vie, sous toutes ses formes, gronde.

  • Bienvenue à Wigtown, charmante petite bourgade du sud-ouest de l'Écosse. Wigtown, son pub, son église... et sa librairie - la plus grande librairie de livres d'occasion du pays. De la bible reliée du XVIe siècle au dernier volume d'Harry Potter, on trouve tout sur les kilomètres d'étagères de ce paradis des amoureux des livres. Enfin, paradis, il faut le dire vite...
    Avec un humour tout britannique, Shaun Bythell, bibliophile, misanthrope et propriétaire des lieux, nous invite à découvrir les tribulations de sa vie de libraire. On y croise des clients excentriques, voire franchement désagréables, Nicky, employée fantasque qui n'en fait qu'à sa tête, mais aussi M. Deacon, délicieux octogénaire qui se refuse à commander ses livres sur Amazon.
    Entre 84, Charing Cross Road d'Helene Hanff et Quand j'étais libraire de George Orwell, Le Libraire de Wigtown invite le lecteur à découvrir l'envers du décor : si l'amour de la littérature est primordial pour exercer le métier de libraire, on y apprend qu'il faut aussi un dos en béton et une patience de saint !

  • Voilà ce qu'il faut que tu saches : en Amérique, la destruction du corps noir est une tradition - un héritage. Je ne voudrais pas que tu te couches dans un rêve. Je voudrais que tu sois un citoyen de ce monde beau et terrible à la fois, un citoyen conscient. J'ai décidé de ne rien te cacher.
    "Je me suis demandé qui remplirait le vide intellectuel après la mort de James Baldwin. Sans aucun doute, c'est Ta-Nehisi Coates... Une lecture indispensable."
    Toni Morrison, Prix Nobel de Littérature.
    National Book Award 2015

  • Le soir du 3 novembre 1966, Florence est engloutie par son fleuve. Dans une petite pension des bords de l'Arno, Italiens et Américains partagent des heures de terreur et d'angoisse. Lorsqu'enfin le fleuve se retire, c'est la désolation. D'innombrables chefs-d'oeuvre sont détruits. Des milliers de familles sont à la rue. Récit à la portée universelle, Journal de l'année du désastre est un vibrant hommage à tous ceux qui, ayant tout perdu, se mettent aussitôt à reconstruire.

  • Terre mystérieuse aux confins de l'Atlantique Nord, île de volcans, de glaciers et d'aurores boréales, l'Islande fascine. Pourtant, on ignore souvent tout de l'histoire de ce petit pays de 350 000 habitants.
    Des assauts des Vikings vers 900 à l'élection de la première femme chef d'État (en 1980, pour 4 mandats successifs), cet ouvrage passionnant nous ouvre les portes d'un pays légendaire.
    On y apprend qu'on lui doit un peu du Seigneur des anneaux (la baby-sitter des Tolkien était islandaise), le rôle décisif joué par sa jeune diplomatie dans la création d'Israël, ou encore que l'éruption du volcan Laki en 1783 n'est pas sans lien avec la Révolution française, par son impact sur l'agriculture de toute l'Europe.
    Une histoire étonnante, pour dépasser les idées reçues et mieux connaître ce pays moderne qui occupe une place tout à fait singulière en Europe et dans le monde.

  • Le cerveau d'un enfant de 2 ans possède deux fois plus de connexions neuronales que celui d'un adulte : à cet âge, son potentiel d'apprentissage est maximal, et la façon dont les adultes s'adressent à un bébé peut tout changer pour son avenir ! La bonne nouvelle, c'est que cela ne demande pas de matériel coûteux, mais surtout de le savoir et d'être guidé. Regarder des livres en impliquant activement le tout-petit, lui poser des questions ouvertes, lui proposer des choix... : voilà des habitudes que chacun peut s'approprier.
    Cet essai éclairant présente une pédagogie simple, fondée sur les neurosciences et nourrie par les travaux des équipes d'Esther Duflo, prix Nobel d'économie. Parents et professionnels y trouveront des idées concrètes et rapides à mettre en oeuvre. C'est aussi un plaidoyer pour faire de la petite enfance une priorité collective : prendre au sérieux les capacités phénoménales des bébés pourrait, d'ici dix à quinze ans, changer le visage de notre pays.

empty