Denoël

  • Depuis dix ans, chaque vendredi à 8h55 sur France Inter, François Morel a rendez-vous avec des milliers d'auditeurs. Quelques minutes pour croquer l'actualité dans ce qu'elle a de pire, et parfois de meilleur. Avec la crise sanitaire, ces billets d'humeur devenus chroniques sur le confinement racontent avec drôlerie les matins qui se ressemblent, l'absence de lien social et de vie culturelle. Des situations cocasses, parfois dramatiques, qui lui inspirent quelques vers comme le poème Tenir écrit fin mars 2020. Ou encore Uchronie 2022 qui inaugure l'année 2021.
    On découvre également un artiste sensible, furieux de ne pas pouvoir jouer, exercer son métier. Triste aussi de ces trop nombreux disparus auxquels il rend un merveilleux hommage : Juliette Gréco, Anne Sylvestre ou encore Jean-Claude Carrière.
    François Morel se tourne bien sûr vers l'actualité, et propose à ses auditeurs une bouffée d'oxygène, « un peu de fraîcheur », comme il l'écrit, il parle alors de la pédophilie dans l'Église ou encore des féminicides en s'interrogeant sur l'apparition des femmes sur Terre.
    François Morel n'en oublie pas pour autant les fondamentaux, et nous livre avec délice un hymne à la charentaise des Charentes ou encore une ode au pâté en croûte.

  • "Qu'il soit entendu que je ne donne de leçons à personne. J'essaie de tirer les leçons d'une expérience séculaire et séculière de vie, et je souhaite qu'elles soient utiles à chacun, non seulement pour s'interroger sur sa propre vie, mais aussi pour trouver sa propre Voie."
    E.M.
    À 100 ans, Edgar Morin demeure préoccupé par les tourments de notre temps. Ce penseur humaniste a été témoin et acteur des errances et espoirs, crises et dérèglements de son siècle. Il nous transmet dans ce livre les enseignements tirés de son expérience centenaire de la complexité humaine.
    Leçons d'un siècle de vie est une invitation à la lucidité et à la vigilance.

  • Il y a un peu moins d'un siècle paraît pour la première fois L'Ennemie, petit bijou d'une jeune romancière encore inconnue du public. Dans ce roman, publié sous le nom de Pierre Nerey, Irène Némirovsky dissèque sous couvert de la fiction toutes les ambivalences de sa relation avec sa mère. Ici, Irène devient Gabri, une jeune fille de dix-sept ans en révolte, avec toute la violence confuse de l'adolescence, contre une mère indifférente, vieille coquette sur le déclin aux prises avec son dernier amour.
    Ce conte cruel du Paris des années folles suit le terrible apprentissage par Gabri d'une féminité déchirée entre désirs naissants et solitude irréductible, où le visage de l'être détesté devient d'autant plus haïssable pour la jeune fille que ces traits se confondent peu à peu avec les siens. Telle une nouvelle Électre, Irène Némirovsky n'épargne pas cette mère qui ressemble furieusement à la sienne et dont elle dresse le portrait-charge sous les traits d'une coquette aussi vaine que cruelle.
    Toute une société déboussolée renaît ainsi sous la plume acide d'une auteure emblématique de l'entre-deux-guerres.

  • Kirt Dorell est un homme d'affaires cynique et sans illusions, mais toujours habité par la fièvre du deal. Sa passion d'enfance pour le Monopoly ne l'a jamais quitté : ' Ce besoin de gagner, d'en avoir plus, de voir qu'il ne reste presque plus de billets dans la banque... ' Alors, c'est business à fond la caisse, à n'importe quel prix, y compris avec des E.T. aux emportements dangereux. Parce qu'il est malin, Kirt sait que le lucre, comme l'adultère, est un vice mortel qui peut mener un homme à la perdition, à la folie et à la mort... En ce qui concerne la folie, il y a des professionnels pour ça, mais quand le psy devient accro aux confessions de son patient, la dépendance menace tout l'édifice. Il reste, histoire de tromper l'ennui, le repli sur les paradis terrestres dont la fortune est le sésame, avec quelques clones de soi et une compagne de synthèse programmée pour n'aimer que vous. Encore faudrait-il que le psy ne prenne pas trop ses aises dans le petit Éden où Kirt a préparé sa retraite...

  • Just Kids

    Patti Smith

    C'était l'été où Coltrane est mort, l'été de l'amour et des émeutes, l'été où une rencontre fortuite à Brooklyn a guidé deux jeunes gens sur la voie de l'art, de la ténacité et de l'apprentissage. Patti Smith deviendrait poète et performeuse, et Robert Mapplethorpe, au style très provocateur, se dirigerait vers la photographie. Liés par une même innocence et un même enthousiasme, ils traversent la ville de Brooklyn à Coney Island, de la 42e Rue à la célèbre table ronde du Max's Kansas City, où siège la cour d'Andy Warhol. En 1969, le couple élit domicile au Chelsea Hotel et intègre bientôt une communauté de vedettes et d'inconnues, artistes influents de l'époque et marginaux hauts en couleur. C'est une époque d'intense lucidité, les univers de la poésie, du rock and roll, de l'art et du sexe explosent et s'entrechoquent.
    Immergés dans ce milieu, deux gamins font le pacte de toujours prendre soin l'un de l'autre. Romantiques, engagés dans leur pratique artistique, nourris de rêves et d'ambitions, ils se soutiennent et se donnent confiance pendant les années de vache maigre.
    Just Kids commence comme une histoire d'amour et finit comme une élégie, brossant un inoubliable instantané du New York des années 60-70, de ses riches et de ses pauvres, de ses paumés et de ses provocateurs. Véritable conte, il retrace l'ascension de deux jeunes artistes, tel un prélude à leur réussite.

  • "Les parents donnent la vie à l'enfant, l'enfant donne de l'espoir aux parents. Cela te paraît lourd à porter ? Ça ne l'est pas. L'espoir est inconditionnel."
    La fille de Karl Ove Knausgaard est sur le point de voir le jour. En attendant sa naissance, son père entreprend de lui raconter le monde. Les grenouilles, le crépuscule, les chewing-gums, la solitude, la guerre, les étoiles... Rien n'est trop petit ni trop vaste pour susciter l'attention du romancier qui évoque aussi sa vie quotidienne avec sa femme et ses enfants dans la campagne suédoise.
    Premier volume du "Quatuor de saisons", En automne donne à voir les émerveillements d'une paternité naissante dans une nature qui jette ses derniers feux.

    Né en Norvège en 1968, Karl Ove Knausgaard a accédé à une reconnaissance internationale avec son cycle autobiographique Mon combat, dont les sept volumes ont paru aux Éditions Denoël. L'ouvrage est enrichi des illustrations de Vanessa Baird, artiste norvégienne née en 1963. Ses peintures ont été exposées dans de nombreux musées du monde.

  • POUR LA PREMIÈRE FOIS PUBLIÉE, LA CORRESPONDANCE D'IRÈNE NÉMIROVSKY, AUTRICE DE SUITE FRANÇAISE.

    Les lettres d'un grand écrivain racontent une vie qui s'écrit en parallèle de son oeuvre. Celles d'Irène Némirovsky esquissent d'abord le portrait d'une jeune fille passionnée qui découvre l'ivresse des premiers flirts et la joie des études à la Sorbonne. Puis se dessine un portrait plus affirmé, celui d'une femme brillante, soucieuse et déterminée, qui deviendra la romancière accomplie du Bal et de David Golder. Ce sont ses échanges avec son "cher Maître", Gaston Chérau, avec ses éditeurs aussi, parmi les plus grands, Bernard Grasset, André Sabatier, Albin Michel, ou encore avec les auteurs de son temps - Henry Bernstein, Jacques-Émile Blanche, Henri de Régnier, Gabriel Marcel, Jacques Chardonne.

    Il y est question d'écriture, bien sûr, de livres, de cinéma, mais aussi des petits riens du quotidien. À partir de 1938, le ton se fait moins léger, jusqu'en juillet 1942 où la correspondance s'interrompt brusquement suite à l'arrestation tragique d'Irène Némirovsky. Ce sont alors les proches, amis, éditeurs, admirateurs qui prennent la plume, cherchant désespérément à la sauver et à faire vivre ses textes.
    Témoins de la fécondité d'une artiste, ces Lettres d'une vie éclairent de l'intérieur l'immense talent romanesque d'Irène Némirovsky dont l'oeuvre entière n'en finit pas d'être redécouverte.

  • Quel ouvrage pouvait, avant celui-ci, et en si peu de mots, apprendre à son lecteur combien de livres Proust a vendus, en quelles langues La Recherche a été traduite, quelle en est la chronologie exacte, ce que l'on trouvait dans sa bibliothèque, quels pays il a visités, quelles drogues il prenait, combien de dizaines de milliers de lettres il a envoyées, combien de personnages il a dotés de vie et de langage, quelles sont les particularités de son style, quelle est la véritable histoire de la madeleine, en quelle année il porta la moustache en guidon ? » interroge Thierry Laget dans sa préface.

    Véritable encyclopédie visuelle consacrée à l'auteur d'À la recherche du temps perdu et à ses livres ; Le Proustographe apporte, en près de 100 infographies, un regard inédit et moderne sur Marcel Proust, romancier adulé à l'oeuvre monumentale, à l'occasion du centenaire de sa mort.

  • "Publier signifie mettre un livre dans les librairies. Et le vendre pour que les autres le lisent. Alors je serai écrivaine et vous serez mes lecteurs. C'est fou. C'est le plus fou qui m'est arrivé dans ma prostituée de vie."

    Marga, Nati, Patricia et Angels vivent ensemble dans un appartement d'un quartier populaire de Barcelone. Pour ces cousines "en déficience intellectuelle", comme l'administration les qualifie, chaque jour apporte son lot de condescendance et d'infantilisation. Féministe, désinhibée et férue de danse, Nati s'attire souvent des ennuis. Patri n'a qu'une crainte, se faire virer de l'appartement et perdre son indépendance, tandis que Marga cherche à squatter un autre habitat pour être libre d'aimer qui elle veut. Angels observe le tout et se lance dans le récit de leur vie à quatre en lecture facile.
    Ce livre, aussi audacieux dans sa structure que dans son propos, est une charge féroce et drolatique contre le machisme, contre l'oppression, contre l'injustice. C'est aussi un roman qui célèbre le corps et la sexualité, le désir, la dignité de celles et ceux qui sont marqués par les stigmates de la "différence" et le pouvoir révolutionnaire du langage.

    Cristina Morales est née à Grenade en 1985. Lecture facile est son quatrième roman et son premier traduit en français. Succès retentissant en Espagne, le texte a été qualifié de "phénomène" par une partie des critiques littéraires et a obtenu plusieurs prix importants. Cristina Morales est en outre membre de la compagnie de danse contemporaine Initiative Sexual Femenina et productrice du groupe punk At-Asko.

  • JANVIER 1975, LANCEMENT DE LA FUSÉE MÉTAL HURLANT. Créé par une poignée de transfuges de Pilote, ce magazine de bande dessinée devient le vecteur d'une révolution culturelle sous le règne de laquelle nous vivons encore. Plusieurs générations d'Humanoïdes s'assemblent et jettent leurs passions - BD franco-belge, comics US, underground, cinéma-bis, littérature fantastique, SF, roman noir, érotisme SM, rock, mode, design - dans ce grand shaker pour produire un mélange au goût étrange, carburant de toute notre modernité. Pendant treize ans, à coups de numéros spéciaux et d'éditions étrangères, Métal propage sur la planète ses visions incendiaires. Cette French touch soufflera jusqu'à Tokyo ou Hollywood, si bien que trois décennies plus tard, George Lucas, Ridley Scott, Tim Burton, Katsuhiro Otomo, Hayao Miyazaki, pour ne citer que ceux-là, peuvent se réclamer de l'influence de Métal Hurlant et de ses artistes.
    À l'heure où le phénix renaît de ses cendres, revoici l'odyssée de Métal racontée par ses acteurs mêmes, illustrée de photos et de documents inédits, suivie d'un scrapbook rassemblant plus de 600 images de légende extraites du magazine et de ses dérivés. 300 pages de joie pure pour comprendre comment La Machine à Rêver a modifié à jamais l'ADN de la BD, l'esthétique du XXe siècle finissant et fait se lever le tsunami visuel qui submerge le XXIe.

  • Grand Prix de la critique ACBD 2020.

    "Chaque homme dans sa vie assiste à la fin d'un monde."

  • Un homme emmène son fils sur une île déserte d'Alaska, loin du tumulte du monde, pour le confronter à la beauté sauvage et se prouver qu'il est toujours capable de faire son métier de père. Mais les lâchetés de l'adulte et la lucidité de l'adolescent ont tôt fait de transformer le rêve de nature en cauchemar, jusqu'à l'effroyable coup de théâtre qui fait basculer l'histoire dans la terreur et la folie.
    Cette adaptation du chef-d'oeuvre de David Vann (prix Médicis étranger 2010) signe la première incursion dans le roman graphique d'Ugo Bienvenu, l'auteur désormais célébré de Paiement accepté, Préférence système et du tout récent Total.

  • Lux (tp) Nouv.

    Thomas G. Edwards, « light designer » talentueux et estimé, s'ennuie poliment auprès d'une compagne qui ne parvient pas à lui faire oublier son amour de jeunesse. Son quotidien ronronnant est troublé lorsqu'il hérite de son oncle fantasque un hôtel délabré sur une petite île du sud de l'Italie.
    Ne sachant trop que faire de ce patrimoine insolite, Thomas se rend sur place afin de le mettre en vente. À son arrivée, il découvre que l'Hotel Zelda est investi par une clientèle extravagante bien décidée à occuper les lieux.
    Texte onirique où se devine l'influence de Fitzgerald et de García Márquez, Lux est une ode à la mélancolie douce et au pouvoir de l'imagination.

  • À l'origine d'un one-woman-show joué par l'auteure à Broadway. La pièce est le résultat de plus de 200 interviews de femmes, auxquelles l'auteure a demandé de s'exprimer sur ce sujet tabou. Présente le texte intégral de la pièce dans une nouvelle traduction. Edition augmentée de onze nouveaux monologues.

  • Alors qu'une sonde robotisée se pose enfin sur Mars, prélude à une première mission habitée vers la planète rouge, Elma York embarque à bord de la navette qui la ramènera sur Terre après une affectation de trois mois sur la Lune.
    Mais le retour ne se passe pas comme prévu : un incident contraint son appareil à se poser en urgence dans un champ désert, loin du lieu d'atterrissage initial.
    Un groupe de terroristes appartenant au mouvement Earth First en profite pour prendre en otage l'ensemble des passagers du vaisseau. Leurs revendications sont simples : l'arrêt de la conquête spatiale et la réaffectation du budget à la survie sur Terre.
    Est-ce que cette action violente va ruiner tous les espoirs de la Lady Astronaute d'aller sur Mars ?

  • "Personne ne peut expliquer vraiment qui il est ni ce qu'il aime. Il y a trop de paramètres cachés et mystérieux. Pour créer, je me sers de ces choses qui sont terriblement secrètes et ancrées en moi, de souvenirs très importants. Plus j'avance, plus je reviens en arrière, plus j'aime l'intouchable que j'étais."

    Les souvenirs bruts et incandescents de la plus singulière étoile de la chanson française.
    Enfant d'une famille italienne aimante mais chaotique, jeune dragueur de Saint-Germain-des-Prés, fan d'Elvis et de John Lee Hooker, version frenchy de James Dean, dandy moustachu en smoking crème, fou de bagnoles, chasseur de sons aux verres fumés, Christophe a traversé avec élégance les époques sans jamais se démoder.
    Du Golf-Drouot à la salle Pleyel, du hit-parade au frisson underground, ses souvenirs dessinent une autre histoire de la chanson française. Esthète, obsessionnel, anticonformiste, Christophe s'apprêtait à publier le récit sans filtre de son existence quand la mort s'est interposée.

  • Garder le cap

    Sempé

    En feuilletant les pages de ce nouvel album, nous sommes comme chaque fois incroyablement touchés par la délicatesse du trait, la subtilité et la mélancolie de l'esprit de Sempé. Se dégage aussi des dessins une forme d'élégance morale, discrète et toujours amusée.
    La plume de Sempé traduit sa vision tendrement ironique de nos travers et des travers du monde. Dans ce livre, on retrouve le meilleur de l'humour fin, subtil et allusif, allié à un formidable sens du dérisoire, qui caractérise toute l'oeuvre de Sempé.

  • La part de l'ange Nouv.

    Tandis que les festivités de Noël battent leur plein, un cadavre est retrouvé près d'un bassin minier de Noor, l'île la plus au nord de l'archipel du Doggerland. Ce qui ressemble au premier abord à un accident se révèle être un meurtre savamment dissimulé.
    Heureuse d'avoir une bonne raison d'échapper à des fêtes de famille déprimantes, l'inspectrice Karen Eiken Hornby se lance dans l'enquête.
    La veille du Nouvel An, un autre crime est commis, cette fois en lien avec la distillerie de whisky locale. Les choses se compliquent lorsque Karen prend conscience que ses proches semblent en savoir plus qu'il ne le faudrait sur les deux affaires.
    Des secrets de familles, dans une nature toute-puissante. La Part de l'ange se savoure comme un bon whisky.

  • Berlin, 1945. Dans le feu des derniers combats qui marquent la fin du IIIe Reich, Pierre Bénézet, un jeune Français, assiste à la mort d'un officier de la Luftwaffe. Récupérant ses papiers militaires, il découvre, stupéfait, qu'il s'agit de son quasi homonyme : Peter Bénézet.
    Soixante-quinze ans plus tard, Chloé, jeune archiviste passionnée, découvre les mystères qui entourent la vie de Pierre Bénézet, son grand-oncle. Elle décide de plonger dans le passé familial. D'énigme en énigme, de fausses pistes en révélations spectaculaires, d'espoirs en découragements, son enquête généalogique va entraîner Chloé du Languedoc à l'Afrique du Sud, de la Sibérie à Berlin, du XVIIe siècle à nos jours, sur la trace de ses ancêtres, protestants éparpillés à travers le monde suite à la révocation de l'édit de Nantes et aux persécutions qui l'ont suivie.

  • Ce livre raconte une histoire commune en un récit à plusieurs voix, éclaté dans l'espace et le temps :
    celui qui unit les jeunes de la génération climat autour d'un destin commun. L'avenir de la planète les lie au-delà de leurs différences. Nous découvrons le quotidien d'Arshak, le jeune violoniste qui a lancé la première grève pour le climat en Russie, de Howey, qui risque chaque jour la prison pour alerter le peuple chinois sur la crise climatique, ou encore d'Hilda l'Ougandaise qui doit son engagement à sa grand-mère.
    Le livre analyse aussi la figure tutélaire de Greta Thunberg et rappelle les grandes étapes des mouvements écologistes. Perreau parvient à restituer les maux et la langue de la génération climat, mais aussi leurs espoirs et leurs cris.

  • En orbite autour de la Terre, Ciudad de Cielo est la première marche permettant à l'humanité d'atteindre les étoiles. Décrite comme un lieu utopique où le crime n'existe pas, la station spatiale est néanmoins contrôlée par des gangs qui se livrent une guerre sans merci : prostitution, contrebande et racket sont omniprésents. Jusqu'ici, les autorités ont toujours fermé les yeux. Mais les choses vont changer : un cadavre vient d'être découvert, flottant en mille morceaux dans la microgravité de cette ville dans le ciel.
    L'enquête sur ce meurtre est confiée à Nikki ' Fix ' Freeman. Corrompue jusqu'à la moelle, c'est peu dire qu'elle n'est pas ravie d'être chaperonnée par Alice Blake, une jeune envoyée du gouvernement terrien fraîchement arrivée sur la station et particulièrement stricte dès qu'il s'agit du règlement.
    Alors que les morts s'accumulent, les masques vont finir par tomber, et les vraies raisons de ce déchaînement de violence se révéler au grand jour.
    Sous les dehors d'une enquête policière rondement menée, Chris Brookmyre explore dans ce face-à-face magistral entre deux femmes, et deux mondes, que tout oppose, les aspects les plus sombres de notre monde contemporain. Saluons l'entrée remarquée, et réussie, d'un grand nom du polar écossais dans la science-fiction.

  • "Maintenant que j'ai des photos d'elle, peut-être qu'à les regarder attentivement les traits de son visage s'inscriront à rebours dans ma mémoire. Peut-être qu'à force de la regarder elle reprendra vie, dans une boucle des synapses de mon cerveau. À défaut de me souvenir, arriverai-je, enfin, à l'imaginer ?"

    Christine Détrez a perdu sa mère à deux ans et demi et n'entendra plus jamais parler d'elle. Elle sera élevée par une autre femme, que de tout son coeur elle appellera maman. Devenue sociologue, épouse, mère à son tour, Christine Détrez s'autorise enfin le droit de savoir. Débarrassée de la peur et de la culpabilité, elle remonte avec ferveur le fil d'une vie, cherche, interroge, invente. À partir du souvenir d'un geste, celui d'une démarche, l'intonation d'un mot, mais aussi des comédies musicales qui ont bercé son enfance, elle érige le portrait d'une femme libre et passionnée, faisant ainsi de sa mère une véritable héroïne romanesque.
    Entre enquête de terrain et coïncidences magiques, un récit littéraire fascinant qui pose la question de l'identité face aux silences et aux secrets de famille.

  • Natsuki n'est pas une petite fille comme les autres. Son meilleur ami est un hérisson en peluche qui la somme de sauver les Terriens, et elle passe tous ses étés à la montagne avec son cousin Yû, espérant qu'un vaisseau spatial la ramène d'où elle vient vraiment. Quand un événement menace de séparer les cousins pour toujours, ils se font une promesse : survivre, quoi qu'il arrive.
    Des années plus tard, Natsuki est mariée et semble mener une vie normale. Mais les ombres de son enfance refont surface et la jeune femme se réfugie chez Yû. Parviendront-ils à tenir leur promesse ? Pour cela, ils devront se reconnecter à leur âme d'enfant et s'engager dans une aventure extraordinaire.
    Voyage cosmique exaltant, Les Terriens interroge notre perception du bonheur et de la conformité.

  • Depuis la parution en 2011 de L'Art de voler dans la collection Denoël Graphic, les lecteurs conquis réclament souvent une édition de plus grand format qui rendrait mieux justice au travail graphique de Kim et autoriserait une lecture plus confortable des textes, souvent copieux. Considérant que ce titre, avec sa suite, L'Aile brisée, constitue désormais l'un des classiques modernes de la bande dessinée mondiale, nous avons décidé à la faveur de ce dixième anniversaire de satisfaire cette requête. Voici donc, rassemblés en un seul volume relié de 500 pages, d'un format supérieur aux parutions originales, les destins symétriques d'Antonio Altarriba père et de son épouse Petra, qui donnèrent naissance à Antonio Altarriba fils, l'auteur. Côte à côte, ils tracent une formidable fresque espagnole, l'épopée de ces sans-grade qui traversèrent avec une bravoure et une dignité désormais inconnues sous nos latitudes un siècle noir de guerres civile et mondiale, de souffrances, de privations, d'humiliations et d'espoirs jamais vaincus. Cet omnibus constitue en quelque sorte l'édition de bibliothèque définitive d'un diptyque dont se sont emparés aussi bien les lecteurs européens que les instances universitaires.

empty