FeniXX réédition numérique (Éditions Robert Laffont)

  • « Voir, se toucher, s'écouter, se parler, se sentir, c'est le quotidien de la sexualité, pour ne pas dire le mode d'emploi. » Hommes et femmes ne sentent pas, ne désirent pas, ne parlent pas avec le même langage du corps. La méconnaissance de cette divergence est flagrante aujourd'hui dans la tension qui se manifeste au sein des couples. Sans nos sens, pas de communication, ni avec les autres ni avec le monde. Reconnaître nos différences dans la façon d'apprécier « la beauté d'un paysage, l'harmonie d'une mélodie, la finesse d'un mets, la douceur d'une caresse, la senteur d'une fleur », c'est aussi admettre nos différences psychologiques et ainsi reconnaître l'autre et l'accepter. Communiquer, c'est partager. Dans la mesure où nous sentons et éprouvons autrement, nous ne sommes jamais sûrs de bien nous comprendre et nous nous sentons frustrés. Nous nous interrogeons : « Je sais que tu sens, mais je ne sais pas comment tu sens. » Les auteurs, trois femmes médecins, enseignantes en sexologie, psychiatres et sexothérapeutes, en explorant pour nous tous les registres de l'ouïe, du toucher, de la vue, du goût et de l'odorat, nous aident à découvrir ces nuances subtiles qui distinguent la sensibilité de l'homme et de la femme et, partant, à échapper aux pièges du féminisme et de la phallocratie.

  • Décidée à devenir, coûte que coûte, éducatrice à l'Ecole orthogénique de Chicago qui accueille des adolescents psychotiques, Geneviève Jurgensen suit d'abord à l'Université les cours de Bruno Bettelheim. Puis, à sa demande, elle tente la grande aventure, celle qui va la confronter à ces filles-enfants étranges dont il lui faut patiemment, très patiemment, faire la conquête. L'expérience sera souvent douloureuse, bouleversante, désespérante. Mais peu à peu, tout en prenant conscience de ses faiblesses et de ses forces, elle deviendra capable d'assumer ses « shifts », ces longues tranches horaires au cours desquelles l'éducatrice a la charge totale des enfants. Elle apprendra à les aimer, à s'en faire aimer et à n'être plus vulnérable à leur agressivité ou à leurs humeurs. Derrière cet ouvrage attachant et sincère, on perçoit l'influence constante de Bruno Bettelheim, celle d'un homme exigeant qui demande à ceux qui vont à lui un engagement absolu, un homme avec lequel on ne peut jamais tricher et qui vous conduit, peu à peu, à ne plus pouvoir tricher avec soi-même.

  • Notre monde a plus changé dans les dernières décennies que pendant les millénaires qui avaient précédé. Progressivement, nous sortons du monde patriarcal, du « paradis mâle ». Et, dans le même moment, pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, nous vivons dans des sociétés qui ne sont plus fondées sur la religion et le sacré. Fin de cette invention masculine qu'était le Père, fin de la religion, tout au moins sous ses formes traditionnelles : ce sont là beaucoup de choses nouvelles, et en peu de temps. En comparaison, on serait presque étonné de la relative minceur des changements apparents. La famille est encore là, on se marie toujours autant, les mâles tiennent fermement les postes clés de la société et les églises sont presque pleines. Mais tout un ensemble de signes se développent, témoignant d'un très profond désarroi : l'ennui, le sentiment de solitude, la fatigue ; l'augmentation de l'angoisse, des dépressions, de l'insomnie, des maladies psychosomatiques, de la consommation des tranquillisants et des médicaments psychotropes ; l'alcoolisme et la drogue ; les difficultés entre adultes et adolescents, entre hommes et femmes ; certaines incertitudes du croyant quant à sa foi ou à son Eglise, du militant quant à son parti ou à son syndicat ; une allergie à la violence qui reflète un profond sentiment d'insécurité, alors qu'en même temps, se manifeste un véritable appétit pour l'imaginaire de cette même violence... Tout ces symptômes, comment chercher à les résoudre sans les comprendre en profondeur et par rapport à leur cause réelle : ce heurt du passé et du futur en chacun de nous ? Si, aujourd'hui, tout paraît être devenu problématique, confus, insaisissable, si rien, du plus simple au plus grave, ne parait plus aller de soi, c'est faute aussi d'une perspective d'ensemble. C'est à ce besoin général d'un tel éclairage qu'essaie de répondre ce livre, écrit avec les mots de tous les jours. Cette volonté de simplicité, non de simplification, va de pair avec le constant souci de l'auteur de faire partager, au travers des souvenirs et des anecdotes, une riche expérience personnelle de psychanalyste, de sociologue et d'homme profondément engagé dans son époque.

empty