FeniXX réédition numérique (Terre de brume)

  • Minorité, ethnie, région, nation, peuple... autant de mots pour traduire des options idéologiques opposées. La Bretagne possède une langue originale dont l'avenir dépend étroitement de son utilisation médiatique. Moyen de communication sociale, la langue bretonne peut-elle survivre, quand le peuple qui la parle subit chaque jour une assimilation progressive. L'exemple breton est abordé sans détours : aspect conceptuel, explication historique, approche sociologique angle politique... Ce livre souligne le rôle fondamental des médias dans le processus de changement culturel : de l'agression au renouveau. Marginalisée dans les systèmes médiatiques et scolaires, la langue bretonne a-t-elle un avenir ? Ce livre propose la seule voie qui paraisse acceptable pour l'existence du breton : la reconnaissance d'un statut d'égalité avec le français.

  • Le nabab-colonel René de Madec est maintenant mieux connu que lors de la première édition de ce livre. En effet, depuis une dizaine d'années, les événements de cette période de décomposition de l'Empire Mogol et la rivalité franco-anglaise en Inde intéressent de plus en plus le public ; de nombreuses publications en font foi. Mais qui était le vrai René Madec ? Il est né pauvre. Il a débuté sa carrière à neuf ans comme moussaillon. A dix-sept ans, il a commencé à combattre dans les troupes de Dupleix. A vingt-quatre ans, prisonnier des Anglais, il a participé à leur conquête du Bengale. Plus tard, il est devenu partisan au service de différents princes qui l'ont apprécié et lui ont donné ses premiers titres de noblesse. Puis, sur l'intervention du gouverneur de Chandernagor, il se met au service de l'empereur mogol qui le fait nabab de premier rang et lui donne de nouveaux titres prestigieux. De plus, Madec obtient de l'empereur la promesse de concéder à la France un territoire important si celle-ci lui fournit des troupes pour refouler l'Anglais. L'affaire n'a pas de suite et Madec est contraint de quitter l'Inde à quarante-trois ans, jalousé par les nobles mogols. De retour en France, après avoir été nommé colonel, il est décoré de l'ordre de Saint-Louis et anobli. Il s'éteint le 28 juin 1784 dans sa Bretagne natale.

  • Alors que l'Empire romain sombre dans le chaos, les Celtes donnent le ton à l'Europe chrétienne des temps barbares ; l'Irlande et le Pays de Galles déversent sur les côtes du continent, retombé dans un état de paganisme larvé, tout un flot de missionnaires qui y resèment les grains d'un christianisme pur. Plus tard, aux VIe et VIIe siècles, les monastères celtes seront des écoles renommées où l'on accourra d'Angleterre, et même du continent. Plus tard encore, les moines irlandais joueront un rôle essentiel dans la renaissance carolingienne. Mais Rome décide que les Celtes doivent reconnaître son autorité et s'aligner sur les usages romains. Ils refusent. C'est le début d'une querelle qui atteindra bientôt un degré d'une extrême violence. L'Église celte - église monacale - est très différente, à la fois dans son organisation et dans son esprit, de l'Église romaine. Deux conceptions du monde et du christianisme, deux "cultures" vont s'affronter... De cette opposition et de ses conséquences naîtra la synthèse qui prépare le Moyen Age et, par là-même, les origines du monde moderne.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Le Mont Saint-Michel, un des monuments les plus visités du monde, a connu une histoire riche en rebondissements. Sa situation géographique, aux frontières de la Bretagne et de la Normandie, a fait de lui, de tout temps, le sujet de discordes, de convoitises et de guerres. Mais la beauté exceptionnelle de ce site et son caractère mystique ont donné naissance, depuis la nuit des temps, à nombre de traditions et de légendes plus fantastiques les unes que les autres. Ce sont quelques-unes de ces légendes, d'hier à aujourd'hui, que nous conte ici Édouard Le Rossignol.

  • L'histoire de la ville d'Ys, une des célèbres légendes de Bretagne, est celle de l'éternel combat entre le bien et le mal , entre Dieu et le Diable et peut-être aussi celui du christianisme contre l'antique religion celte.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Une enquête minutieuse et plus de deux mille photographies recueillies auprès des anciens d'un pays de bocage ont fourni la matière première de cet ouvrage illustré et de l'exposition itinérante sur l'univers paysan et ouvrier mayennais qui l'a précédé. Mémoires des humbles? Ethnologie? Roman-photo d'un siècle dans le bocage? Tout cela, sans doute. Avec en plus, la chaleur et l'humour de l'auteur.

  • Quand, en janvier 1998, une de ses étudiantes disparaît à Belfast, Hippolyte Braquemare s'envole pour la capitale de l'Irlande du Nord. Le professeur de civilisation irlandaise de l'université de Rennes 2 connaît bien le monde tourmenté de l'Ulster. Mais, quand il arrive sur place, il trouve une effervescence anormale : la paix se prépare. Aussi les paramilitaires catholiques et protestants s'emploient à se reconvertir dans des activités aussi lucratives que celles exercées pendant les trente années des « Troubles ». Braquemare retrouve ses amis loyalistes et républicains et navigue en eaux troubles. Accompagné de son ami le journaliste Lebovers, maître redoutable du jeu de mots, Hippolyte (« H » pour les intimes) tente d'échapper aux services spéciaux britanniques et irlandais ainsi qu'aux maffias de tous bords. Trouver la jeune étudiante se révèle difficile et dangereux. Alors que bombes et voitures piégées ne cessent d'exploser, le professeur, lui, n'a pour seule arme que son téléphone portable. Mais H porte bien ses cinquante ans et se remet de ses émotions avec un Black Bush, son whiskey favori, que sa compagne, la belle Irlandaise nationaliste Eileen, déguste d'une bien étrange façon. Le retour à la paix en Irlande sert de décor à ce polar différent où la réalité dépasse systématiquement la fiction mais où l'humour nord-irlandais ne perd jamais ses droits. Belfast Blues est le premier roman d'une trilogie celtique, « Du sang sur la paix », qui emmènera H d'Ulster en Écosse, puis en Bretagne.

  • Les récits de Paul Arène, de Frédéric Mistral, de Joseph Roumanille et de quelques autres trouvères moins célèbres.

empty