Indigène éditions

  • Mariel Primois, surgie de la contre-culture des années soixante-dix, dernière compagne de Jean-François Bizot - le fondateur d'Actuel et de Radio Nova - adhère en 2016, comme beaucoup de Français, à l'imprévisible mouvement En Marche. Son journal de campagne n'est pas sans rappeler L'Ingénu, ce conte philosophique de Voltaire où un Huron découvre la France de 1767. En découvrant ces ovnis, ces "digital natives" dont l'absence de culture politique est sidérante, elle s'interroge : sont-ils bidon ou au contraire l'avant-garde d'une "post-post vérité" dont Macron est le signe ? Autre charme de l'ouvrage : les adresses délicates à Mai 68, dont on célébrera le cinquantenaire en 2018, comme un miroir qui lui-même s'efface...

    Directrice artistique de plusieurs magazines, Mariel Primois a surtout travaillé aux côtés de Jean-François Bizot à Actuel, Nova mag et sur différents beaux-livres consacrés à la contre-culture et à sa presse : Underground l'histoire (Denoël, 2001), Free press (Panama/Actuel, 2006), Une bonne correction (Panama, 2005), New Wave (Panama/Actuel, 2007). Elle a aussi publié la compil Actuel, les belles histoires (La Martinière, 2011).

  • « La prison : c'est l'image-repère que j'ai trouvée pour décrire la période historique que nous traversons. Rien de moins : à travers la planète, nous vivons incarcérés. » L'auteur lance une diatribe contre les méfaits du capitalisme financier ; « l'équation du Goulag : «criminel = forçat», a été reformulée par le néolibéralisme pour devenir «travailleur = criminel caché» » ; le bavardage des geôliers qui n'ont qu'un but « nous persuader que la terre est un endroit dangereux » ; « l'homme est présenté comme un lâche, seuls les gagnants sont braves » ; contre les gouvernements « dociles, qu'ils soient de droite ou de gauche, en rabatteurs de troupeaux ». Mais. John Berger a quelques lignes de repères à suggérer pour vivre et agir dans ce présent.  Écoutons ce co-détenu.

empty