Policier & Thriller

  • L'enfer des masques

    Jacques Barbéri

    • La volte
    • 7 February 2019

    Si l'on excepte ses tendances lunatiques - ainsi qu'elle préfère les nommer -, Nora Keller est une jeune fille ordinaire, férue de cinéma, cultivant la différence et les crises existentielles en plus d'exécrer les secrets. Surtout ceux qui entourent son père, et que sa psychanalyste de mère persiste à protéger contre son obsession de vérité. Quand Nora découvre une piste sur l'identité de son géniteur, elle s'y précipite en compagnie de Régis, matheux cinéphile et petit ami en devenir. Retrouver son paternel depuis le coeur de Nice n'est cependant pas mince affaire, a fortiori lorsque le candidat le plus pertinent se relève aussi le plus défavorable à l'idée d'avoir une fille... En contre-point, l'infortunée Priscilla se morfond dans la clinique où elle s'est réveillée amnésique et paralysée, quelque part dans la baie de San Francisco. Elle ne manque pourtant pas d'amour en la présence de Nick Dickovski, son époux, qui la veille jalousement tout en assurant le programme de sa rééducation, mais d'étranges phénomènes ne tardent pas à immiscer le doute en elle. Pourquoi lui promet-on une sortie qui n'arrive jamais? Pourquoi les télécommandes rampent-elles au sol comme des insectes? Et pourquoi personne ne veut répondre à ses questions? Le temps, la mémoire, la perception du réel, les métamorphoses de la chair: autant de thèmes chers à Jacques Barbéri qu'il aborde avec un oeil passionné de cinéaste. Ce thriller psychédélique, flirtant avec le rêve et les bestiaires de toutes sortes qui firent sa réputation, annonce un terrifiant voyage sans retour, entre possibles scientifiques et monstruosité de l'amour.

  • Qui est Tony Montaldi? Qu'un ex-flic s'exprime en latin, il y a de quoi douter. Qu'il confie à Karen Novalsky, une privée, la recherche de sa moitié schizophrénique, « disparue » sans laisser de trace et c'est tout l'univers qui bascule dans un verre de scotch-benzédrine. Dessoûlée, Karen découvre rapidement qu'elle n'est pas seule sur la piste.

    Mais quel rapport Montaldi et son double perdu peuvent-ils entretenir avec la révolte des modz sur Europe? Avec les facéties d'Anima, une intelligence artificielle en butte à la mélancolie? Quel lien avec l'astronaute Abraham Flighenstein de retour de la Nébuleuse de la Tarentule? La mort d'un ingénieur de la Compagnie de Navigation, en pleine dérive synaptique? Les peines de coeur du lieutenant Katleen Slovotba? La reconversion de Gros-Boeuf en lapin dealer? Et avec les tiraillements d'une poignée d'universicules?

    Tony Montaldi pourrait aussi bien être la clé d'un complot aux dimensions interstellaires qu'un McGuffin jeté par un dieu ivre à ses ouailles défoncées. Mais si une Danseuse a pris la peine de quitter la fin des temps pour venir mettre de l'ordre du côté de Narcose, c'est que manifestement, « un frottement de branes et de cordes, d'étincelles quantiques » ont fini par mettre « le feu aux poudres de la Structure. » Dernières nouvelles! On annonce l'évasion de Belzébuth et de sa bande de mouches

    Le Tueur venu du Centaure déroule un récit qui, ainsi que le définit Jacques Barbéri, «passe le cyberpunk et le polar hard boiled à la moulinette de l'avant-pop!»
    Une délectation où la langue tortille comme une « plastiqueue », suave, neuve. Fourrageusement rabelaisienne.

    Le Tueur venu du Centaure est le troisième volet, inédit, du tryptique de Narcose.

  • Qui a tué Pricilla Rosetawer»? Harry Botkine est un artiste consacré, un as du rodéométathrombix, des concerts en perfusion collective. Lorsqu'il reçoit le corps de son amie, momifié dans un cocon en soie d'araignée, il est déjà trop tard. Quant au message accompagnant le crime, délivré par une grenade de pollen métabolique, il est au-delà de l'obscur, jouant « toutes les couleurs du noir ».
    À une vitesse hallucinée, passant entre les mains, les bouches et les symbiotes sexuels de femmes voraces et volup-tueuses, Harry remonte le fil. Ou n'est-ce pas plutôt qu'il s'englue dans la toile tendue par le meurtrier»? Narcose. Psychose»? Harry Botkine n'est-il pas le premier suspect»? Ce n'est qu'au bout d'un voyage d'un érotisme torride et angoissant, en ayant « acquis, comme les rêveurs, le don de se voir agir » qu'Harry touchera au coeur de la psychomachination.

  • Milieu du XXème siècle. Menant un combat acharné contre le conformisme académique, le psychanalyste Wilhelm Reich démontre l'existence d'une force issue de la libido : l'énergie orgonique.

    1365. Alors qu'il accompagne contre son gré le roi Pierre IV en Sardaigne, l'inquisiteur Eymerich se retrouve aux prises avec de tortueux complots royaux et doit enquêter au coeur d'un très ancien culte païen.

    Un proche avenir. La mort rouge a ravagé la planète. Au sein des fédérations de fortune constituant l'Amérique, tout contact entre hommes et femmes est formellement prohibé.

    Les mystères et les cauchemars interfèrent, temps et espace vacillent, alors que Nicolas Eymerich se dresse contre les ennemis de l'Ordre et de la Foi.

    Ce quatrième volume des aventures d'Eymerich marque une étape importante dans la série. Plus long, plus complexe, il commence à dévoiler le projet global d'Evangelisti. Le schéma général de l'histoire du futur « évangélique » se met en place, et il est frappant de constater combien cet avenir dystopique plonge ses racines dans le passé, et plus précisément à l'époque d'Eymerich.
    Toutes les époques possèdent leurs inquisiteurs !

    Et pour ceux qui ignorent encore tout du redoutable dominicain, cette histoire d'horreur aux accents quasiment lovecraftiens constitue une excellente entrée en matière.

empty