Presses de l'Université du Québec

  • La nécessité pour les organisations de définir des terrains d'entente avec les groupes, les organismes et les individus qui peuplent leur environnement est aujourd'hui devenue très évidente. Ce domaine d'expertise est celui des relations publiques. Le présent essai est le premier qui, en français, fait le pont entre les prescriptions de la théorie et les réalités de la pratique en relations publiques. Il jette les bases d'une vision - voire d'une philosophie - moderne de cette sphère.

    L'auteur explore la définition même des relations publiques, énumère les types de pratiques dans ce champ et la relation ambiguë qu'il entretient avec le marketing. À partir d'un portrait de l'évolution de l'importance des relations publiques depuis un siècle, puis des obligations éthiques et professionnelles inhérentes à cette profession en émergence, il soutient qu'il n'existe pas de relations publiques efficaces qui ne soient éthiques. La dernière partie de ce livre se penche sur la relation aussi essentielle que difficile entre les relationnistes et les journalistes. L'auteur conclut avec un appel aux relationnistes afin qu'ils prennent leur place dans un contexte où les relations publiques sont plus nécessaires que jamais.

    Cet ouvrage saura intéresser les relationnistes, les universitaires et les étudiants de toute la francophonie.

    Au fil de quelque 40 années de pratique, Guy Versailles, ARP, FSCRP, a développé une expertise en stratégie et planification des relations publiques et des communications. Il a travaillé comme secrétaire de presse et chef de cabinet pour différents ministres du gouvernement du Québec, a été responsable des relations de presse et de la gestion des communications de crise à Hydro-Québec, de même que vice-président Affaires publiques et membre du comité de direction au Fonds de solidarité FTQ. Il a également été président du conseil d'administration de Relations publiques sans frontières. Il agit actuellement à titre de consultant. En 2011, il a reçu le prix Yves Saint-Amant, la plus haute distinction décernée par la Société québécoise des professionnels en relations publiques.

  • Le capital symbolique d'une organisation peut être profondément marqué, voire déterminé, par les médias sociaux. Jamais la réputation n'a été plus cruciale que dans nos sociétés contemporaines. Dans ce nouveau contexte, quelles sont les bonnes pratiques à adopter pour minimiser le risque que constitue la communication numérique?

    Cet ouvrage réunit les réflexions d'enseignants-chercheurs nord-américains et européens issus de disciplines variées et celles de professionnels, d'experts et de praticiens. Offrant un regard pluriel sur les phénomènes d'e-réputation et d'influence, le livre aborde, autant par des articles théoriques que par des études de cas, la construction et la définition des dynamiques d'e-réputation et d'influence, les cadres juridiques, les pratiques et enjeux qui y sont liés ainsi que les communautés virtuelles et l'innovation. Autant d'entrées possibles pour appréhender de façon opérationnelle les enjeux d'e-réputation ainsi que les influenceurs qui sont à l'oeuvre dans les relations publiques en ligne des organisations..

  • Nous sommes tous exposés à des risques météorologiques et climatiques pouvant avoir des conséquences plus ou moins importantes sur notre quotidien. De nombreuses organisations, dans lesquelles oeuvrent des professionnels provenant de plusieurs horizons, disposent de moyens pour prévoir et gérer ces risques. Communiquer adéquatement les enjeux aux personnes potentiellement concernées et aux divers acteurs de la gestion de ces situations problématiques est essentiel pour en diminuer les effets nuisibles.

    Le présent ouvrage veut faire comprendre le rôle de la communication dans la gestion du risque. Des praticiens et des chercheurs y partagent leurs expériences et leurs observations et offrent au lecteur, par leurs exemples, réflexions et exercices pratiques, une panoplie d'outils visant à améliorer la communication et la compréhension des phénomènes qui touchent la circulation des messages.

    Ce livre aborde les notions relatives à la communication de risques, la pratique de la communication proprement dite et la communication dans le contexte du numérique et de ses répercussions collectives. Il permettra au lecteur, qu'il soit un professionnel ou un étudiant en gestion de risque ou en communication, de mieux participer à la mise en place de stratégies de communication efficaces et pertinentes pour minimiser les conséquences négatives des crises.

  • Le présent ouvrage actualise la conception des interactions entre les professionnels des relations publiques - qu'ils oeuvrent dans le secteur privé, public, culturel, militaire ou politique­ - et les journalistes. Il revisite les approches dites traditionnelles (oppositionnelles, d'amour/haine ou axées sur l'interdépendance) et propose d'autres perspectives pour appréhender les nouvelles dynamiques suscitées notamment par la révolution numérique.

    Ces transformations entraînent-elles de nouveaux rapports de force entre les acteurs de l'information et ceux qui orchestrent la communication ? Quelles sont les influences des médias sociaux sur ces acteurs et leurs interactions ? Les professions des relations publiques sont-elles toujours aussi distinctes ?

    Entretiens avec les acteurs, analyses de corpus et enquêtes en ligne constituent quelques-unes des méthodes utilisées par les auteurs pour scruter les échanges et les particularités de différents contextes de travail au Canada, en Belgique, en France et en Italie.

    Ce livre s'adresse aux chercheurs et aux étudiants en journalisme, en rela­tions publiques et en science politique, de même qu'aux praticiens qui s'intéressent aux bouleversements que connaissent les professions de médiatisation de l'information.

  • Le présent ouvrage s'attache à examiner les tendances communicationnelles à l'ère des bad buzz, des situations de communication sensible et des polémiques dans les médias socionumériques. L'auteur analyse les facteurs déclencheurs de ces crises de même que leurs foyers de développement et leurs mécanismes de diffusion. Il étudie également les stratégies de réaction que les entreprises élaborent pour y faire face. Quelles erreurs ces organisations ont-elles commises, et quels échecs ont-elles subis? Quelles ont été les pratiques et les approches optimales? Le livre, in fine, offre une réflexion sur ce qu'est la rhétorique du Web social.

  • Introduction aux relations publiques ; fondements, enjeux et pratiques Nouv.

    Dans un contexte professionnel bouleversé par les avancées technologiques - médias socionumériques en tête -, la surabondance d'informations, le triomphe du populisme et l'ère des «faits alternatifs», l'accentuation des inégalités et le cynisme que cela peut engendrer à l'endroit des institutions, les relationnistes ont aujourd'hui à affronter de nombreux défis.

    C'est pourquoi, huit ans après la parution de la quatrième édition du livre phare de Danielle Maisonneuve, Les relations publiques dans une société en mouvance, le présent ouvrage fait le point sur l'exercice de la profession de relationniste - autant en ce qui a trait aux théories qui constituent ses fondements et aux enjeux auxquels elle fait face qu'aux pratiques actualisées qu'elle commande. Ce livre regroupe les contributions d'universitaires et de praticiens reconnus du domaine des relations publiques au Québec. Dans une optique pédagogique, chacun des chapitres est suivi de questions de réflexion permettant d'approfondir l'analyse. Une partie se consacrant à des études de cas complète le tout.

    Cet ouvrage s'adresse d'abord aux étudiants en relations publiques. Les professionnels s'y intéresseront également, que ce soit pour rafraîchir leurs connaissances théoriques, pour prendre acte des meilleures pratiques dans le domaine ou pour confronter leur point de vue à une perspective critique transversale.

  • Dans un contexte médiatique hybride, où cohabitent les médias traditionnels et numériques, l'accélération du rythme de production et de diffusion de l'information impose une forte pression sur les gouvernements aux prises avec une crise politique. Pour arriver à coordonner leurs messages et à imposer des cadres d'interprétation, les partis politiques québécois au pouvoir opèrent depuis 15 ans une centralisation de la gestion stratégique de leurs communications. Cette transformation de la communication gouvernementale, désormais ancrée dans un esprit de campagne permanente et pilotée par le Bureau du premier ministre au sein du ministère du Conseil exécutif, vise, entre autres, à mieux gérer les crises en recourant aux ressources de l'administration publique.

    Les auteurs du présent ouvrage se demandent si, dans ce contexte médiatique où domine la pression de l'instantanéité de l'information, il est toujours judicieux pour un gouvernement de réagir rapidement à une crise communicationnelle. Ils analysent trois cas de gestion de crises gouvernementales qui ont été largement médiatisées et qui ont marqué les dernières années au Québec : l'adoption de la loi 78 dans le cadre du conflit étudiant de 2012, le déraillement ferroviaire de Lac-Mégantic en 2013, et les événements menant à la démission de l'ancien ministre Yves Bolduc en 2015. Ce livre montre que la centralisation des opérations communicationnelles ne permet pas d'endiguer tous les types de crises gouvernementales et révèle également une participation asymétrique de l'administration publique lorsqu'une crise ébranle un gouvernement.

    Véronique Prince détient une maîtrise en science politique de l'Université Laval. Journaliste depuis 15 ans, elle est correspondante parlementaire à l'Assemblée nationale du Québec depuis 2013. Elle s'est jointe en 2017 au bureau de la Société Radio-Canada de l'Assemblée nationale et a assumé en 2018-2019 la présidence de la Tribune de la presse du Parlement du Québec.

    Thierry Giasson est professeur titulaire et directeur du Département de science politique de l'Université Laval. Il est le chercheur principal du Groupe de recherche en communication politique et membre du Centre pour l'étude de la citoyenneté démocratique. Ses recherches portent sur les modes numériques de communication politique, les transformations du journalisme, l'amplification médiatique et l'incidence des pratiques de marketing politique et électoral sur la vie démocratique.

  • Les médias sociaux ne sont pas étrangers aux relations publiques. Au contraire, l'essence même des relations publiques est la création de liens sociaux avec les différents publics des organisations. Toutefois, si la constitution d'un capital social demeure l'objectif principal des relations publiques, les pratiques professionnelles se transforment avec l'usage des médias sociaux.

    Cet ouvrage, réunissant les contributions de chercheurs et de praticiens professionnels des communications numériques du Canada et de la France, comporte des articles scientifiques, des études de cas, des bilans et perspectives, et des outils. Il fournit des repères théoriques, mais aussi des études de cas sur l'utilisation des médias sociaux à des fins de relations publiques. Des réflexions sont également proposées sur les tendances dans les médias sociaux, sur les principes fondamentaux des relations publiques et sur la formation à offrir aux gestionnaires de communautés. Enfin, l'ouvrage recèle une boîte à outils qui répond aux besoins des organisations, que ce soit en matière d'intégration des médias sociaux, de stratégies de gestion de commentaires ou de règles d'usage des médias sociaux (nétiquette).

  • Pourquoi faire appel à un cabinet de relations publiques ? Quelle valeur ajoutée peut-on tirer de la consultation ? Quelle formation, quelle expérience et quelles habiletés les consultants doivent-ils posséder ? Comment répondre efficacement aux besoins de la clientèle et en même temps savoir gérer et rentabiliser un cabinet ? Voilà quelques-unes des questions auxquelles répond l'auteur de cet ouvrage en esquissant un portrait des meilleures pratiques de la gestion de la clientèle et de celle du cabinet lui-même.

    Il retrace aussi l'évolution des cabinets de relations publiques au Québec et celle des cabinets et réseaux mondiaux, permettant ainsi au lecteur de mieux saisir les changements profonds qui affectent aujourd'hui la pratique des relations publiques, particulièrement le développement fulgurant des médias sociaux. Les consultants exerceront-ils le même contrôle qu'auparavant sur la communication publique des organisations ? Quelles transformations les cabinets devront-ils opérer pour conserver le leadership de la communication ? Autant de questions fondamentales pour l'avenir de la profession des relations publiques et de sa pratique en cabinet.

    Cet ouvrage ne manquera pas d'intéresser les chefs d'entreprises, les conseillers en relations publiques tant dans les organisations que dans les cabinets, ainsi que les enseignants et les étudiants en relations publiques.

  • We are all exposed to meteorological and climate risks that impact our daily lives to some degree. A number of organizations with professionals from various areas of expertise provide solutions to prevent and manage these risks. It is critical to adequately communicate these issues to individuals who may be impacted and to the various actors involved in managing these problem situations to offset any harmful effects.

    The purpose of this book is to convey the role of communications in risk management. In this book, practitioners and researchers share their experiences and observations and through examples, reflections and practical exercises, they equip readers with a range of tools to improve their communications and understanding of events involving the transmission of messaging.

    This book deals with risk communication concepts, the actual practice of communications, communicating in a digital environment, and the overall repercussions. Readers who are either risk management and communication professionals or students are shown how they can assume an enhanced participatory role in implementing effective and relevant communications strategies that minimize the negative impact of crisis situations.

  • Les médias sont un lieu de transit de nos visions du monde. Leurs discours et leurs contenus sont autant de traces des mondes sociaux des acteurs qui les produisent, les coconstruisent, les font circuler: journalistes, relationnistes, publics citoyens, etc. Dans cette perspective, nous considérons les discours médiatiques comme des archives sociales permettant à la fois d'étudier les marques de coopération de ces sources d'information et les représentations qu'elles véhiculent. Proposer une analyse de cette problématique, c'est aussi démonter la jurisprudence médiatique qui conditionne, accompagne, influence nos perceptions du sens des événements ainsi filtrés et de notre environnement. C'est donc fouiller les représentations pour en comprendre les dynamiques.

    Le présent ouvrage propose une voie d'analyse des représentations médiatiques en considérant celles-ci comme concept à part entière. Il établit notamment des ponts théoriques, épistémologiques et méthodologiques entre les études du discours des médias et celles du discours argumentatif. Son objectif est de présenter une approche qui permet de comprendre et d'analyser l'évolution des débats publics médiatisés. Une étude de cas illustre la thèse par une analyse des relations entre Cuba et les États-Unis dans la presse américaine.

  • La communication de crise à l'ère du numérique Nouv.

    Cet ouvrage est le fruit de travaux de recherche menés depuis plus de 10 ans dans le domaine des relations publiques et de la communication organisationnelle. Il présente les grands concepts qui irriguent le champ de la communication de crise à l'ère du numérique et illustre les meilleures stratégies et pratiques développées et appliquées tant en Amérique du Nord et en Europe que dans le reste du monde. Il a pour ambition d'offrir aux étudiants, aux professionnels de la communication et à la communauté scientifique un état des connaissances théoriques et pratiques dans un contexte marqué par l'émergence de crises locales et planétaires atypiques et durables. Deux entrevues issues d'un projet de recherche (programme Savoir du Conseil de recherches en sciences humaines [CRSH]) sur l'évolution des pratiques de communication numérique - avec Santé publique Ottawa et le gouvernement ouvert du Canada - ainsi que le récit de l'expérience de la directrice de la communication de crise de la Gendarmerie royale du Canada y sont également présentés.

    L'usage des plateformes numériques et des médias sociaux à des fins de communication de crise occupe une place centrale dans cet ouvrage et en constitue le fil rouge grâce à l'analyse d'exemples tirés de l'actualité. Les théories et les concepts abordés sont systématiquement appliqués et illustrés à travers des études de cas.

    Ivan Ivanov, titulaire d'un doctorat en communication organisationnelle de l'Université de Toulouse (France), est professeur agrégé au Département de communication de l'Université d'Ottawa. Auteur de plusieurs travaux scientifiques dans le domaine des relations publiques, il s'intéresse à l'évolution des pratiques de communication et aux transformations des compétences professionnelles des communicants à l'ère du numérique. Ivan Ivanov a également été journaliste professionnel et praticien des relations publiques, notamment dans le domaine de la communication interne et des relations médias.

  • Des manifestants rémunérés ? Un groupe d'intérêt prétendument « citoyen », mais fondé et financé par une entreprise privée ? Une lettre d'opinion, autogénérée à votre insu, portant votre signature ? Voilà des exemples d'astroturfing, une stratégie de communication dont la source réelle est occultée et qui prétend à tort être d'origine citoyenne.

    La parole citoyenne, symbolisant l'opinion publique aux yeux de plusieurs, bénéficie d'une grande crédibilité au sein des sociétés. Plusieurs acteurs décident ainsi de se l'arroger, espérant atteindre plus facilement leurs objectifs communicationnels. Ce type de fraude, sans être nouveau, connaît une recrudescence grâce au Web et à l'appropriation du 2.0.

    Cet ouvrage révèle 99 cas d'astroturfing qui ont été dénoncés au cours des 25 dernières années. Leur analyse permet de dresser un portrait de ces stratégies, de leurs initiateurs, de leurs objectifs, de leurs cibles et des moyens de communication employés. Utilisé autant par les entreprises privées que par les partis politiques et les gouvernements, l'astroturfing influence les agendas public, médiatique et politique, ce qui lui octroie un rôle de premier plan dans la gouvernance des sociétés.

    Parce que l'astroturfing corrompt l'espace public et mine le processus de délibération inhérent à la création de l'opinion publique, il importe de le connaître, de le reconnaître et de le dénoncer.

  • Cet ouvrage permettra aux étudiants et aux professionnels des relations publiques et de la communication marketing de comprendre les exigences éthiques de leur profession. Il présente le concept de l'éthique, tout en exposant des dilemmes professionnels concrets qui se posent dans la pratique des relations publiques.

empty