Jerome Michaud

  • Dans l'édition estivale de la revue Séquences, retrouvez des pistes de réflexion sur l'avenir du cinéma post-pandémie. « [...] [I]l faut se demander si le système en place sera toujours " viable " dans les mois et années à venir. » (Jason Béliveau) Retour en salle, distribution, tournage et possible carence en nouveauté, festivals et renaissance des ciné-parcs, les points de vue sont variés pour un riche tour d'horizon. Aussi au sommaire, gros plans sur les films Never Rarely Sometimes Always et Bacurau, des commentaires critiques (Mont Foster, Prière pour une mitaine perdue, Vitalina Varela, Anne at 13,000 ft, Le lac aux oies sauvages, Conversations entre adultes), un regard sur quatre courts métrages, un portrait du teen movie américain, les 50 ans de Husbands de John Cassavetes, un hommage à Monique Mercure, et une scène de Ride the High Country, de Sam Peckinpah passe sous la loupe.

  • Le numéro d'octobre-novembre-décembre de la revue Séquences présente en une le documentaire Les Rose de Félix Rose, fils de Paul Rose, felquiste ayant pris part aux événements ayant mené à la mort du ministre Laporte en octobre 1970. Jason Béliveau, rédacteur en chef, s'est entretenu avec le réalisateur et Jean-Philippe Desrochers signe le commentaire critique. Le film est le point de départ d'un dossier sur l'engagement politique dans le cinéma québécois qui fait la part belle à octobre 1970, sans s'y restreindre. La rubrique Histoire(s) de cinéma se penche sur le genre du film de groupe, puis sur la franchise d'horreur Amytiville. Aussi au sommaire, un retour sur l'édition 2020 du festival Fantasia, un hommage au compositeur Ennio Morricone, un à l'acteur Michel Piccoli, et quelques recensions de livres sur le cinéma. Parmi les films recensés, retrouvez Nadia, Butterfly, Le jeune Ahmed, Flashwood et Suspect numéro un, entre autres.

  • Kissing bandit

    Jerome Michaud-Lariviere

    • Julliard
    • 1 February 1992

    Elle s'appelle Margarita, Marta comme disait sa mère autrefois. Pour les autres, c'est Marguerite ou bien n'importe quoi. Elle va sur ses dix-huit ans. Elle a quitté la maison, le lycée depuis des mois et voyage, au gré de ses désirs et des hasards, mais en gardant toujours la mer à droite, la terre à gauche.
    Marta se peint les lèvres de rouge, son rouge à elle, brillant et presque noir. Sa route est jonchée d'hommes, trouvés évanouis avec de mystérieuses traces noires autour des lèvres. Évanouis avec de mystérieuses traces noires autour des lèvres. Évanouis ou même morts. Martha vole ses victimes mais son mobile semble ailleurs, comme si elle voulait punir quelqu'un, ou punir les hommes.
    Lui, c'est Weler. Il a rencontré Marta un soir dans le Train à Grande Vitesse. Depuis il arpente les rues de Paris à la recherche d'un visage dont ne lui reste de net qu'une bouche barrée de deux traits de rouge à lèvres. Et quand enfin il la retrouve, il décide de tout quitter pour la suivre. Mais vers quel destin l'embarque ce cargo qui prend la mer pour l'Amérique avec la petite meurtrière aux lèvres noires à son bord ?

empty