CNRS Editions

  • Depuis des dizaines de milliers d'années, nous contemplons le firmament, perplexes ou admiratifs. L'infini fait rêver, suscite crainte et respect, invite aux voyages. Le ciel est longtemps resté muet et ne livre que de rares messages, toujours codés. Notre langue et notre imaginaire conservent pourtant la marque de contacts permanents avec lui.
    Les mots du ciel pullulent, se déguisent, désertent, procréent, fondent des familles et parfois quelques avatars incongrus. Une star est avant tout une étoile et, d'ouragan à désastre ou cosmétique et autres malotrus, on reste sidéré par l'influence du ciel sur notre vocabulaire.
    Ce ciel dans nos têtes convoque autant de descendances souvent oubliées, autant d'histoires drôles à raconter.
    Les mots du ciel, un récit entre science et histoire, nourri d'anecdotes qui vous emporteront vers le cosmos le plus éloigné, avant de vous restituer votre place au Soleil

  • Que valent les formes de pensée traditionnelles face à l'apparition des régimes totalitaires ? La démocratie a-t-elle présenté des lacunes favorisant l'émergence en son sein de tels régimes? Que devient l'idéal de progrès, de bonheur et de liberté des citoyens ?
    Leo Strauss et Hannah Arendt ont tous deux affronté ce dilemme et posé la question de la portée de la philosophie politique. C'est leur démarche, strictement parallèle mais radicalement opposée, que Carole Widmaier confronte dans une étude stimulante : du constat de la crise à leur parcours dans l'histoire de la pensée et à leur rapport respectif à la tradition et à la modernité.
    Tandis que Strauss invite à réhabiliter l'idée classique d'une nature humaine, Arendt montre la nécessité d'abandonner cette idée pour approcher l'existence humaine et ses différentes modalités. D'une part la défense d'un mode de vie philosophique retiré, la recherche de la vérité, de l'autre le « souci du monde » et l'attention à l'événement.
    Une réflexion salutaire pour affronter les maux de la modernité et s'ouvrir au changement politique.

  • Homère a-t-il existé ? Les hellénistes ne se posent plus guère la question. Mais la question de savoir comment l'Iliade et l'Odyssée ont été composées reste d'actualité. Car le texte homérique, avec ses scansions, ses fulgurances, sa puissance d'évocation, porte trace d'une tradition orale perpétuée par les chanteurs, les scribes, les aèdes. D'où l'intérêt de mettre les épopées homériques en regard avec d'autres poésies orales, comme s'y emploie Dominique Casajus dans cet essai majeur. Chants touaregs, poésie arabe archaïque, bardes serbo-croates, troubadours et ménestrels : autant de complaintes récitées ou chantées, autant de " situation d'oralité ", diffusés par des interprètes itinérants. Le narrateur éploré, l'amant délaissé qu'ils mettent en scène n'est jamais qu'une transposition poétique de la solitude dans laquelle ils oeuvraient en tant que poètes.

  • La 317e section (1964), La section Anderson (1966), Le Crabe-Tambour (1976) : autant de films à grand succès devenus culte. L'aventure, les guerres de décolonisation, tel est l'univers du grand cinéaste, cameraman de l'armée mêlé au conflit indochinois. Né en 1928, Pierre Schoendoerffer appartient à cette génération marquée par la défaite de 1940, la guerre froide, les luttes pour l'indépendance. Soldat mais aussi créateur, quelle relation ce cinéaste entretient-il avec l'histoire ? Contribue-t-il à un récit national des événements de la décolonisation ? Quelle part donner en outre à son oeuvre romanesque ? C'est entre fiction et histoire que Bénédicte Chéron nous présente cet artiste hors norme.
    Un essai stimulant qui renouvelle en profondeur notre connaissance d'une oeuvre sensible et attentive aux pulsations de l'histoire.

  • Voici la première étude exhaustive sur l'attitude de l'Eglise catholique face à la persécution des Juifs de France entre 1940 et 1944. Une recherche fondée sur l'exploitation de documents inédits: fonds de congrégations religieuses, correspondances privées, archives épiscopales, dont les notes intimes du cardinal Suhard, archevêque de Paris sous l'Occupation... Sylvie Bernay montre que l'Eglise, contrairement à une idée reçue, se montre très réservée face à l'application des premières mesures antijuives.
    Son rejet des persécutions éclate au grand jour lors des rafles de l'été 1942, marqué par la protestation des évêques contre un régime de plus en plus compromis dans la mise en oeuvre de la "Solution finale". Les documents découverts révèlent que les protestations des évêques de la zone libre ont été concertées avec le Vatican. Sylvie Bernay décrit pour la première fois les moyens employés par le Saint-Siège et l'épiscopat français pour empêcher la reprise des grandes rafles à l'automne 1942 et protéger les persécutés.
    Une typologie des sauvetages montre aussi comment se sont formés sept "diocèses refuges" en zone sud, autour du cardinal Gerlier et des évêques qui encouragent le placement des personnes dans les congrégations religieuses. Une somme magistrale qui invite à repenser le rôle de l'Eglise sous l'Occupation.

  • Nous l'observons chaque jour, dans les journaux, à la radio et à la télévision ou sur Internet. Pieuvre géante, Golem envahissant, fantasme collectif et Grande Peur des biens pensants, l'extrémisme s'impose comme une donnée récurrente. Il sculpte l'actualité. On évoque en vrac un "art extrémiste", des "extrémistes de la cuisine", tout autant que des "Etats extrémistes", des "extrémistes religieux", ou des "partis extrémistes "...
    Le paradoxe, c'est que l'extrémisme est en parallèle largement délaissé par les sciences politiques, qui peinent à identifier cet angoissant OVNI .. Il manquait sur le phénomène un ouvrage de référence, observant avec précision l'extrémisme politique, dans le but d'engager un processus de définition.

  • Faire voir, ou entendre, la République pour la faire aimer : voilà le rôle, aujourd'hui comme hier, des emblèmes étudiés dans cette vaste fresque que l'on lira comme le complément indispensable aux Lieux de mémoire de Pierre Nora et aux Métamorphoses de Marianne de Maurice Agulhon. Une somme impressionnante qui retrace l'origine, la signification, les métamorphoses des symboles visuels, graphiques, festifs et sonores incarnant la République et ses valeurs. Images de la Liberté comme Marianne ou le bonnet phrygien ; panoplie d'emblèmes majeurs ou secondaires comme le drapeau tricolore, la Marseillaise, la fête nationale, le coq gaulois, le faisceau de licteur... Sans oublier ces " monuments parlants " que sont les mairies, les statues, les noms de rue, le Panthéon, les monuments aux morts de la Grande Guerre...
    L'époque révolutionnaire fut la principale " fabrique des images ", qui s'imposent définitivement dans les premières décennies de la Troisième République. Multipliant les inscriptions et les emblèmes, la France fin de siècle pratique une décoration cumulative, foisonnante et éclectique. La Quatrième République semble répéter maladroitement la précédente, sans jamais acquérir la même légitimité, car se profile toujours l'ombre de l'homme du 18 Juin... La Cinquième République, en revanche, amène son lot de créations ou de métamorphoses : rôles nouveaux donnés à la croix de Lorraine, images du président de la République...
    Une histoire sensible et vivante qui plonge au plus profond de notre imaginaire républicain.

  • Affolement des marchés, des médias, des responsables politiques, réactions aveugles, emballements des dettes souveraines, spéculations financières, révolte des peuples et répressions : et si la succession des crises et des impasses où elles semblent nous conduire résultaient d´un vide stratégique ?
    Produit d´une lente construction qui, depuis la Guerre froide, a remplacé l´art de la stratégie par celui de la seule tactique, le vide stratégique est aujourd´hui la conséquence d´une information surabondante, d´un culte exagéré du calcul, de la dictature de l´immédiat.
    Il crée des situations où les modèles, comme les idéologies, se révèlent incapables d´expliquer, de comprendre et de prédire ce qui survient.
    Après avoir rappelé les évolutions de la pensée stratégique, de Sun Zi et des strategoi athéniens à Clausewitz et Galula, l´auteur montre comment la disparition du stratégique au début du xxie siècle empêche de penser le futur pour se limiter au seul contrôle du présent. Synonyme d´ignorance, de défaillance et d´absence de discernement, le vide stratégique est devenu une source extraordinaire de profits pour la grande criminalité, les sociétés militaires privées, les trafiquants, les intermédiaires financiers.
    Ce monde qui a perdu sa capacité à définir et à expliquer l´état des choses n´a, paradoxalement, jamais créé autant de richesses. Ni autant de pauvreté...
    Un essai qui sonne comme un avertissement.

  • La libéralisation tous azimuts de l'espace médiatique arabe a modifié en profondeur notre regard sur la Tunisie, l'Egypte, la Lybie, et sans doute demain la Syrie. Comment comprendre cette brutale explosion de créativité, ce foisonnement d'initiatives et d'énergie ? Comment ces sociétés longtemps bâillonnées ont-elles fait, en quelques mois, l'apprentissage de la liberté d'expression ? Un détour par l'histoire s'impose pour comprendre ce bouleversement radical des mentalités, enjeu majeur aux fortes répercussions géostratégiques. Télévisions hertziennes au lendemain des indépendances, télévisions satellitaires lors de la première guerre du Golfe avec notamment la création de la chaîne Al Jazeera, affirmation d'Internet et des autres médias numériques qui loin de faire de l'ombre aux anciens, contribuent au renforcement des interactions entre les différents médias... Tourya Guaaybess signe une étude vivante et admirablement documentée sur les grandes étapes de cette révolution médiatique, essentielle à la compréhension des transitions politiques en cours.

  • La compréhension des mécanismes qui permettent à notre cerveau de fonctionner doit beaucoup à l'exploration de celui de nombreuses espèces animales. Sangsue, abeille, grenouille, rat, écrevisse, mouche : c'est en étudiant les neurones, les gènes, les réflexes, la mémoire de ces espèces apparemment très éloignées de l'homme que les réseaux complexes du cerveau humain ont été décryptés.
    Ce livre retrace la longue histoire de l'apport essentiel et salvateur des animaux à la connaissance de l'activité cérébrale de l'homme, mais aussi aux pathologies qui l'affectent.
    Une aventure scientifique qui rend enfin hommage à la contribution silencieuse d'un bestiaire aussi insolite que précieux.

  • "Et si notre Univers n'était qu'un parmi d'autres ? Et si chaque homme possédait une infinité de doubles ? Idée folle ? Pas si sûr...Multivers, mégavers, plurivers... Cette idée n'est pas neuve. Dès l'Antiquité, des philosophes comme Démocrite ou Lucrèce en ont évoqué la possibilité. Au XXe siècle, elle revient en force sur le devant de la scène. Pour les théoriciens du Big Bang comme pour ceux de la mécanique quantique, elle est une hypothèse qui permet de résoudre quelques-unes des questions demeurées sans réponse : par quel miracle les lois de l'Univers sont-elles réglées de telle façon que la vie y est possible ? Comment deux théories en apparence irréconciliables, la Relativité générale et la physique quantique, peuvent-elles être assemblées en un seul système unificateur ?
    En un style clair et accessible, Tobias Hürter et Max Raunerracontent la vertigineuse épopée des théories physiques, faites de changements radicaux de paradigme et de violentes controverses. Ou quand la physique devient métaphysique, et la science rejoint la fiction..."

  • Les régimes démocratiques supposent?ils une difficulté à penser l'élite ? Celle-ci est-elle synonyme de privilèges, d'inégalités, de domination, voire d'injustice ? Complexe, plurielle, la pensée libérale décline divers types d'élite, d'ordre politique ou social.
    En confrontant trois grandes expressions de la pensée libérale ? François Guizot antidémocratique, Friedrich A. Hayek donnant la primauté aux principes libéraux, John Rawls pour qui libéralisme et démocratie se fondent harmonieusement ?, Olivia Leboyer explicite trois conceptions singulières des principes de liberté et d'égalité, trois modes de compréhension de la démocratie, montrant comment élite et démocratie libérale s'opposent ou se complètent.
    Peut-on parler pour autant d'un élitisme libéral ? Au?delà des stigmatisations dogmatiques, des exaltations néo libérales et des traditions républicaines de l'excellence, une mise au point historique de grande actualité.

  • Voilà maintenant cinq ans que Bertrand Badie commente pour nous les temps forts de l´actualité mondiale sur un chat du Monde.fr. Tous les mois, répondant en direct aux questions des internautes, il leur offre les clés de lecture et de compréhension des grands enjeux planétaires.
    Dans ces Carnets d´après Guerre froide, CNRS Éditions, en partenariat avec Le Monde.fr, reprend le « best-of » de ces échanges. Bertrand Badie y expose très simplement les grandes permanences du jeu mondial, tout autant que ses mutations en cours ou à venir. La perte de souveraineté des États, le poids croissant des sociétés civiles, le rôle des puissances émergentes, le clivage Nord/Sud, la lutte contre le terrorisme, les crises de l´Union européenne, la soif occidentale d´ingérence, la place de la France dans l´arène mondiale, le difficile partage des ressources naturelles, la fin de l´universalisme des droits de l´Homme, le rôle de la religion dans les relations transnationales :
    Autant de thèmes et de questions abordés et expliqués dans une langue largement accessible, et dans le seul but d´éclairer le lecteur.
    Un ouvrage indispensable pour comprendre la nouvelle donne mondiale de l´après Guerre froide.

  • À une France inquiète, qui craint pour sa cohésion sociale, son rang international et sa capacité à se renouveler, Questions de futur oppose la projection d'une France décidée, sûre de ses atouts et de ses talents. Une France qui compte bien en faire usage pour surmonter les défis de défense, de sécurité, d'économie et de société qu'elle doit relever dans les années à venir.
    À condition qu'elle se pose les bonnes questions. Les 108 intellectuels et décideurs français réunis dans ce livre, parmi lesquels Nicole Gnesotto, Vincent Desportes, Michel Wieviorka, Bertrand Badie, Jean-Luc Racine, Martine Monteil, Patrick Lagadec, Nicole El Karoui, y contribuent de façon magistrale. En mettant à profit leur expérience, ils interpellent nos responsables politiques et économiques sur les voies qui engageront l'avenir de notre pays et lui permettront de rester un acteur mondial. Un exercice atypique qui constitue une expérience rare de pensée libre en France.
    Leurs questions et leurs propositions vont du modèle social français aux risques sociétaux et financiers, du monde numérisé à la cybersécurité et à la dissuasion nucléaire, de l'insécurité alimentaire aux migrations, des écosystèmes à la dépendance énergétique et aux catastrophes naturelles. Questions souvent non résolues, négligées ou trop dérangeantes qui remettent en cause les idées établies mais auxquelles il est urgent d'apporter des réponses enfin pertinentes.

  • À l'aube de notre modernité, le romantisme a transformé la littérature, la musique, les Beaux-Arts. Mais, plus généralement, il a bouleversé notre manière de penser, d'aimer, de percevoir la nature ou l'Histoire ? en un mot, de vivre.
    Né en terre germanique, il a brillé d'un éclat formidable dans la France postrévolutionnaire, avant d'essaimer dans l'Europe entière et, au-delà, dans les empires coloniaux et en Amérique, où il a toujours accompagné la naissance des États nationaux.
    Ce dictionnaire, le premier à en présenter une vision globale, propose en 649 articles de tout connaître des poètes, artistes, penseurs ou hommes politiques qui ont fait le romantisme : Byron, Hugo, Beethoven, Novalis, Chopin, Turner, Delacroix, Pouchkine, Garibaldi... Le lecteur y découvrira également les idées, les motifs, les modes qui dessinent les contours de la culture romantique et permettent d'en saisir les multiples visages à travers le monde.
    Un ouvrage exceptionnel qui restitue le mouvement romantique dans toute sa complexité.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty