Librio (réédition numérique FeniXX)

  • On n'a pas idée de ce que peut être, aujourd'hui, la sidérante solitude des professeurs. Cette solitude n'a rien à voir avec celle qu'il appartient à l'institution de leur ménager, et de leur garantir dans la pratique même de leur enseignement, afin d'en soutenir l'indépendance. Non, il s'agit là d'une chose d'un tout autre ordre, d'un abandon, dont les professeurs eux-mêmes n'osent pas sonder les abîmes. Pourquoi l'enseignement est-il aujourd'hui privé de sa substance ? Pourquoi serait-il interdit de transmettre des connaissances ? Pourquoi est-il, tout simplement, devenu impossible de conduire ceux qui sont sur les bancs de l'école, à penser par eux-mêmes ? Telles sont les questions que pose, avec perplexité, avec lucidité, avec amertume, Adrien Barrot. Ce plaidoyer, écrit dans l'urgence, dit le quotidien d'un métier bafoué et, surtout, appelle à un sursaut immédiat : parce qu'il faut que l'école existe, que les professeurs puissent redevenir des professeurs, et les élèves des élèves.

  • Soupe à la grimace ? Non ! Soupe de la Mamée, divine potion magique, savoureuse en diable, comme ces contes au vrai goût de terroir, tour à tour piquants et graves... Délicieuse, l'aventure de ces vieux garçons, le Raoul et le Régis, qui se payent une annonce dans le quotidien régional. Pour passer un bel été, il faut bien une paire de jolies filles ! Ninon et Flore vont affoler les populations ! Tragique, le cauchemar vécu par cette femme lors de son arrestation en 1944... Cauchemar qui reprend toute sa force vingt ans plus tard lorsque, dans un procès, elle entend le rire de ses bourreaux. Histoires cévenoles à la mode d'hier et d'aujourd'hui.

  • Bartavel, le boucher, quel personnage ! La quarantaine fleurie, des colères fastueuses ! L'opposé de Batracé, petit notable qui règne en tyranneau, parade, bave et se pourlèche... Phoscao, le gitan, parle de la Camargue comme du Sahara. Riri, lui, a les cheveux décolorés, une chemisette de soie rose et un collier de perles. On n'en croit pas ses yeux ; ce mec sanglote chaque fois qu'on lui raconte La chèvre de Monsieur Seguin ! Quant à la femme, elle est extrême. Explosive comme violente, insolite à l'image de Fanchon. Mystérieuse, déroutante... C'est Clotilde. Des personnages piquants ! Croqués comme des portraits de La Bruyère. Avec, pour la plupart, les couleurs du midi. Sel, soleil, folie et sortilèges...

  • C'est un objet de notre temps... Indispensable auxiliaire des rencontres amoureuses. Encombrant compagnon des plaisirs de passage. Banal et nécessaire... C'est le préservatif. Lorsqu'on en parle, c'est sur un ton grave. Médical. Ou bien moral. Lui, dont l'usage conduit parfois à des situations rocambolesques, et dont l'oubli se conclut trop souvent par un drame... Pourquoi ne pas en parler plus simplement ? Avec le coeur ? Avec nos craintes et nos fantasmes ? Nos délires et nos rêves d'amour ? Huit écrivains contemporains ont accepté de relever ce défi : Vincent Ravalec, Frédéric H. Fajardie, Françoise Rey, Francis Mizio, Sylvie Granotier, Laurent Laurent, Martin Guide et Lucio Mad. Le résultat ? Huit histoires de préservatifs... Huit nouvelles d'amour, d'humour ou d'émotion. Et un message à ne pas oublier : pour vivre heureux, sortons couverts !

  • 1492 : Christophe Colomb, croyant atteindre les Indes, pose un pied sur la terre d'Amérique. Tels des astronautes sur une autre planète, les navigateurs qui l'accompagnent découvrent une géographie imposante, des plantes et des animaux pleins de couleurs et de saveurs. Et des hommes... Des hommes qui possèdent une littérature écrite, une science mathématique très développée. Capables de bâtir des villes immenses et d'organiser la vie sociale, selon des conceptions qui n'ont rien à voir avec celles de l'Occident. Choc des cultures, choc des mythes... L'affrontement s'achèvera par la destruction de civilisations entières. Les documents d'époque ici présentés, témoignent de ce premier regard porté sur l'Autre, sur l'Indien, cet homme oublié, supprimé pour son insupportable différence...

  • Chateaubriand dans ses Mémoires d'outre-tombe, Balzac dans Louis Lambert, Hugo dans Les contemplations, Baudelaire et Flaubert dans leurs Correspondances, Maxime Du Camp dans ses étonnants Mémoires d'un suicidé, Vallès dans L'Enfant, Zola dans ses Études sur la France contemporaine Daudet dans Le petit Chose, Anatole France dans Le livre de mon ami, Maupassant dans ses Contes et nouvelles, Renard dans L'oeil clair, Proust dans Jean Santeuil et Pergaud dans La guerre des boutons, tous ont raconté leurs souvenirs scolaires. Ce qu'ils nous donnent sur l'école, Jérôme Leroy le souligne dans sa préface, ce sont des témoignages de première main, des morceaux de bravoure initiatique, des répétitions générales de combats à venir, des préludes adolescents aux passions amoureuses ou politiques. Et même si elle était dure, et souvent violente, l'école, qui devenait en ce temps-là laïque et républicaine, avait tout l'air d'être la vie elle-même.

  • Non mais ils sont dingues, là-dedans... Tout juste rescapé de sa banlieue, Kamel n'a pas besoin qu'on lui fasse de dessin. Un lieu de vie pour jeunes délinquants ? Une psychothérapie, ça ? Tu parles ! Des dingos qui hurlent en gesticulant, oui ! Et des filles pas farouches. Ben mon vieux ! Si on lui avait dit... Mais Kamel n'est pas seul. Dealers, voleurs de perceuses, policiers usés, procureurs fatigués, détenus affamés, acteurs en fin de droits. Ils sont tous là... L'autre côté ? Chefs de pub agités, assistants dépassés, clients, budgets, casting, tournages épiques... Deux mondes parallèles ? Non. Un seul. Où vivent les allumés de tous bords, empêtrés dans leurs univers rétrécis. Seule lueur au milieu des décombres : la poésie, l'humour, et cette présence insolite d'un rêveur égaré chantant pour les étoiles...

  • Les artistes, ça décoiffe ! Joséphine en sait quelque chose. Elle débarque chez les gitans camarguais pour signer un contrat. Et qui trouve-t-elle ? Une bande de moustachus prêts à s'étriper, un violoniste qui s'est écrasé le poignet avec un retour de manivelle et... un chanteur enroué... De quoi décrocher la timbale du Top 50 ! Mais, dans la vie, il faut de la fantaisie ! Dans ce domaine, Hugo en connaît un rayon. Caméra à l'épaule, il improvise. Tant pis s'il n'y a pas de scénario. Le film jaillit comme par magie ! Un monde fou, fou, fou... La palme revient pourtant à Macadam Cow-boy, une petite entreprise de tapin pour dames... Et, là aussi, l'avenir s'annonce radieux... Chapeau, les artistes !

empty