HarperCollins

  • - 50%

    « Il y avait cet énorme chêne près des toilettes des garçons, sur lequel je reproduisais les coups de pied retournés du Chevalier Lumière, pour envoyer un signal aux inconscients qui t'auraient cherché des noises. Il ne pouvait rien t'arriver. Tu avais un frère dans la cour des grands, qui maîtrisait en théorie les rudiments du karaté et qui veillait sur toi. En théorie. Dans la pratique, ta garde rapprochée laissait parfois à désirer. »
    Deux frères. L'un, candide, l'autre, rageur.
    Leurs parents ont mis au monde la parfaite antithèse.
    Quand Thibault fonce, Guillaume calcule.
    Si Thibault tombe, Guillaume dissimule.
    Prise de risque contre principe de précaution.
    L'amour du risque face à l'art de ne jamais perdre.
    En 2001, Thibault est diagnostiqué schizophrène. À cela, un Chevalier Lumière ne peut rien.
    Sa bascule, il fallait la raconter. Et aussi la culpabilité, les traitements, la honte, les visions, l'amour, les voyages, les rires, la musique et l'espoir. Alors Thibault a accepté de livrer ses folles histoires. Et ses voix se sont unies à celle de son frère.
    Contre une maladie qui renferme tous les maux, les clichés, les fardeaux, ils ont livré bataille.
    À partir d'une tragédie universelle, ils ont composé un livre où douleur et mélancolie côtoient la plus vibrante tendresse.
    « Un récit sans complaisance, une déclaration d'amour fraternel. »
    Delphine de Vigan
    «  Gringe signe un livre bouleversant.  » Augustin Trapenard, France Inter
    «  Un récit explosif  ». Laurent Goumarre, France Inter
    «  Un voyage en littérature, un bel ouvrage littéraire.  » Flavie Flament, RTL
    «  Un livre passionnant, absolument superbe et très poétique.  » Marina Carrère d'Encausse, Le Mag de la santé
    «  Un texte haché et nerveux, chaotique et vibrant.  » BFM TV
    «  Un livre magnifique, sans concession où chemine beaucoup d'amour  ». Konbini
    À propos de l'auteur
    On connaissait Gringe (de son vrai nom Guillaume Tranchant) rappeur, en solo ou en duo avec Orelsan et les Casseurs Flowters, Gringe sur un canapé dans la série Bloqués, Gringe sous un abribus dans le film Comment c'est loin, et acteur, toujours, sous la direction entre autres d'Olivier Marchal ou d'Andréa Bescond. Place à Gringe auteur.

  • - 50%

    Paul, vingt ans, étudie l'histoire à Grenoble. Il aurait pu rester un étudiant lambda s'il n'avait pas participé à l'émission Les Douze Coups de midi. En l'espace de quelques mois, Paul a été propulsé sous le feu des projecteurs et est devenu la vedette de la télé française. Et pour cause  : il a tourné plus de 150 émissions aux côtés de Jean-Luc Reichmann, remportant grâce à son intelligence inouïe l'adhésion du public et près de 700  000  EUR.
    Mais Paul, c'est aussi un jeune homme diagnostiqué autiste Asperger que le rythme des émissions a parfois éprouvé, qui a appris énormément sur lui lors des tournages.
     
    Avec son humour pince-sans-rire et sa sensibilité, Paul nous livre le récit de son exploit mais aussi de ses passions et de son quotidien. Un livre qui saura toucher encore une fois des millions de Français.
     
    À propos de l'auteur  :
    Originaire de Grenoble, Paul El Kharrat a vingt ans et est étudiant en histoire. Il participe à l'émission Les Douze Coups de midi où il enregistrera plus de 150 émissions. Par son intelligence et son courage, Paul est devenu le chouchou du public français.

  • - 68%

    « Rien n'indiquait que c'était son jour. Il n'y avait rien de particulier dans l'air. En refermant la porte derrière lui, il savait que c'était la dernière fois. Il n'y avait plus à réfléchir. Sa décision était prise. Il restait à exécuter le plan. Les trottoirs étaient noirs de monde, les magasins happaient et recrachaient les badauds à jets continus. À cet instant il était encore un homme honnête. C'était facile en vérité de basculer dans l'horreur.»
     
    Kamel Wozniak est en fuite. Locataire d'un meublé où pour rester invisible il faut se montrer habile, l'ancien boxeur sur ses gardes tente de se faire oublier le temps d'un été au vert. Mais de qui ? Et où s'arrête son plan B ? Difficile de disparaître dans une petite ville où un garçon comme lui, aux airs de desperado, n'est pas sans piquer les curiosités.
    Après Sous le compost, Nicolas Maleski signe un roman qui s'ouvre comme un film des frères Coen, ménage un suspense de polar et déroule, dans langue où la lucidité combat à armes égales avec la causticité, l'épopée d'un antihéros insaisissable et pourtant pas si éloigné de nous.
     
    « Beaucoup d'humanité... et un final digne d'un roman noir.»
    Anne-Sophie Rouveloux, Librairie L'Infinie Comédie, Bourg-la-Reine
     
    «  Une grande finesse de construction servie par une touche d'humour.  »
    Marie Michaud, Librairie Gibert Joseph (Poitiers)
     
    «  Kamel Wozniak est un homme mystérieux en cavale. Pas étonnant puisqu'il est l'archétype du type louche à la vie trouble et tumultueuse. Avec lui, Nicolas Maleski se joue des codes du roman noir et réussit une jolie esbroufe en détournant les attentes et les fantasmes des lecteurs du genre.  » Alexandra Villon, Librairie La Madeleine (Lyon)
     
    Nicolas Maleski est l'auteur d'un premier roman remarqué, Sous le compost.

  • - 75%

    Explorant les notions d'identité, de transmission, de relations interethniques, Africville retrace sur trois générations l'histoire de la communauté noire américaine et canadienne à travers la saga familiale des Sebolt.
    Années 1930. Kath Ella Selbot refuse de suivre son destin tout tracé de fille de couleur et quitte Africville, village fondé par d'anciens esclaves en Nouvelle-Ecosse, afin de poursuivre ses études. Après une histoire d'amour marquée par le deuil, elle donnera naissance à un fils, Omar, qui sera rebaptisé Etienne.
    Années 1960. Etienne, dont la pâleur de la peau lui permet de passer pour un blanc, s'est éloigné de ses origines et vit en Alabama. Alors que le mouvement des droits civique fait rage, il n'ose y participer et reste déchiré entre ses racines noires et la peur de perdre la vie qu'il est en train de construire. Ce n'est qu'à sa mort que son fils Walter découvrira son héritage familial. Le jeune homme décide alors de retrouver ses ancêtres et de se réconcilier avec un passé marqué par la peur et la discrimination.
    Un roman triptyque vibrant, fruit de plus de vingt ans de recherches, qui n'est pas sans rappeler Underground Railroad, No home ou encore Les Douze tribus d'Hattie. Jeffrey Colvin aborde avec subtilité la question peu explorée du racisme intériorisé et particulièrement le thème du passing, (le fait de passer pour blanc alors que l'on est noir).
     
    À propos de l'auteur
    Jeffrey Colvin est né en Alabama et vit actuellement à New York. Diplômé de l'Académie Navale des États Unis et de l'université d'Harvard, et il a servi dans le corps des marines pendant cinq ans, a été conseiller au Congrès et analyste dans la publicité avant d'intégrer l'université de Columbia où il a été diplômé en création littéraire. Jeffrey Colvin est actuellement éditeur adjoint du Narrative Magazine. Africville est son premier roman.  

  • - 50%

    « Maman et moi vivions ici depuis un peu plus de trois ans quand nous avons reçu le coup de fil. Au milieu des pins, des chênes et des bouleaux, au bout de ce chemin sans issue que  deux autres propriétés jalonnent. C'est elle qui m'avait proposé de nous installer ici. Et je n'étais pas contre. J'avais grandi dans cette forêt. Le lieu m'était familier, et je savais que nous nous  y sentirions en sécurité. Qu'il serait le bon endroit pour vivre à notre mesure. »
    À distance du monde, une fille et sa mère, recluses dans une cabane en forêt, tentent de se relever des drames qui les ont frappées. Aux yeux de ceux qui peuplent la ville voisine, elles sont  les  perdues du coin. Pourtant, ces deux silencieuses se tiennent debout, explorent leur douleur et luttent, au coeur d'une Nature à la fois nourricière et cruelle et d'un hiver qui est bien plus qu'une
    saison : un écrin rugueux où vivre reste, au mépris du superflu, la seule chose qui compte.
    Dans un rythme tendu et une langue concise et précise qui rend grâce à la Nature jusqu'à son extrémité la plus sauvage, Aurélie Jeannin, dont c'est le premier roman, signe un texte comme une  mélancolie blanche, aussi puissant qu'envoûtant.
    « Une aventure humaine, profonde, poétique, inoubliable.»
    Aurélie Janssens, Librairie Page et Plume, Limoges
    « D'une poésie fascinante, ce roman est une ode à la forêt, à la fois rédemptrice, mais aussi dans ce qu'elle a de plus sauvage. Sublime  !  »  Marianne Kmiecik, Librairie Les Lisières (Villeneuve-d'Ascq et Croix)
    «  Raconté à mots comptés, infiniment incarnés, ce premier roman magnétique, parcouru de belles éclaircies, nous apprend à composer avec ce que nous sommes. Une très belle découverte  !  »  Sarah Gastel,  Librairie Terre des livres (Lyon)
     
    Aurélie Jeannin est née en 1982. Elle vit avec son mari et ses enfants en forêt, quelque part en France.

  • - 50%

    «  Qu'avais-je, moi, pour commencer  ? Une adresse  : 12 bis, avenue du Maréchal-Joffre 78800 Houilles. Je n'aimais rien dans cette localisation.  »
    12 bis, avenue du Maréchal-Joffre, à Houilles. C'est son adresse. Banale, comme elle. Hôpital-maison-bac avec mention  : un pur esprit dans un corps frêle et l'âme perdue dans un sfumato proche de la brume du lac de Côme. Mais voilà qu'un jour, réfugiée sur son toit, Léa acte la rupture. L'été est là. L'heure des possibles. Le moment rêvé pour quitter les siens et surtout, vérifier si la banalité du lieu où l'on vit détermine la grandeur de son destin.
    Elle tient l'itinéraire parfait  : parmi les milliers d'occurrences trouvées sur Google, quatre «  12 bis  », des êtres dont elle ignore tout et veut tout savoir. 2615 kilomètres plein Sud, de Mérignac à La Colle-sur-Loup en passant par Tarbes et Biarritz, pour goûter à l'art des jardins sauvages, vivre sa vie à l'envers, rire de la colère et -  qui sait  ?  - apprendre à aimer sa mère.
    L'autrice
    Roman d'apprentissage poétique, mélancolique et joyeux,  12 bis, avenue du Maréchal-Joffre  est le deuxième roman d'Anne de Kinkelin après  L'Année du flamant rose. Elle est par ailleurs consultante en stratégie digitale, journaliste et auteure pour le théâtre.

  • - 50%

    Un jour de 2009, Jonathan Lehmann, déprimé par sa vie d'avocat d'affaires à Wall Street, décide de tout quitter pour s'installer en Californie et partir en quête de son bonheur. Là-bas, il découvre la «  science du bonheur  », point d'intersection entre les sagesses ancestrales et les sciences contemporaines, qui va changer sa vie.
    Quatre ans plus tard, il revient en France avec une méthode originale, fruit de ses recherches et expériences  :  Les Antisèches du Bonheur.
     
    Fondée en partie sur une approche originale de la méditation, Les Antisèches du Bonheur  mêle un ensemble de principes et de pratiques destinés à tous ceux qui, pris dans des vies emplies d'obligations multiples et de stress, ont besoin de petits trucs, simples et rapides, pour se créer plus de moments de bonheur et diminuer l'impact et la durée de leurs pensées et émotions négatives au quotidien.
     
    Avec son style inimitable, révélé dans  Journal d'un touriste du bonheur, Jonathan Lehmann vient souffler un vent nouveau sur l'univers du développement personnel, en nous donnant des clefs redoutablement efficaces pour faire de notre mental tyrannique un véritable outil de bonheur, et transformer notre manière de vivre.
     
    À propos de l'auteur  :
    Jonathan a 40 ans, il est étudiant du bonheur. Ses méditations guidées sont suivies par des centaines de milliers de personnes et sa communauté des Antisèches du Bonheur compte plus de 200  000 membres. Son premier livre,  Journal intime d'un touriste du bonheur,  a rencontré un large public avec plus de 40  000 exemplaires vendus.

  • - 50%

    Les Bordes, c'est un lieu et c'est une famille. En l'occurrence, sa  belle-famille qui ne l'aime pas. Elle, Brune, le bouclier. Mère responsable,  tenant solidement sur ses deux jambes, un oeil toujours fixé sur  le rétroviseur ou l'entrebâillement de la porte, qui guette, anticipe,  tente de maîtriser les risques.
    Ce week-end, comme chaque année en juin, elle prend la route  avec ses deux enfants pour rejoindre Les Bordes et honorer un rituel  familial.
    Pour celle qui craint chaque seconde l'accident domestique, Les  Bordes ressemblent à l'enfer. Trop de jeux extérieurs, trop de recoins,  de folles libertés. Trop de silence et de méchancetés à peine contenues. Trop de souvenirs.
    Aux Bordes, Brune saura-t-elle esquiver le pire ? Est-il possible pour  une mère de protéger ses enfants ?
    Derrière la mécanique du drame hasardeux et l'absence de bourreaux,  Les Bordes  dresse un portrait de la famille, de la parentalité et de la  maternité sans fard, grâce à une héroïne aussi troublante qu'humaine.
    À propos de l'autrice
    Aurélie Jeannin est conceptrice-rédactrice, consultante spécialisée  en identité de marque. Elle est l'autrice d'un premier roman remarqué,  Préférer l'hiver  (HarperCollins, 2020 ; HarperCollins Poche, 2021).  Elle vit avec son mari et ses enfants en forêt, quelque part en France.

  • - 50%

    « Être fan est un trou dans la tête que l'on comble de la lumière d'un autre. »
     
    Enfant des Stones et de Bowie, elle n'aurait pas dû s'enticher d'un chanteur de variété française. Envers et contre tous, Goldman est resté l'idole de son adolescence, le frère, l'oncle, l'ami venu animer sa vie intérieure. Comme tous les fans, elle s'est sentie incomprise, possessive, torturée.
    À bientôt quarante-quatre ans, l'âge où l'on s'accepte, l'âge où grandir n'est en théorie plus un concept, Carine H., scénariste parisienne fraîchement établie dans la cité phocéenne, s'est donné pour mission  de rencontrer Jean-Jacques Goldman -  son dieu intime -  et de filmer cette quête. Car Marseille, ville rugueuse de son exil tardif, abrite, dit-on, son chanteur préféré. Et c'est pour elle providentiel.
     
    De la Corniche au palais Longchamp, une traque burlesque, tendre et poétique qui, à défaut du vrai Jean-Jacques, mais à grand renfort de mauvais sosies et avec la perspicacité d'un Philip Marlowe, va conduire une femme à aller au bout de ses rêves. Et qui sait si cette amoureuse du cinéma, qui voit dans chaque scène de sa vie un peu de James Ivory ou de Billy Wilder, ne finira pas par apprivoiser sa propre histoire...
     
    À propos de l'autrice
    Diplômée d'HEC, Carine Hazan a d'abord travaillé dans la publicité avant de devenir scénariste. Elle est aussi réalisatrice de courts métrages et autrice pour la jeunesse. Son dernier album,  La Petite Vague bleue, a paru chez Gallimard en 2020. Elle vit à Marseille

  • - 13%

    Le livre qui remplace le Lexomil.
    «  Le bonheur est à portée de main  », «  sois toi-même  », « reste vraie  »... Autant de phrases destinées à apprendre aux femmes comment être heureuses et qui m'ont toujours fait froid dans le dos tant je n'ai jamais réussi à les appliquer dans ma vie quotidienne. Aujourd'hui, j'ai 33 ans et ce que je retiens de ma courte expérience, c'est que même avec la meilleure volonté du monde, la vie est plus compliquée qu'un poncif sur le bonheur.
    Dans ce livre je vous donne mes secrets pour affronter la vie, la vraie, celle qu'on ne met pas sur instagram. Par exemple, dois-je vraiment sourire à la vie un dimanche soir à 23 heures à la Gare du Nord ? Quelle est la playlist idéale pour oublier que vous être moins payée qu'un homme ? Quel fond de teint utiliser pour camoufler un coquard de flashball ?
     
    Dans une mise en page colorée, dynamique et moderne, l'humoriste détourne les codes des témoignages lifestyle des célébrités influentes pour en dénoncer l'absurdité et le vide. Photos inédites, confessions, tuto indispensables et conseils de première nécessité accompagnent le récit de vie d'une jeune femme d'aujourd'hui.
    Une lecture délicieusement acidulée et nécessaire, à consommer sans modération.
    Attention  : ebook en fixed layout optimisé pour tablette
    A propos de l'auteur
    Comédienne, autrice, miss météo, humoriste, Alison Wheeler est une artiste protéiforme qui épice son humour noir d'autodérision, d'un féminisme féroce et d'une joyeuse absurdité. Membre du collectif Studio Bagel, animatrice sur France Inter, elle officie désormais sur Quotidien où elle présente une chronique aussi trash qu'irrévérencieuse.
    "Elle est de loin l'humoriste la plus talentueuse du PAF. La preuve, elle dure. À 33 ans, Alison Wheeler est au top. Le moment idéal, donc, pour sortir  Ma vie est mieux que la vôtre, un faux guide de coaching hilarant."  Causette
    "L'anti-guide de la femme idéale"  Gala
    "Humoriste bien trash du  Quotidien, Alison Wheeler enfonce le cou dans  Ma vie est mieux que la vôtre. Tutos et conseils absurdes, féminisme féroce... Une premier livre délicieusement irrévérencieux."  Grazia
    "Ses pastilles d'humour ravageur font mouche chez Yann Barthès. Elle ose même nous donner des conseils bien-être en publiant  Ma vie est mieux que la vôtre." Paris Match

  • - 50%

    Une jeune femme sort de l'hôpital, dépossédée de son identité et de son passé.
    Elle voue une haine farouche aux psychiatres, fréquente les magasins de bricolage. Il lui arrive même de crever les pneus des voitures.
    Temporairement amnésique, absolument indocile, elle veut repeupler sa mémoire et pour cela, doit enquêter. Un homme va l'y aider, sans rien lui souffler : Camille, dit K, ami et gardien d'un passé interdit.
    Le souvenir d'un désert entouré de vitres, une fonction exercée au ministère de l'Agriculture, une bible restée ouverte au chapitre du Déluge forment un faisceau d'indices de sa vie d'avant. Quelques démangeaisons et une irrépressible envie de décortiquer le monde et les êtres qu'elle croise hantent ses jours présents.
    Sa rencontre avec Wajdi, envoûtant et révolté, marquera son coeur et son esprit. Ce sera avant de gagner la Bretagne et, peut-être, de parvenir à combler les énigmes de son histoire prise au piège de l'oubli.
    La trajectoire d'une femme cousue à celle de la planète, c'est le pari de ce premier roman en forme de fable écoféministe où la tragédie contemporaine côtoie l'espoir le plus fou.
    Hypnotique, drolatique, libre et profondément humain.
     
    A propos de l'autrice
    Ingénieure agronome (diplômée de AgroParis Tech) et autrice, Louise Browaeys accompagne les organisations sur des sujets variés comme l'agriculture bio, l'alimentation saine, la RSE (Responsabilité sociale des entreprises), la CNV (Communication non violente) et la permaculture.
    Consultante, conférencière et facilitatrice, elle travaille sur les « trois écologies » : intérieure, relationnelle et environnementale. Elle est l'autrice d'une quinzaine de livres en lien avec l'alimentation saine, la transition écologique des organisations, la permaculture.
    Elle a 34 ans et vit à Paris.
     

  • - 50%

    Vendredi 13 - Paris 11e. Audrey s'engouffre dans le premier taxi venu et prend place sur le siège passager. À l'arrière, il y a Laura, qui n'avait pas prévu de débarquer avec une inconnue chez sa mère, au 18e  étage d'une tour au sud de la capitale. 
    Ce qui était prévu et ce qui ne l'était pas, c'est tout l'enjeu de cette nuit particulière et de celles qui viendront. Car les heures blanches qui suivent l'attaque au Bataclan agissent comme un révélateur pour ces deux jeunes femmes si diamétralement opposées, qui prennent la mesure de ce qu'étaient jusqu'alors leurs vies. Des vies écrites sur des rêves qui n'étaient pas toujours les leurs et dont il ne reste qu'une empreinte, des costumes endossés malgré les coutures qui craquent, des énigmes familiales jamais percées auxquelles il faut s'atteler. Parce que le temps presse.
    Une histoire de providence  ? Une amitié comme un coup de foudre pour commencer. Et la route que vont prendre Laura et Audrey au son de vieilles cassettes poussées au maximum. De Paris à Las Vegas en passant par Berlin et Prague, voilà l'itinéraire de deux filles, reliées comme deux soeurs, coeurs siamois bien décidés à profiter de leur liberté, déterminés à s'emparer complètement de leur existence. 
    L'autrice :
    Sophie Reungeot est née en 1985. Repérée avec sa nouvelle  Cinq fois le tour, où sont contées les destinées de cinq femmes, elle remporte en 2017 le concours d'écriture ELLE/12-21. Le Bruit des avions est son premier roman.
     

  • - 50%

    Traduit de l'anglais (Etats-Unis)
    Par Typhaine Ducellier
     
    Un phénomène depuis 25 ans.
    Enfin une rétrospective complète et très riche qui explore toutes les facettes de cette série devenue culte, de ses origines improbables aux raisons mystérieuses pour lesquelles nous la regardons toujours. Kelsey Miller, journaliste et spécialiste de la culture populaire, nous fait revivre les moments mythiques de la série, analyse ses thématiques et expose les tendances qu'elle a lancées, de l'essor de la culture des coffee-shop au « Friendsgivings », en passant par la coiffure culte des années 90, le Rachel.
    Regroupant commentaires, entretiens inédits et anecdotes des acteurs stars de la série, ce livre est un incontournable pour tous les amateurs de la série et un ouvrage marquant pour toutes les générations Friends.
     
    Bio  :
    Kelsey Miller est diplômée d'une licence de production en cinéma et audiovisuel de l'université de Boston. Elle démarre sa carrière dans la production cinématographique avant de se consacrer à temps complet à l'écriture. Elle vit aujourd'hui à New York.

empty