Que sais-je ?

  • - 50%

    L'hypnose

    Antoine Bioy

    L'hypnose est un état psychologique qui ressemble au sommeil mais qui n'est pas le sommeil. Sous hypnose, en effet, l'attention de l'individu n'est pas abolie : elle fonctionne à un niveau différent de celui de la conscience ordinaire. Cette pratique, aujourd'hui de plus en plus répandue, est mise au service de nombreuses psychothérapies : psychanalyse, thérapies cognitives et comportementales (TCC), thérapies brèves, transpersonnelles, systémiques... À l'origine de la sophrologie et de certaines techniques de relaxation, elle est efficace pour lutter durablement contre les angoisses, les troubles névrotiques, l'addiction au tabac, le stress, l'énurésie, l'insomnie, les phobies, les allergies, les traumatismes, les deuils, les troubles obsessionnels compulsifs ou encore la timidité.

  • - 50%

    La sophrologie

    Richard Esposito

    Fondée en 1960 par un neuropsychiatre, le professeur Alfonso Caycedo, la sophrologie est une psychotechnique s'inspirant, entre autres, de l'hypnose et de la phénoménologie. Pratiquée préventivement, elle contribue à prévenir le stress et les risques psycho-sociaux. Parce qu'elle mobilise les potentialités personnelles, elle peut aussi être utile à tous ceux qui, désireux d'optimiser leurs capacités, apprennent, à force d'entraînement, comment puiser en eux-mêmes des ressources inexploitées. D'abord d'application médicale, clinique et thérapeutique, la sophrologie a peu à peu investi les champs du sport, de l'entreprise ou encore de la pédagogie. Aujourd'hui, elle offre des perspectives de carrière. Mais toutes les formations ne se valent pas. Richard Esposito fait le point sur une technique de développement personnel en plein essor, qui, en complément de soins médicaux classiques, aide à mieux vivre.

  • - 50%

    Non, la psychologie positive n'est pas la pensée positive. Fondée officiellement comme discipline en 1998 par Martin E.P. Seligman, elle est une branche à part entière de la psychologie qui s'inspire de la psychologie expérimentale, des neurosciences et des sciences humaines.
    Son principe ? Identifier les facultés que nous pouvons développer en nous-mêmes pour être résilients et optimistes. Sa méthode ? Recueillir des données objectives et valider des hypothèses empiriques. Sa démarche est donc fondamentalement... positive !
    La psychologie positive a bien sûr ses détracteurs. Le docteur Jérôme Palazzolo fait le point sur la question, cas concrets à l'appui, et montre, comme le dit Fabrice Midal dans sa préface, « comment cette approche a des vertus thérapeutiques profondes et peut aider non seulement chacun d'entre nous à nous orienter, à saisir nos priorités, mais aussi ceux qui sont en difficulté ou qui souffrent ».

  • - 50%

    Si la notion de conflit est fréquemment étudiée dans sa dimension sociale et collective (guerres, lutte des classes...), sa dimension interpersonnelle a été rarement analysée en sciences humaines.

    Pourtant, le conflit est inhérent aux rapports humains. Il fait partie des formes « normales » de la relation à l'autre au même titre que la « bonne entente » ou l'évitement. Et, de la divergence d'intérêts à la défense identitaire ou encore au désir de pouvoir, de nombreux facteurs y mènent. Mais, tout en étant normal et même utile, le conflit fait peur : une fois déclenché, il a tendance à s'auto-entretenir...

    En jetant les bases d'une véritable psychosociologie des relations conflictuelles, Edmond Marc et Dominique Picard appréhendent les enjeux du conflit, ses mécanismes généraux et ses modalités. Ils permettent ainsi de mieux l'affronter et le résoudre.

  • - 50%

    La communication

    Lucien Sfez

    La communication envahit tous les domaines : communication d'entreprise, marketing politique, pages « communication » de nos journaux, technocommunication, psychothérapies de groupe pour apprendre à « communiquer », etc. En soi, communiquer ne veut rien dire. Il y a en revanche des théories, des pratiques et des techniques de la communication que Lucien Sfez expose et discute. Représentative, expressive ou confondante : les formes de la communication y sont décrites ainsi que les idéologies qui les portent afin de permettre à chacun de décrypter ce phénomène fondamental de nos sociétés contemporaines.

  • - 50%

    L'économie peut-elle être sociale et solidaire ? Oui, si elle produit, non pas l'enrichissement individuel, mais celui des biens et des services utiles à tous. Rassemblant les structures qui cherchent à concilier performance, gouvernance démocratique et utilité collective, l'économie sociale et solidaire (ESS) représente en France un secteur important et en fort développement : 10 % du PIB, 12 % des emplois. Du commerce équitable à l'épargne solidaire, en passant par le champ de la protection de l'environnement, de la lutte contre l'exclusion, de la santé ou de l'égalité des chances, l'ESS pourrait bien nous aider à relever les grands défis de notre temps.

  • - 50%

    Au croisement de la psychologie de l'enfant et des neurosciences cognitives, Olivier Houdé étudie depuis de nombreuses années les mécanismes du développement et de l'apprentissage. En bref : comment raisonne notre cerveau. Après avoir posé les jalons d'une histoire de la psychologie qui va de Platon à Piaget, il propose rien de moins qu'une conception nouvelle du raisonnement qui s'appuie sur des résultats obtenus à l'aide de technologies performantes comme l'IRM, laquelle permet d'observer le cerveau en marche - c'est-à-dire le plus souvent quand il se trompe, s'arrête, doute, reconfigure ses circuits de neurones et corrige ses erreurs. Enfin, à partir d'expériences simples que chacun peut réaliser chez soi ou à l'école, il explique la façon dont se construit la cognition chez l'enfant. Le volume se referme sur un lexique qui donne des définitions essentielles pour comprendre notre architecture cérébrale. Une somme réunissant des ouvrages importants, dans lesquels Olivier Houdé a su mettre le fruit de ses recherches à la portée de tous.

  • - 50%

    Le savoir-vivre existe dans toutes les cultures et à toutes les époques. À l'heure des « incivilités », la politesse reste une valeur phare dans les sondages. Preuve s'il en est de son utilité et de son actualité. Elle ne se réduit pas à une suite de prescriptions. Système de valeurs fondé sur le respect, la reconnaissance et la réciprocité, elle permet à chacun de trouver sa place, de défendre son image et de construire son identité. Code de conduite, elle régule les contacts sociaux dans l'espace privé comme dans la vie professionnelle, avec ses proches comme avec les inconnus. Connaître les enjeux et les fonctions de la politesse, c'est comprendre ce qui fonde le lien social et la convivialité. C'est aussi savoir mieux vivre ensemble.

  • - 50%

    En psychologie appliquée, la PNL est une démarche pragmatique qui consiste à modéliser les savoir-faire et les savoir-être de ceux qui ont du succès pour les transmettre à ceux qui en ont besoin.
    S'appuyant sur des exemples concrets, Alain Thiry donne une description complète d'une méthode qui a fait ses preuves et qui, inspirée de protocoles tirés notamment de la Gestalt-thérapie ou encore de la thérapie brève, peut se révéler efficace dans les domaines les plus variés, de la psychothérapie au management en passant par le sport, la vente ou encore la pédagogie...
    Vous y découvrirez comment vous décentrer pour mieux comprendre l'autre, que derrière tout comportement il y a une intention positive, et qu'il n'y a pas d'échecs, mais seulement des raisons d'apprendre.

  • - 50%

    Le mot management, utilisé à tort et à travers depuis la fin des années 1960, recouvre une réalité à la fois plus simple mais aussi plus essentielle qu'il n'y paraît dans l'entreprise. Mettre en oeuvre les moyens techniques, financiers et humains pour accomplir une tâche et réaliser les objectifs fixés par une organisation, tel est l'objet du management.
    Alors que notre société est plus que jamais fondée sur l'information et que l'organisation bureaucratique hiérarchisée disparaît au profit de nouvelles organisations négociées, cet ouvrage expose avec une grande clarté les origines du management, ses fondements théoriques et ses grandes composantes que sont les fonctions de planification, d'organisation, d'activation et de contrôle. À lire également en Que sais-je ?...
    Le management de projet, Jean-Jacques Néré
    Le management stratégique de l'entreprise, Michel Ghertman

  • - 50%

    Bien que relativement peu ancien, le terme de groupe est devenu l'un des plus courants du vocabulaire quotidien. À ce titre, il possède une acception très large, enveloppant des ensembles sociaux de taille et de structure variées, dont le seul trait commun consiste dans la pluralité des individus et dans leur plus ou moins forte solidarité. En outre, les groupes ne sont pas des objets figés : ils ont une histoire. Tout phénomène de groupe apparaît lié à un devenir impliquant une vie, une force spécifiques.
    Tel est l'enjeu de la dynamique des groupes. Animée par un double objectif de recherche et d'intervention, elle vise à élucider les mécanismes complexes du fonctionnement des groupes et à en tirer des applications dans la vie professionnelle ou quotidienne.

  • - 50%

    Psychologie du travail

    Guy Karnas

    La psychologie du travail est généralement définie comme « l'application de la psychologie au domaine du travail ». Cependant, une telle définition, à l'évidence triviale, ne rend pas compte de la diversité des approches et des champs de recherche participant de la psychologie du travail, et encore moins de la finalité de cette méthode qui a été élaborée dans le contexte singulier de la révolution industrielle et de la naissance de la psychologie scientifique.
    Qu'appelle-t-on exactement travail ? Quelle est la signification du travail pour le travailleur ? Comment analyser la psychologie à la fois du personnel et des organisations ? La réponse à ces interrogations devra permettre de mieux cerner la quête de sens que l'activité constitue pour tout être humain.

  • - 50%

    Deux entreprises de deux pays différents fusionnent. Une filiale française importe un outil de gestion développé aux États-Unis. Des chercheurs travaillent ensemble au sein d'un consortium européen. Avec la mondialisation, les confrontations des cultures dans le milieu professionnel se multiplient, rendant nécessaire une approche interculturelle du management. Cet ouvrage montre comment le management a progressivement pris en compte la diversité des cultures et dresse un panorama des manières concrètes d'organiser leur rencontre dans le monde de l'entreprise qui évolue désormais dans un environnement multiculturel.

  • - 50%

    L'entreprise est une microsociété en même temps qu'un instrument collectif. Elle présente des éléments de stabilité et d'imprévisibilité qui en font une structure propice, mais aussi résistante, au changement. L'une des variables décisives de cette capacité d'évolution est la ressource humaine qui la fait vivre. L'apparition des « ressources humaines » dans le langage de l'entreprise est récente, et ses répercussions sur les décisions stratégiques ou quotidiennes très inégales selon les firmes.
    Quel est le contenu concret de la gestion des ressources humaines, en rapport avec les conditions actuelles du développement des entreprises ? Quel outil de connaissance constituent-elles ? Quelle gestion nouvelle de l'emploi ont-elles introduite ?

  • - 50%

    La négociation est à l'oeuvre dans tous les champs de la vie : social, politique, commercial, diplomatique. Elle n'est pas le domaine réservé des seuls experts mais concerne tout le monde dans l'entreprise, la vie quotidienne, le rapport aux autres. Comme elle ne s'enseigne pas à l'école, chacun s'y essaie au quotidien.
    Ce livre détaille les pratiques et les compétences du négociateur. Il démonte les mécanismes de la négociation, présente les clés d'une négociation constructive et alerte sur les facteurs qui peuvent la conduire à l'échec. À lire également en Que sais-je ?...
    Les conflits relationnels, Dominique Picard et Edmond Marc
    La médiation, Michèle Guillaume-Hofnung

  • - 50%

    Le burn-out est classiquement défini par trois phases telles qu'elles ont été énoncées par la psychologue américaine Christina Maslach :
    - une phase d'épuisement professionnel, dont les signes peuvent être très divers (apathie ou, au contraire, hyperactivité professionnelle de type workhaholism) ;
    - une phase de dépersonnalisation, dite de « cynisme », contribuant à la déshumanisation de la relation avec les tiers (collègues, usagers, patients, clients, etc.) ;
    - une phase de perte d'estime de soi, marquée par un syndrome dépressif.
    Globalement, l'épuisement professionnel, qui connaît aussi d'autres formes (fatigue compassionnelle, épuisement émotionnel, etc.), affecterait 20 % de la population active. Le burn-out toucherait de 25 à 40 % des infirmières, médecins, travailleurs sociaux ou enseignants, mais aussi, à des degrés divers, entraîneurs sportifs, prêtres, policiers, pompiers, avocats, magistrats, salariés des centres d'appel téléphonique... En fait, le phénomène atteint tous les métiers, toutes les fonctions et toutes les professions dans tous les secteurs économiques. Mais, devenu la star des risques psychosociaux, le mot burn-out est à présent utilisé à tors et à travers, comme le fut le stress quelques années plus tôt.
    Cet ouvrage propose une synthèse de nos connaissances sur le burn-out. Il en précise la définition comme les effets psychologiques et économiques et invite à penser la prise en charge et la prévention de cette réalité du monde du travail.

  • - 50%

    Au sein d'une équipe de curling comme dans un orchestre, une entreprise ou n'importe quelle institution, se pose la question du management. Sa mission est, en effet, universelle : il s'agit de coordonner l'action de plusieurs personnes pour assurer la performance collective. Cette unité d'enjeux cache cependant une grande pluralité de contextes, de pratiques. Elle masque aussi la méconnaissance assez commune de ce que manager veut dire.
    En 100 mots, cet ouvrage propose de définir les tâches et fonctions du manager, d'analyser les formes que le management peut prendre suivant les types d'organisations. Il rappelle aussi que, parce que le management est incarné par des personnes, manager c'est d'abord agir et se comporter. Il donne ainsi les clés pour manager avec intelligence.

  • - 50%

    Du premier désir d'entreprendre jusqu'aux moyens d'éviter la liquidation en passant par les rouages de la compétitivité, David Simonnet analyse l'entreprise et ceux qui la font. En 100 mots, il dresse un état des lieux du monde de l'entreprise et scrute ses évolutions à l'heure de la mondialisation. Sont abordées, entre autres, les mutations que supposent la porosité des frontières, le défi numérique ou encore les relations renouvelées entre l'entreprise et ses « parties prenantes ». Que ce soit sous l'angle technique, social, psychologique, juridique ou encore culturel, ce livre est l'occasion de revenir d'une façon claire et rigoureuse sur des notions qui rythment désormais le quotidien des entrepreneurs, des salariés et plus largement de tous les citoyens.

  • - 50%

    Si la notion de projet n'est pas récente - les pyramides égyptiennes, les temples aztèques ou encore les routes romaines en témoignent -, la formalisation des techniques et des méthodes portant sur le partage des responsabilités, la gestion en parallèle des tâches ou encore l'évaluation des risques ne remontent qu'au siècle dernier. Aujourd'hui, les outils du management de projet sont nombreux et efficaces. Au-delà de leur utilité première, ils ont entraîné une modification des pratiques managériales en général en instaurant une « culture projet ».
    Cet ouvrage expose les différentes étapes et les principales techniques de réalisation d'un projet. Il nous montre comment le management « par projet » est un puissant levier d'évolution au sein des organisations, petites ou grandes.
    À lire également en Que sais-je ?...
    Le management interculturel, Sylvie Chevrier
    Management et sciences cognitives, Alain Bouvier

  • - 50%

    Qu'est-ce qu'un processus créatif ? Y a-t-il une ingénierie de la création ? Cet ouvrage montre comment la créativité est simultanément une oeuvre de connaissance, un enjeu de communication et un effet de sociabilité. Les éléments d'expérience ou de savoir qui s'y trouvent impliqués résultent de l'accumulation des réalisations antérieures, de la différenciation des réseaux d'échange et de pouvoir et de l'utilisation complexe de ces réseaux.

empty